Moi, Tareq Oubrou, imam, pourquoi je dialogue avec Alain Soral ?

Le 18 avril prochain la section Aquitaine de l’association « Egalité et Réconciliation » m’invite à

vendredi 17 avril 2009

Le 18 avril prochain la section Aquitaine de l’association « Egalité et Réconciliation » m’invite à inaugurer un cycle de conférences pour les années 2009/2010. Ce cycle prévoit une série de thèmes très différents comme « La décroissance », « La Nouvelle Ecologie », « Le Christianisme au XXIème siècle » etc. Pour ma part, j’interviendrai sur le thème « Français, Musulman et Patriote ».

J’ai, comme à mon habitude, lorsqu’il s’agit de problématiques liées à l’islam et/ou aux musulmans, répondu favorablement à cette invitation. Invitation à laquelle a aussi répondu le fondateur de cette association, Alain Soral. Une occasion pour moi de rencontrer l’homme.

Depuis près de trente ans, mes profondes convictions d’homme de foi et mon rôle d’homme public m’ont amené à dialoguer avec une grande partie des sensibilités religieuses, philosophiques, politiques de notre pays, je pense cela naturel, normal mais surtout nécessaire.

Cette liberté de dialoguer, dont j’ai découvert les vertus en France, me tient particulièrement à cœur. Comment refuser, dans une période de résurgences identitaires exacerbées une telle rencontre et un tel débat, alors qu’il est pour moi une occasion d’éclairer un public qui sera nombreux, vu la nature et la tournure qu’a pris cette rencontre, sur la réalité théologique et sociologique de l’islam de France devenue une des grandes sources de peur pour l’ensemble de la société.

De plus, ce débat est vivement critiqué par l’extrême-droite antisémite et islamophobe de Bordeaux qui entend venir m’interpeller sur quelques questions. Une occasion de répondre à une sensibilité peu en clin au dialogue mais très bruyante à l’endroit de l’islam et des musulmans.

Il n’est pas aisé pour un homme public, curieux de diversité, d’assumer le dialogue avec un grand « D » et sans conditions. En effet, quand vous parlez avec des sionistes, certains vous reprochent de trahir les palestiniens. Quand vous dialoguez avec ceux qui sont hostiles à la politique d’Israël, certains vous traitent d’antisémite.

Quand vous rencontrez des associations homosexuelles, certains sont choqués. Quand vous rencontrez des associations qui défendent fermement les valeurs de la famille traditionnelle, le risque d’être taxé d’homophobe et d’intégriste est plus que menaçant. Quand vous dialoguez avec des chrétiens et des juifs, certains laïcs engagés y voient un complot contre la laïcité. Quand vous êtes engagés dans un dialogue avec des laïcs, certains y voient une connivence douteuse aux dépens du catholicisme, religion majoritaire ...

Mon choix est donc fait : j’opte pour l’éthique qui unie à la fois conviction et responsabilité. Les uns me qualifieraient de naïf, les autres de stratège ambigu… Laissons au temps le soin de juger, il est meilleur juge !

Publicité

commentaires