in

Une enquête visant une professeure d’université accusée d’avoir comparé l’islam à une maladie sexuellement transmissible

Une professeure de droit de l’université d’Aix-Marseille est accusée d’avoir tenu des propos « antisémites et islamophobes ».

Une enquête va être ouverte après une plainte de la Ligue des droits de l’Homme qui dénonce des propos « antisémites et islamophobes » d’une professeure de droit de l’université d’Aix-Marseille, a-t-on appris jeudi auprès du parquet d’Aix-en-Provence. L’enquête sera ouverte pour « injures publiques en raison d’appartenance à des religions », a précisé à l’AFP le parquet.  Dans un court extrait diffusé par Mediapart de son cours enregistré sur Zoom le 27 octobre, cette professeure de droit assure notamment qu' »on n’a aucune liberté de conscience en islam ». « Si on naît d’un père musulman, on est musulman à vie. Une sorte de religion sexuellement transmissible, je n’ai jamais compris. On dirait du judaïsme, c’est pareil, c’est par la mère. Une sorte de MST, de RST, de religion sexuellement transmissible », ajoute-t-elle ensuite.

Lire la suite sur la Dépêche

Publicité
Publicité
Publicité

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Le club de foot le plus raciste d’Israël acheté par les Emirats Arabes Unis !

Pendant que l’Algérie est en guerre contre elle-même…