in

Une première en Turquie : le Coran publié en arménien

Il réfute tout lien avec les commémorations controversées du 100e anniversaire du massacre de grande ampleur des Arméniens dans l’Empire ottoman, et avec tout autre impératif dicté par l’agenda politique, Yuksel Salman, le directeur des publications au sein de la présidence des Affaires religieuses de Turquie, Dinayet, vient d’annoncer une grande première dans les annales nationales : l’édition de 4 000 exemplaires du Saint Coran en langue arménienne, afin de répondre à la « forte demande » en la matière de la petite communauté arménienne chrétienne demeurée sur le sol turc, mais aussi de la diaspora partie sous d’autres latitudes.

"En plus de nos citoyens arméniens qui sont au nombre de 60 000, nous ne pouvions pas rester indifférents à l'intérêt renouvelé de la diaspora arménienne pour le Noble Coran", a expliqué cet éminent représentant de la plus haute instance religieuse du pays, en précisant que quatre années de travail ont été nécessaires pour traduire ces milliers d’exemplaires du Livre Saint dans les deux dialectes, oriental et occidental, des Arméniens de Turquie.

Alors même qu'Ankara nie catégoriquement le génocide de sa population arménienne pendant la Première Guerre mondiale et refuse d’en employer le vocable, largement usité à l’extérieur de ses frontières, de l'Arménie à une vingtaine de pays, dont la France, l’Italie, la Russie, sans oublier de nombreux historiens, Yuksel Salman, l’une des chevilles ouvrières du projet livresque, se félicite d’avoir œuvré auprès de la minorité arménienne à la "promotion et valorisation des enseignements coraniques, en les agrémentant d’informations de première main sur l’une des plus grandes religions du monde". "Traduire le Coran dans d'autres langues n'a rien de nouveau. Cela a été fait pendant des siècles. La nouveauté réside dans notre volonté de rendre ses préceptes compréhensibles dans des langues que nous avions jusqu’ici négligées", a-t-il insisté.

En effet, les services des Affaires religieuses, placés sous sa responsabilité, ont jusqu'ici publié le Coran en 16 langues, dont le kurde, la langue parlée par la plus grande minorité ethnique de Turquie, qui représente environ 20 % de la population.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Humour: jupe longue ou courte pour aller à l’école? (vidéo)

La peur de dessiner le Prophète (saws) tournée en dérision par un show américain