in

Une femme agressée aux cris de “Tu n’es qu’une sale arabe, je vais te tuer, tu vas rejoindre ton prophète”

C’est une jeune mère de famille paniquée et effrayée par la violence de l'agression raciste dont elle a été victime, qui s’est présentée au commissariat de police de Béziers, il y a une dizaine de jours.

Dans le rôle du méchant qui a empoigné une barre de fer avant de frapper une femme seule d’origine maghrébine, désemparée par la tournure des événements et craignant pour la vie de son bébé de 14 mois qu’elle tenait dans ses bras, c’est un voisin, vivant dans le même quartier que sa victime expiatoire, qui a révélé son vrai visage, celui d’un barbare doublé d’un lâche dans toute sa splendeur. 

Cela n’arrive pas qu’aux autres, cela peut même se passer tout près de chez soi, en l’occurrence en bas d’un immeuble et en plein jour, tels sont les enseignements de ce fait divers qui fait froid dans le dos et qui s’ajoute à la longue liste des agressions anti-arabes et islamophobes décomplexées et brutales, à deux doigts de tourner au drame.

Alors que cette maman de 34 ans venait juste de sortir de chez elle, la poussette dans une main et sa petite fille bien calée dans l’autre bras, son dangereux voisin déboulait au même moment au volant de sa voiture, et dans un dérapage qui n’avait rien de contrôlé, heurta la poussette miraculeusement vide.

Face à la colère légitime de la jeune femme, consciente que le pire avait été évité de justesse, l’homme s’est garé plus loin mais pour mieux revenir, armé d’une barre de fer et des insultes à la bouche :“Tu n’es qu’une sale arabe, je vais te tuer, tu vas rejoindre ton prophète", s'est-il écrié fou de rage, avant de lui administrer des gifles cinglantes des deux mains.

Bouleversée, la jeune femme n’a pu contenir son émotion devant les policiers à qui elle relatait la scène particulièrement traumatisante, et s’est effondrée en larmes en indiquant que des voisins avaient tenté de lui porter secours, tandis que son agresseur, à la force décuplée, la plaquait contre un mur avec une brutalité inouïe.

Très éprouvée, cette dernière a porté plainte, non sans redouter des représailles, et s’est tournée vers Mehdi Roland (voir photo ci-dessus), responsable de l’antenne biterroise du Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF), pour l’épauler dans cette épreuve. Celui-ci a dressé un portrait-robot accablant du quadragénaire qui l’a violentée, un monstre de haine connu comme le loup blanc pour un racisme anti-arabe viscéral et son corollaire, une islamophobie vengeresse : "Il s’en prend à tous les étrangers, il ne les aime pas. Quand il voit des femmes avec le voile, il sort le balai, les insulte, les menace", a décrit Mehdi Roland, corroborant les dires de la jeune femme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Action contre un concert de Julien Clerc à Tel Aviv (vidéo)

Nouvelle étude sur le pardon dans le monde arabe