in

TGV évacué à Massy : “ils m’ont pris pour un terroriste” témoigne Mickaël

Ils ont été projetés sans ménagement dans un mauvais film d’action, surréaliste et le trouillomètre à zéro, trois hommes, hébétés, ont passé un sale quart d’heure vendredi dernier en gare de Massy, se retrouvant menottés et face contre terre sans rien comprendre au film, ni à l’affolement provoqué par leur présence.

Mickaël, 27 ans, n’est pas ressorti indemne, psychologiquement parlant, de cette ahurissante panique générale qui s’est emparée des passagers du TGV Marseille Rennes, le prenant au mieux pour un individu au comportement très suspect, au pire pour un terroriste en puissance, et qui lui a valu une interpellation musclée et particulièrement traumatisante.

"Franchement je n’ai pas compris ce qui se passait. Un policier m’a plaqué à terre, son genou sur mon dos. Il hurlait : "mets tes mains sur la tête". Il m’a passé les menottes. J’ai eu très peur, et j’ai pleuré", a confié le jeune homme fortement ébranlé par son arrestation inimaginable même dans ses pires cauchemars, tandis que le train était entièrement évacué.

Comment en est-on arrivé à de telles extrémités et à une aussi effroyable erreur sur la personne ? Tout simplement, à cause de la vidéo d’un film d’action américain dont raffole Mickaël, où les héros ont coutume de faire parler les armes, et qu’il a visionné en compagnie d’un jeune de son âge avec qui il avait sympathisé à bord du train. Il n’en fallait pas plus pour intriguer, puis troubler profondément les autres voyageurs qui ont tiré la sonnette d’alarme à son insu.

Nul besoin de préciser que son week-end à Rennes, chez une amie, a été gâché par cette effrayante méprise qui en dit long sur la psychose ambiante, l’amenant à se poser des questions sur sa propre apparence extérieure. "Est-ce parce que je suis bronzé, que je porte la barbe et que j’avais des gants qu’ils m’ont pris pour un terroriste ?", s’interroge aujourd’hui Mickaël, à l’issue d’un interminable et éprouvant interrogatoire, long de quatre heures, au commissariat local.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bataclan: Mohamed, un témoin raconte avoir vu le commando quelques minutes avant l’attaque

“Laissez-moi sortir!”: les derniers mots d’Hasna Aït Boulahcen (audio)