Charlie Hebdo : les musulmans sommés de s’indigner

Il aura fallu que sa rédaction s’embrase, sous l’effet désastreux et répréhensible d’un cocktail molotov, pour que les esprits du ban et de l’arrière-ban de la classe politique s’échauffent, l’intégrisme religieux étant sur toutes les lèvres, tandis que les regards accusateurs sont tournés vers les citoyens musulmans, sommés de s’indigner encore et toujours plus fort que les autres pour prouver leur innocence et leur loyauté à la Nation.

Charlie Hebdo : les musulmans sommés de s’indigner

Quel péril y a t-il à se jouer du blasphème dans un pays qui ne le reconnaît pas, et à en faire son juteux fonds de commerce sous couvert de porter haut les valeurs de la liberté d’expression ? La causticité version Charlie Hebdo triomphe sans gloire, car elle a choisi l’arme la plus insoupçonnable qui soit pour pilonner sans répit l’islam et les musulmans, ses plus rentables têtes de turc : l’humour.

Il aura fallu que sa rédaction s’embrase, sous l’effet désastreux et répréhensible d’un cocktail molotov, pour que les esprits du ban et de l’arrière-ban de la classe politique s’échauffent, l’intégrisme religieux étant sur toutes les lèvres, tandis que les regards accusateurs sont tournés vers les citoyens musulmans, sommés de s’indigner encore et toujours plus fort que les autres pour prouver leur innocence et leur loyauté à la Nation.

Pourtant, ceux qui nous gouvernent ignorent qui est la main criminelle, et personne ne se demande à qui profite le crime… Certainement pas aux musulmans de France et de Navarre !

« Les musulmans sont terrorisés d’être pris pour des terroristes », cette phrase d’Edouard Nabe très éloquente, et tellement vraie, n’a certes jamais fait l’objet d’un débat télévisuel, alors qu’il y aurait eu matière. Sa hauteur de vue a dû donner le vertige à ceux qui font les heures crépusculaires du petit écran en éructant sur la deuxième religion de France.

D’une injonction de condamner à l’autre, que ce soit par la voix tonitruante du député UMP Bernard Carayon lors des assassinats de chrétiens d’Orient en début d’année, ou par celle de notre intelligentsia dont l’indignation ultra sélective n’offusque personne, les citoyens français de confession musulmane sont de nouveau sur la sellette. Ironie du sort, alors que leur visibilité dérange, leur réprobation doit, elle, se faire ostentatoire. Tel est le gage de leur islamité éclairée, ou encore modérée, voire des Lumières…

A l’unisson de la France qui légifère, qui disserte, et qui manipule l’opinion, les responsables des institutions musulmanes se sont joints à la condamnation générale, tout en nuançant leurs propos à l’égard d’une satire qui s’autorise toutes les libertés, mais a tout de même un maître : le business.

Ainsi, le Conseil français du Culte musulman (CFCM) a vivement déploré « le ton caricatural du journal à l’égard de l’islam, et de son prophète, ayant toujours prôné un dialogue paisible et respectueux de la diversité des opinions pour combattre l’ignorance, les préjugés et les amalgames dont l’islam et les musulmans font l’objet »

Oui, les Français musulmans sont consternés par l’incendie de Charlie Hebdo, mais le sont encore plus par le cynisme ambiant qui en fait des éternels coupables, et réévalue constamment leur attachement au drapeau à l’aune de leur promptitude à s’indigner au doigt et à l’œil !

Auteur : la rédaction

redaction@oumma.com

commentaires