in

Un vêtement en coton sur cinq vendu dans le monde provient d’un camp de travail ouïghour en Chine (www.novethic.fr)

Alors que les autorités chinoises ont interné plus d’un million de Ouïghours dans des camps de travail forcé, 180 ONG appellent les marques de vêtements à rompre les liens avec le Xinjiang, province où cette minorité est persécutée. Aujourd’hui, un vêtement en coton sur cinq viendrait d’un camp de travail ouïghours. La quasi-totalité du secteur de l’habillement est concernée.

Les persécutions contre les Ouïghours dans la province du Xinjiang en Chine ne cessent d’être dénoncées par les défenseurs des droits humains. Depuis plus de cinq ans, la Chine a en effet mis en place une politique très répressive à l’égard de cette minorité musulmane. Aujourd’hui, plus d’un million de Ouïghours seraient internés dans des camps de travail forcé. Au-delà de l’implication des autorités chinoises, plus de 180 ONG appellent les marques de vêtements à prendre leurs responsabilités. Dans un rapport publié le 23 juillet, elles estiment qu’environ un vêtement en coton sur cinq vendu dans le monde contient du coton ou du fil venu du Xinjiang est lié au travail forcé des Ouïghours. Nike, Adidas, Patagonia, Puma, H&M, Calvin Klein, Amazon, Gap, Muji, Tommy Hilfiger… presque l’ensemble de l’industrie de l’habillement auraient des liens avec ces camps, selon des recherches publiées par Associated Press et le Wall Street journal notamment.

Lire la suite

Publicité
Publicité
Publicité

À Beyrouth, les écoles détruites par la double explosion n’ouvriront pas à la rentrée

Tunisie: vente de la première voiture électrique (www.espacemanager.com)