Loi contre le voile : une régression

Suite à la polémique sur le port du voile dit « islamique » à l’école, aux conclusions de la commiss

dimanche 28 décembre 2003

Suite à la polémique sur le port du voile dit « islamique » à l’école, aux conclusions de la commission Stasi, et au discours du Président de la République demandant au gouvernement de faire voter une loi qui interdirait les signes religieux ostensibles dans les écoles, dans les administrations, et même dans les entreprises, le CRCM de Basse-Normandie tient à exprimer son point de vue sur la situation actuelle et ses craintes sur les conséquences d’une telle loi.

Tout d’abord, le CRCM constate le glissement du débat auquel nous avons assisté, depuis quelques mois. Au-delà de la laïcité et des signes religieux, nous avons vu se dévoiler des visages qui ont pu exprimer leur haine, leur mépris envers l’islam et les musulmans soucieux de pratiquer leur religion.

Le CRCM s’étonne que la commission Stasi n’ait pas daigné recevoir les femmes concernées en premier lieu par ce débat, ni l’instance représentative de l’islam (le CFCM).

Le CRCM précise que le port du foulard est une prescription religieuse concernant la tenue vestimentaire qui s’inscrit dans la pratique de l’islam. Par contre, « la main de Fatima » n’ a rien à voir avec l’islam.

Le CRCM considère dangereuse l’attitude de la commission Stasi, qui, à partir de récits et de cas isolés, a pu faire une extrapolation inacceptable visant à rendre des comportements et des incidents largement minoritaires, comme des attitudes généralisées, et tout ceci pour aller vers une loi d’exception.

Le CRCM, s’insurge contre l’insulte faite aux femmes musulmanes désignées comme étant aliénées, parce qu’elles portent le foulard. C’est une démarche réductrice de l’être humain. Une personne humaine, ne peut être considérée aliénée pour son apparence, sa couleur de peau, son sexe ou pour sa façon de s’habiller.

Le CRCM, dénonce les soupçons systématiques et sans fondements portés sur les femmes musulmanes voilées : elles seraient manipulées ! Réduire ces femmes à un esprit si peu critique, si peu objectif et dénué de raisonnement relève tout simplement du sexisme.

Les tentatives qui visent à opposer les femmes voilées à leurs concitoyennes non voilées constituent une ingérence inacceptable dans la pratique de l’Islam et une atteinte à la paix sociale.

Alors que les musulmans continuent à prier dans des caves, qu’ils n’ont pas droit aux aumôniers ni dans les écoles, ni dans les hôpitaux ni dans les prisons, et que la désinformation stigmatise l’Islam, on a jugé pertinent de proposer une loi qui va pénaliser, encore une fois, les musulmans et leur pratique.

Les préjugés contre l’Islam se sont multipliés depuis le 11 septembre 2001, et les propos les plus racistes, les plus abjects à l’encontre de cette religion ont pu s’exprimer dans les médias. Légiférer contre le voile, c’est donner raison à ces positions d’extrême rejet contre l’Islam, c’est fermer toute possibilité de débat, c’est sanctionner ceux et celles qui oeuvrent pour une pratique contextualisée et authentique de l’Islam..

Le CRCM, exprime sa crainte devant la loi qui devrait être adoptée. Cette loi va tout simplement légitimer l’exclusion, le racisme et l’intolérance au mépris de l’égalité républicaine .

Le CRCM regrette le détournement des vrais débats qui intéressent les citoyens français, à savoir, le chômage, la pauvreté qui augmente, l’exclusion sociale, l’échec scolaire, la montée du racisme, de l’antisémitisme et de l’islamophobie, la solitude des personnes âgées (15 milles morts l’été dernier), et le fossé qui s’agrandit entre les riches et les pauvres…

Nous, au CRCM de Basse-Normandie, manifestons notre attachement à la République, aux valeurs de la France, celle qui ne renie pas ses enfants, la France pays de liberté et des droits de l’Homme. C’est pourquoi nous appelons tous nos concitoyens, les responsables politiques, associatifs et nos élus à se mobiliser pour défendre ces valeurs et à combattre l’extrémisme quelle qu’en soit l’origine.

Khalid MOUNIR, président du Conseil Régional du Culte Musulman (CRCM) de Basse-Normandie

Publicité

commentaires