in

Un habitant d’Arcueil convoqué au commissariat pour sa banderole anti-Israël

Elle est vilipendée, étouffée, insidieusement amalgamée avec l’antisémitisme, et désormais criminalisée, la saine et légitime critique d’Israël n’est certes pas aisée dans la sinistre Tartufferie à la française qui s’enfonce, chaque jour davantage, dans une répression inqualifiable.

La France n’a donc pas de quoi pavoiser d’être tombée si bas sous l’ère Hollande des courbettes devant Netanyahou, quant à ses concitoyens, l’heure est à la traque et à la pénalisation des empêcheurs de manipuler l’opinion en rond, comme l’a appris à ses dépens un habitant d’Arcueil qui a eu l’outrecuidance d’afficher à son balcon, sur  des feuilles A4, la petite phrase qui fâche : « LE MONDE EN A ASSEZ d'Israël et de sa folie génocidaire ».  

Ce cri du cœur et de détresse ne vaudra à son auteur, Ali, 29 ans, aucune distinction honorifique de la part du pays des droits de l’Homme, mais l’a conduit au contraire tout droit vers le commissariat du Kremlin-Bicêtre, où il a été convoqué illlico presto.

"La procureur a tenu compte du contexte actuel, des débordements et une certaine radicalisation, et a demandé à ce que la banderole que nous considérions comme une incitation à la haine raciale ou religieuse soit décrochée", a précisé, hier,le parquet de Créteil.

Ce à quoi le jeune animateur de centre de loisirs a rétorqué avec un sens de la nuance qui est étrangère à la puissance publique, mais il n’y a pas pire sourd que celui qui ne veut pas entendre, surtout quand il s’agit d’appliquer des directives émanant d’un pouvoir qui est lui-même frappé d'autisme : "Je ne suis pas contre les juifs, je suis contre la politique d'expansion d'Israël » s’est défendu ce dernier, qui a accroché de nouveau sa condamnation d’Israël sur son balcon après que la police soit venue l’enlever. "J'ai fait cette affiche pour que les gens ne soient pas indifférents aux horreurs que subissent les Palestiniens", a-t-il insisté.

"Rien ne peut amener à penser qu'il y a un comportement antisémite", a déclaré Max Staat (PC), adjoint au maire, qui a rencontré la famille. "S'il y a une plainte dès que l'on critique la politique d'un gouvernement, c'est antidémocratique", a-t-il renchéri, en interpellant un gouvernement qui fonce droit dans le mur de l’anti-constitutionnalité avec un aveuglement qui est à l’aune de sa cécité face aux atrocités commises à Gaza.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Palestine j’écris ton nom…..

Gaza : une quinzaine de soldats israéliens tués la nuit dernière