in

Toronto, capitale de la Revification de l’Esprit Islamique pendant deux jours exceptionnels

Comme chaque fin d’année, alors que Toronto est recouvert d’un blanc manteau hivernal, ils sont des milliers de musulmans, en provenance des quatre coins de l’Amérique du Nord et au-delà, à converger vers la capitale de la Revification de l’Esprit Islamique (RIS) pendant deux jours, riches en conférences et propices à la réflexion éclairée, qui ont fait de cette convention l’un des plus grands rassemblements de l’islam occidental.

Né en 2003, sous l’impulsion de jeunes musulmans qui avaient à cœur, après le chaos du 11 septembre, de bâtir urgemment des ponts de compréhension avec les non-musulmans, le RIS n’a cessé dès lors de prendre de l’ampleur pour s’imposer comme un événement désormais incontournable.

Du 27 au 29 décembre, plus de 20 000 musulmans sont attendus à ce congrès de haut vol, où une belle brochette de théologiens et de penseurs renommés tiennent le haut de l’affiche, les noms de personnalités aussi connues que sont le Dr Seyyed Hossein Nasr, Habib Ali Al-Jifri, l'ambassadeur Shabazz, Tariq Ramadan, Cheikh Hamza Yusuf, Sr. Dalia Mogahed, Imam Zaid Shakir, Imam Suhaib Webb, Ustad Nouman Ali Khan et Sr. Yasmin Mogahed étant annoncés à la tribune des orateurs.

Autour du thème « Changer notre condition : Raviver la lumière de la foi »,  la conférence vise, cette année, à contextualiser le message coranique en rappelant ses applications actuelles, ainsi que l’a indiqué Fouza Kahn, le président du RIS. "Le Coran fait un appel fort à la pratique de l'introspection et de l'auto-amélioration", a-t-il déclaré, en insistant sur la participation d’éminents représentants d’autres communautés de foi afin de favoriser le dialogue interreligieux, tels que Karen Armstrong, le rabbin Michael Lerner, le révérend Rob Oliphant et le Dr John Ralston Saul.

En plus d’être un haut lieu de réflexion qui aspire à insuffler le sens de l’engagement, politique et civique, notamment chez les plus jeunes, préférant des citoyens musulmans en phase avec leur temps et impliqués dans la vie en société pour surmonter tous les défis du monde environnant que vivant en marge, le RIS présente un programme éclectique susceptible de plaire au plus grand nombre. Ainsi, sur la scène d’une conférence de haut niveau, le divertissement a aussi sa place, grâce, entre autres, à la présence de musiciens malaisiens et d’un humoriste, expert du stand-up, Jobrani.

Loin d’être les grands oubliés de ce rendez-vous annuel où se pressent les musulmans d'Outre-Atlantique et d'ailleurs, le sort des frères et des soeurs démunis de la région du Grand Toronto tourmente les esprits, et le fruit d'une généreuse collecte de nourriture et de vêtements leur sera remis chaleureusement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gaza lutte contre les inondations sous blocus (vidéo)

Le parti nationaliste danois dit stop à la naturalisation de musulmans