Le MRAP condamne les infiltrations de l’extrême droite dans des mouvements se disant laïques et antiracistes

Suite à la parution d’un article dans le Monde daté du 17 novembre 2004 intitulé "D’anciens militants d

jeudi 18 novembre 2004

Suite à la parution d’un article dans le Monde daté du 17 novembre 2004 intitulé "D’anciens militants d’extrême droite se recyclent dans une association familiale laïque", le MRAP tient à dénoncer et à condamner avec la plus grande fermeté les immondes propos judéophobes, anti-musulmans et antichrétiens diffusés dans la revue Respublica sous la signature de Jocelyn Bézecourt. Non seulement ces textes relève l’origine juive de certaines personnalités, mais il diffuse sans complexe les pires poncifs antisémites classiques.

Le MRAP tient particulièrement à dénoncer une nébuleuse nationale-républicaine (UFAL, Mouvement des maghrébins laïques de France, Respublica, Gauche républicaine, association AIME, et d’autres) qui, depuis plusieurs mois et sous couvert de défense de la laïcité, tente d’entraîner la France dans la théorie du choc des civilisations. De façon récurrente apparaissent les noms de gens fréquentant les mêmes tribunes, participant aux mêmes colloques, fustigeant les mêmes associations des droits de l’homme (LDH, MRAP, etc.), ou signant les mêmes appels enflammés en défense de la laïcité (Jocelyn Bézecourt, Kébir Jbil, Rachid Kaci, etc...).

Le MRAP avait alors montré les affinités de certains de ces laïques avec des intellectuels sulfureux de droite extrême : Rachid Kaci, Alexandre Del Valle, Guy Millière, sans oublier « l’icône raciste » Fallaci. Si cette mouvance était déjà gangrenée par l’extrême droite, il est apparu rapidement que cette nébuleuse nationale-républicaine comportait aussi une tendance se réclamant de la gauche, héritière des gauches chauvines dont on a connu le passé peu glorieux, des années quarante à la guerre d’Algérie. Il n’est dans ce contexte pas étonnant de voir le maghrébin « national-laïque » Kébir Jbil voler au secours de Respublica et de l’UFAL après avoir pris la défense des Del Valle, Millière et consorts, ni de le voir animer des réunions avec un Jocelyn Bézecourt qui se revendique judéophobe avant d’aller tenir une conférence de presse contre le MRAP avec Monsieur Clément Weil Raynal, ce même Clément Weil Raynal dont on pourra ainsi juger de la pertinence dans la lutte contre l’antisémitisme.

Le MRAP rappelle qu’il a en son temps condamné les alliances de la droite avec le Front National. Il n’aura donc pas de complaisance avec ceux qui, à gauche, officiellement ou tacitement par leurs silences, cautionnent cette gauche nationale-laique ou la rejoigne dans les campagnes de calomnies contre le MRAP. Notre mouvement s’honore de subir depuis des mois le harcèlement de tous ces imposteurs directs ou indirects du combat laïque.

L’heure est venue de tirer le bilan des pétitions, des colloques, des textes, des appels communs établis au nom de la laïcité, des petites conférences de presse assassines avec ce courant national-républicain aux relents racistes avérés. Dans une période marquée par une inquiétante montée de tous les racismes, ce genre de comportements ne peut qu’accentuer dangereusement le climat raciste et les passages à l’acte.

A cet égard, la vigilance et la mobilisation de tous les démocrates reste une obligation et une urgence absolue. Le MRAP lance un appel à l’ensemble des organisations, des syndicats, des partis politique, des représentants des différentes "communautés", pour qu’ils dénoncent avec la plus grande fermeté cette offense à la laïcité et qu’ils condamnent publiquement ce genre de propos intolérables. Il demande que soient isolés ces extrémistes manipulateurs, d’extrême droite ou de gauche nationaliste raciste, usurpant la cause laïque ou féministe.

Paris, le 18 novembre 2003

Publicité

commentaires