Les Frères musulmans Jordaniens hostiles à la prochaine venue du Pape sur leur terre

A l’approche de la visite annoncée du pape Benoît XVI en Jordanie courant mai, la principale formation pol

vendredi 24 avril 2009

A l’approche de la visite annoncée du pape Benoît XVI en Jordanie courant mai, la principale formation politique de l’opposition, les Frère musulmans, manifeste une hostilité pour le moins intempestive qui, même si on peut en comprendre les motivations profondes, trahit une absence de sens politique des plus préjudiciables.

Exprimant récemment leur vive réprobation à la perspective d’accueillir la plus haute dignité de l’église catholique romaine, Les Frères musulmans n’ont pas trouvé mieux que de sommer le pape Benoît XVI de présenter officiellement ses excuses pour des propos tenus en 2006 sur l’islam, faute de quoi il ne serait pas le bienvenu localement.

Se fendant d’une missive adressée au Premier ministre Nader Dahabi, le secrétaire général du Front de l’action islamique (FAI, branche politique de la confrérie), Zaki Bani Rcheid, a appelé avec force et détermination le gouvernement à « faire pression pour obtenir des excuses du pape, qui devrait s’excuser pour avoir mis en colère un milliard et demi de musulmans dans le monde », « Sinon sa visite est rejetée ».

S’il est indéniable que Benoît XVI a, sciemment ou non, fait preuve d’inconséquence à travers la citation d’un empereur byzantin du XIVe siècle qui laissait entendre qu’il liait étroitement l’islam à la violence, mettant en cause le rapport entre la foi musulmane et la raison, les Frères musulmans seraient toutefois mieux inspirés d’opter pour une stratégie diplomatique plus subtile et avisée, renvoyant une image éclairée au reste du monde.

Publicité

commentaires