Les « Refuzniks », les jeunes parias d’Israël

L’état d’Israël, dont notre élite hexagonale ne cesse de faire l’apologie des vertus démocratiques,

jeudi 12 février 2009

L’état d’Israël, dont notre élite hexagonale ne cesse de faire l’apologie des vertus démocratiques, dissimule des zones d’ombres décidément bien sombres, parmi lesquelles une réalité méconnue et injuste prend pour cible la jeune génération du pays : les « Refuzniks » ou la génération de « ceux qui refusent ».

Derrière cette appellation qu’ils revendiquent avec dignité, ce sont des vies de centaines de jeunes adultes qui se trouvent proscrites et brisées après avoir eu le courage de braver l’interdit par excellence, de dire « Non ! » à l’impensable : refuser de servir dans l’armée de leur pays, où le service militaire est obligatoire dès 18 ans pour les hommes et les femmes ( à raison de 2 ans pour les unes, et de 3 ans pour les autres), et qui condamne tout réfractaire à plusieurs mois de prison.

Pacifistes, activistes politiques, soldats traumatisés par les atrocités de la guerre, en somme tout être humain qui prend soudainement conscience que le modèle de « démocratie », aux relents d’eugénisme, qu’on lui propose n’est pas aussi intègre et irréprochable qu’il en a l’air en surface, est brutalement mis au ban de la société au nom d’un choix éthique personnel.

Quant à nous, comment pourrait-on qualifier Arno Klarsfeld qui, à l’âge de la maturité, a décidé de s’enrôler dans l’armée israélienne ? Force est de constater qu’il y a des vérités, dont certains (toujours les mêmes !), qui se réclament du pays des droits de l’Homme, ne s’embarrasseront jamais dès lors qu’elles ternissent l’image vénérée d’Israël !

A découvrir : le site du photographe Martin Barzilai qui présente des portraits de ces jeunes israéliens.

Publicité

commentaires