in

Islamophobie: Un prof d’Histoire-Géographie bourre le crâne de ses élèves

Quand la propagande maligne et l'intoxication islamophobe escaladent l'enceinte des établissements scolaires pour se nicher au cœur des contenus pédagogiques d'un enseignant, on peut se demander si un palier supplémentaire n'a pas été franchi dans cette atmosphère délétère qui vilipende et diabolise les citoyens de confession musulmane.

  • Une évalutation ouvertement islamophobe

En effet, ce mardi 14 octobre un papa fait parvenir au CCIF un extrait de l'évaluation de son enfant, en 5ème au sein d'un collége d'un quartier populaire, proposé par son enseignant d'Histoire-géographie dans le Puy-de-Dôme. Dans l'exercice intitulé, sciemment, "Être musulman", l'enseignant choisi un extrait coranique, accommodant ses questions pour faire du musulman et des adeptes de Mohammed des individus farouches enclins à la guerre et à la violence. 

Deux questions apparemment anodines qui demandent à nos chers collégiens de se faire la propre démonstration d'une religion belliqueuse et de marquer alors deux points et demie dans leur contrôle d'Histoire. La corrélation est grossièrement organisée : être musulman c'est être dangereux, coupable, qui doit forcément être désigné à la vindicte populaire.

Alors que les instructions officielles et les programmes invitent, plutôt, les enseignants de 5 ème à faire découvrir aux élèves "les grandes civilisations entre le VIIe siècle et la fin du XVIIe siècle avec notamment les débuts de l’islam", on se demande si en sixième lorsque les mêmes élèves ont abordé "l'émergence du judaïsme et du christianisme" l'enseignant en question s'est permis de balarguer des extraits sélectionnés de l'Ancien et du Nouveau Testament pour conclure à des religions guerrières et barbares. Impensable. On le souhaite en tout cas, et, insupportable, ce déni de toutes les règles pédagogiques signifiantes et basiques dont l'enseignant fait preuve ici.

  • Diabolisation du musulman au sein même de l'enseignement

Un tel désistement d'un enseignant vis à vis de la mise en perspective, de la contextualisation des apprentissages et des concepts fait peur et s'apparente plutôt et dangereusement à du bourrage de crâne qui rappelle les préambules des propagandes les plus nauséabondes du XX ème siècle. Ce n'est surtout pas cela qui risque de construire ce "citoyen responsable" alerte et conscient des "héritages du passé" dont les B.O officielles semblent aspirer ardemment.

C'est dans ce sens que le CCIF pointe du doigt cet aveuglement politique qui dure vis à vis de l'islamophobieUn aveuglement qui encourage, aujourd'hui, la diabolisation du musulman et peut atteindre, dorénavant, des fonctionnaires qui sont à la source de l'éducation citoyenne de nos futures générations.

Le CCIF 
Crédit photo : Shutterstock

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Quand le ministre belge à la Migration niait la “valeur ajoutée” de l’immigration maghrébine

Une responsable de l’Union européenne a promis d’être « souple » à propos des crimes de guerre d’Israël