in

Un individu prêche l’islam devant la reine Béatrix des Pays Bas

Certains musulmans ont une conception simpliste de la la dawa’ ( invitation à faire connaitre l’islam aux non-musulmans). Dans la vidéo ci-dessous tournée le 3 septembre 2011, un individu se présentant comme musulman est intervenu calmement en prêchant l’islam juste avant que ne débute un concert de musique classique en présence de la reine Béatrix des Pays Bas. Il a ensuite été invité calmement à sortir pour une vérification d’identité. Selon la traduction su site Al jawab, voici ce qu’il aurait affirmé : “Au nom d’Allah, Je sais ce n’est pas une manière de faire, c’est dommage, mais je suis un serviteur d’Allah, il a donné le Livre Saint et a fait de moi une cause pour propager Son Message. Je ne suis pas arrogant, je suis (j’ai la même religion que) Issah (Jésus ’alayhi salam) et je viens vous inviter… » (…) « Il n’y a pas de danger, il n’y a pas de bombe, restez assis, je ne suis pas dangereux, mais je sers Allah, je viens vous inviter à la croyance en Allah »

Dans une interview accordée à Oumma.com en 2005, Kamel Al Sharif, ex- secrétaire général du Conseil Mondial Islamique donnait une toute autre définition de la da’wa : ” Le sens de la da’wa n’est pas de faire de nouveaux convertis, ce n’est pas le but ! Le but est de faire de l’homme une créature digne de Dieu (…) représentant l’esprit de toutes les religions, parce que nous sommes des membres d’une même famille monothéiste : « Nous vous avons créé en peuples différents pour que vous vous entre connaissiez » dis le Saint Coran et le meilleur d’entre nous, aux yeux d’Allah, est le plus pieux.”

Rappelons également le verset coranique, Sourate 28 (Le rècit) 56. “Tu (Muhammad) ne diriges pas celui que tu aimes : mais c’est Dieu qui guide qui Il veut. Il connaît mieux cependant les bien-guidés.”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

“Je suis solidaire avec mes frères marocains opprimés “

Maroc : il n’y a rien à craindre du PJD