in

Un Révérend britannique radié à vie de l’enseignement pour ses propos islamophobes orduriers

Derrière son bureau d’enseignant où il portait la bonne parole en déversant sa haine de l’islam à tout propos, devant des collégiennes abasourdies et profondément choquées qui finirent par dénoncer en haut lieu son comportement intolérable, le Révérend Robert West a longtemps usé et abusé de son autorité pour se livrer à une croisade très personnelle, prêchant pour sa paroisse jusqu’à la déraison : le British National Party, ce mouvement nationaliste assoiffé de vengeance dont il est un farouche partisan et un candidat désavoué par les urnes lors des récentes élections générales du 7 mai, qui a pour seul et unique programme de bouter les musulmans hors du royaume britannique.

Confondant allègrement pédagogie et conditionnement d’un jeune public impressionnable, cet homme d’église, qui confirme tristement le vieil adage selon lequel « l’habit ne fait pas le moine », n’aura plus l’occasion de sévir dans l’école de filles de Grantham, une localité du Lincolnshire, puisqu’il vient d’être radié à vie de l’éducation nationale suite aux nombreuses plaintes déposées par ses propres élèves, comme s’en est fait l’écho la BBC, le 12 mai dernier.

Parmi son florilège de paroles calomnieuses proférées avec une rare véhémence, les adolescentes, véritablement mises au supplice en l’écoutant délirer, ont été particulièrement heurtées par les propos suivants : « Tu es allergique aux chevaux ? Moi, je suis allergique aux musulmans », ou cette variante  « Tout Dieu non-chrétien est démoniaque, et les musulmans ne vénèrent que le diable », sans oublier sa réponse cinglante à la question d’une fillette de 12 ans posée naïvement : « Est-ce mal d’être musulman », « Oui ! », a-t-il asséné avec force, avant d’ajouter « C’est la raison pour laquelle nous les combattons sans relâche ».

Saisie de ce gravissime manquement à la déontologie éducative, l’instance ministérielle "the National College for Teaching and Leadership" (NCTL), chargée entre autres de la nomination des chefs d’établissement, a tranché dans le vif en révoquant ce professeur indigne. « En conséquence, le comité est convaincu que le Révérend West est coupable d’une conduite professionnelle tout à fait inacceptable qui peut, de surcroît, jeter le discrédit sur l’ensemble du corps enseignant », c'est en ces termes sans équivoque que cet aréopage de sages a justifié son choix.

Destitué de sa noble fonction, le Révérend West a-t-il pour autant fait profil bas et exprimé des remords ? Que nenni ! Celui-ci, furibond, s’est fendu d’un courrier au vitriol adressé à la direction de son établissement qui a achevé de le disqualifier aux yeux de tous. « Au lieu de me congédier, vous feriez mieux de me garder. Moi, au moins, je ne vais pas mettre au programme l’enseignement minable de l’islam, une religion, dont le livre saint, le Coran, a été brûlé pour les atrocités commises contre l’humanité », a-t-il écrit plein de hargne, en oubliant qu’il s’est lui-même brûlé les ailes à force d’attiser l’islamophobie au sein du temple du savoir et du savoir-être.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attentats du marathon de Boston: Djokhar Tsarnaev condamné à mort

Egypte: l’ex-président Mohamed Morsi condamné à mort