in

Une Saoudienne se produit pour la première fois seule sur scène et enchante le public

Signe des temps, dans une Arabie saoudite qui a inauguré l’ère de l’émancipation des femmes, Maisaa Sabihi a fait sensation, samedi soir, sur la scène du Jeddah Comedy Club, en interprétant son plus beau rôle : celui de la première actrice saoudienne à se produire en solo devant un public qui n’avait d’yeux que pour elle.

Couverte de fleurs à l’issue de sa prestation époustouflante, au cours de laquelle elle a incarné trois personnages différents pour mieux aborder les thématiques liées à l’amour, au mariage et au divorce, cette artiste de talent se double d’une professeure émérite en littérature anglaise, titulaire d’un doctorat obtenu à Londres, qui fait salle comble à chacun de ses cours dispensés à l’université du Roi Abdulaziz, à Jeddah.

Pour un coup d’essai avalisé par la Société saoudienne pour la Culture et l’Art (SASCA), sa performance fut indéniablement un coup de maître, ponctuée d’une interaction avec le public qui a fait mouche. Invités cordialement à monter sur scène et à lui poser des questions sans tabous, les spectateurs n’ont pas vu les deux heures passer, ressortant du théâtre agréablement surpris, touchés, enchantés, voire pas tout à fait les mêmes qu’en y entrant…

Maisaa Sabihi, qui a écrit sa première pièce il y a dix ans, est aujourd’hui encouragée dans sa démarche artistique par les critiques positives qui saluent, sans la moindre réserve ou presque, sa manière de mettre en lumière de nombreux aspects de la vie quotidienne des Saoudiens, y compris certains travers.

La notoriété aidant, elle a désormais un vrai fan club, auquel Najat Al-Malki, une femme au foyer de 58 ans qui était aux premières loges de son one-woman-show en compagnie de ses deux filles, est fière d’appartenir. « J’ai vraiment apprécié ! », s’est-elle exclamée auprès d’Arab news, ajoutant élogieuse : « Le temps s’est écoulé en un clin d’œil, Maisaa a brillamment représenté la communauté saoudienne ».

Alors qu’elle s’apprête à remonter sur scène les 17 février et 8 mars prochains, Maisaa Sabihi ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. Elle souhaite planter ses tréteaux dans d’autres villes et régions du royaume saoudien, afin de délivrer son puissant message à un très large public.

L’émir Abdelkader: sa définition lucide du savant qui évite toute forme de sacralisation de sa personne

Quel dialogue entre les religions?