in

Tijuana : des Latino-Américains, convertis à l’islam, créent le premier refuge pour les migrants musulmans

Ils sont Latino-Américains, résident à San Diego, et marchent ensemble vers Allah en se pressant au chevet des plus vulnérables, les membres de la Latina Muslim Foundation cheminent, avec confiance, sur la route que la parole divine éclaire. Jusqu’à franchir la très proche frontière mexicaine, afin de parachever un objectif des plus louables : acquérir, puis transformer un bâtiment désaffecté en un refuge dédié aux migrants, ces nouveaux damnés de la terre, musulmans prioritairement.

C’est à Tijuana, ce point de passage important et sous haute surveillance de l’immigration clandestine vers les États-Unis, que leurs pas les ont conduits, avec patience et persévérance. Là où, plus soudés que jamais, ils ont transcendé toutes les difficultés, qu’elles soient d’ordre financier, administratif ou logistique, sans jamais baisser les bras devant le double rejet qui les a frappés, en tant que Latinos convertis à l’islam, pour que leur grand projet se matérialise.

« La création de ce refuge musulman à Tijuana, à une frontière sous haute tension, dans un pays, le Mexique, majoritairement catholique, fut jalonnée d’obstacles, notre islamité en tant que Latino-Américains a compliqué les choses. Mais, Hamdoulillah, nous avons réussi à relever ce défi de taille. Il a fallu beaucoup de foi, d’argent, d’efforts et de patience », a confié avec émotion Sonia Garcia, la présidente de la Latina Muslim Foundation, au micro de CBS.

Publicité
Sonia Garcia coupant avec bonheur le ruban inaugural

Samedi 11 juin fut un jour à marquer d’une pierre blanche pour la figure de proue de la Latina Muslim Foundation, et l’ensemble de ses membres très dévoués : trois ans après la première collecte de fonds, le rêve, auquel elle s’est accrochée de toutes ses forces, est enfin devenu réalité.

Le premier refuge musulman de Tijuana a ouvert grand ses portes, devant lesquelles 30 migrants afghans, demandant l’asile aux Etats-Unis, s’étaient rassemblés dès l’aurore, impatients de franchir leur seuil.

Capable d’accueillir dignement 150 personnes, dans une atmosphère chaleureuse et fraternelle, de les nourrir convenablement, de leur prodiguer des soins médicaux de qualité, mais aussi des conseils juridiques, un soutien psychologique et des activités récréatives, notamment pour les enfants, l’annonce de l’ouverture de cet abri inespéré pour les migrants musulmans, comprenant une salle de prière ainsi qu’un centre favorisant leur autonomisation, s’est rapidement propagée à Tijuana, parmi les pauvres hères contraints à l’exode, en provenance majoritairement de Syrie, du Yémen, d’Éthiopie, du Ghana ou encore d’Afghanistan.

Publicité

« Ce refuge est certes destiné aux migrants musulmans, mais ses portes resteront toujours ouvertes pour offrir protection et réconfort à la détresse humaine, sans distinction aucune, à nos frères et soeurs en humanité », a insisté Sonia Garcia de manière vibrante

« Nous avons, en outre, constaté qu’à Tijuana, le nombre de conversions à l’islam augmente régulièrement. Aussi avons-nous décidé que notre refuge accueillera également les Hispaniques musulmans locaux, en quête d’un endroit où ils se sentiront en sécurité pour se retrouver, pratiquer l’islam et resserrer les liens au sein de leur petite communauté », a-t-elle encore précisé, avant d’aller au-devant des premiers réfugiés afghans, les bras ouverts, sur le chemin lumineux qui mène vers le Très-Haut.

Publicité
Publicité

Laisser un commentaire

Chargement…

0

La littérature de voyage (Rihla) et son rôle dans le dialogue interculturel et interconfessionnel

Stéphanie Kurlow, la ballerine voilée, réalise son rêve sur la pointe des pieds