En Suisse, un discours de la haine compare les musulmans aux nazis

Plébiscitant l’initiative anti-minaret samedi dernier à Genève, les délégués de l’extrême droite su

lundi 5 octobre 2009

Plébiscitant l’initiative anti-minaret samedi dernier à Genève, les délégués de l’extrême droite suisse, l’UDC, galvanisés par leur vote massif pour éradiquer le péril vert, ont applaudi à tout rompre une rhétorique islamophobe jouant sur une psychose obsessionnelle, hantée par le spectre toujours aussi présent du nazisme.

Profitant d’une tribune médiatique nationale face à des militants survoltés, le conseiller national valaisan Oskar Freysinger s’est enflammé en comparant les musulmans aux nazis, encouragé par l’ovation de la salle.

« A l’époque, beaucoup de juifs ont sous-estimé la montée du nazisme. Ils pensaient que ce n’était pas grave et qu’on pouvait vivre en paix avec Hitler », a lancé le conseiller national UDC valaisan, avant de renchérir « Tant que nous n’avons pas la garantie que notre gouvernement et nos lois seront respectés par les musulmans, aucun de leurs symboles de puissance ne doit être construit ».

Cette nouvelle incitation à la haine soulève la plus vive indignation de la communauté musulmane locale, qui devra attendre le verdict populaire du 29 novembre pour savoir qui des anti ou pro-minaret auront gain de cause.

Publicité

commentaires