in

Sommet Kuala Lumpur : le roi de Malaisie exhorte « à unir nos efforts pour renforcer la Oummah »

Placé sous l’égide de la Malaisie, le cinquième sommet réunissant les puissants du monde musulman, parmi lesquels figurent certains frères ennemis irréductibles, se déroule actuellement à Kuala Lumpur, jusqu’à samedi.

Sourd aux critiques cinglantes émanant de Djeddah, de la part de l’Organisation de la conférence islamique (OCI), généralement considérée comme la voix du monde islamique, le sultan de l’Etat de Pahang devenu, le 31 janvier 2019, roi de la monarchie élective malaisienne, a exhorté les nations musulmanes « à unir leurs forces et élargir leurs efforts individuels pour améliorer leur bien-être collectif et renforcer la Oummah, confrontée à de si grands et graves défis dans de nombreuses régions du monde ».

Dans son discours d’ouverture aux accents rassembleurs, Abdullah Shah a insisté sur l’impérieuse nécessité d’instaurer un « dialogue ouvert et constructif pour mieux se comprendre les uns les autres, favoriser la création de synergies fructueuses et tendre à nouveau vers l’excellence », mais aussi pour dissiper « les malentendus, les préjugés qui ternissent l’islam ». Il a également souligné l’importance de « maintenir une bonne gouvernance » au sein de chaque pays.

Publicité
Publicité
Publicité

« Unissons-nous tous et engageons-nous solennellement à mettre en pratique les prières que nous accomplissons cinq fois par jour, à seule fin d’améliorer la vie de notre Oummah et reconstruire la civilisation islamique, pour lui redonner la splendeur d’autrefois », a-t-il appelé de ses vœux.

« Le Coran soutient que l’objectif principal du dialogue est de promouvoir le bien commun – al-khayra – pour l’ensemble de l’humanité », a-t-il rappelé, renchérissant : « Le dialogue reste la base idéale pour l’interaction entre des personnes d’horizons différents. Grâce au dialogue, les musulmans disposeront d’une plateforme puissante pour corriger les idées fausses sur leur foi parmi les personnes d’autres religions et idéologies, ce qui nous permettra d’améliorer nos interactions et nos relations avec d’autres cultures et civilisations ».

Publicité
Publicité
Publicité

Tout en incitant chaque musulman à « acquérir une meilleure compréhension de sa religion, car c’est le fondement même de son identité », le souverain de Malaisie a également mis l’accent sur le troisième pilier de l’islam, la Zakat, et sur la charité, l’une des vertus essentielles prescrites par le Coran, appelant avec force à « respecter scrupuleusement ces principes clés de la religion pour surmonter les défis auxquels la Oummah est confrontée ».

« Lorsque nous accomplirons cela, nous créerons une nouvelle génération de musulmans qui pourront jouer leur rôle avec sagesse, courage, équité et justice », a-t-il proclamé, avant d’évoquer l’âge d’or de la civilisation islamique et la prospérité dont jouissaient alors les contrées musulmanes.

Le président Erdogan a participé au déjeuner offert par le roi de Malaisie, après avoir visité l’exposition historique du Sommet

Devant le président Tayyip Recep Erdogan, assis aux premières loges, Abdullah Shah a relaté le passé glorieux de l’Empire ottoman et loué son respect de la loi basée sur les principes islamiques, grâce auquel Istanbul a connu un prodigieux essor, tant sur le plan commercial, culturel, artistique que scientifique.

« Sous le règne de Soliman le Magnifique, Istanbul est devenue non seulement le centre de la culture islamique, mais aussi du commerce et des échanges, faisant littéralement le pont entre l’Est et l’Ouest », a-t-il déclaré d’un ton admiratif, ajoutant avec exaltation : « Plus connu en Orient comme « le législateur », Soliman le Magnifique a codifié la loi coranique et établi les droits de ses citoyens selon les principes islamiques, créant une société distincte, pieuse et ordonnée. Nous avons la chance d’avoir un passé aussi riche qui peut nous guider dans le présent ».

Et de poursuivre : « Notre riche passé fait partie intégrante de l’histoire du monde et peut nous guider aujourd’hui. N’oublions pas que, tout au long de l’histoire, nos philosophes islamiques ont été des pionniers dans l’élargissement des frontières de la connaissance humaine ».

Après avoir mis en exergue la flamboyance du passé et l’empreinte indélébile laissée par d’illustres personnages musulmans, le sultan Abdallah a rendu hommage à la jeune génération musulmane, à sa quête de l’excellence et à son formidable potentiel. « Avec la combinaison de valeurs positives, l’accès aux technologies de l’information et de la communication, cette nouvelle génération de musulmans a un grand potentiel pour relancer la civilisation islamique et inaugurer un nouvel âge d’or de l’islam », s’est-il enthousiasmé.

Publicité
Publicité
Publicité

Sa voix a ensuite trahi une vive inquiétude, à l’évocation de la montée de la haine et de l’intolérance. « Elles ont atteint des niveaux alarmants partout dans le monde », a-t-il alerté, avant de se vouloir résolument positif : « Néanmoins, je suis fermement convaincu que nous pouvons  trouver ensemble une voie pacifique, car l’islam est une religion qui encourage la rationalité, la pensée scientifique et une éthique forte ».

Après avoir chaleureusement remercié la vingtaine de chefs d’Etat présents, ainsi que leurs éminents représentants, le roi de Malaisie s’est réjoui que leur participation à ce sommet « reflète leur prise de conscience sur l’urgence de la situation et leur pleine et entière adhésion au nécessaire renforcement de la Oummah ».

« De nombreux défis nous attendent dans ce monde très complexe dans lequel nous vivons aujourd’hui. Pour moi, le besoin d’unité de notre Oummah ainsi que le développement de nos communautés sont les deux moyens les plus importants pour relever ces défis », a-t-il conclu de manière vibrante.

Il est à noter que l’homme fort d’Ankara et le Premier ministre malaisien ont profité du Sommet pour dénoncer à l’unisson l’incapacité des pays musulmans à peser de tout leur poids sur le conflit israélo-palestinien, ainsi que sur différentes autres crises majeures. « Pourquoi n’avons-nous pas pu réaliser de progrès en faveur de la cause palestinienne, pourquoi ne pouvons-nous pas freiner l’exploitation de nos ressources, et pourquoi ne pouvons-nous pas mettre un terme à la fragmentation du monde musulman ? », ont-ils lancé en appuyant là où le bât blesse.

Commentaires

Laissez un commentaire
  1. A croissant de Lune.
    Salam alikoume
    Il y a un tas de solutions collectives pour la Chine, les mêmes que pour la Palestine mais à une autre échelle :
    Le boycott des produits Chinois (on est 1 milliard) avec peut être des temps forts semaines, mois du boycott
    le boycott diplomatique même si je n’y crois pas nos dirigeants sont trop faibles : mais s’il y a des manifs de rue, on peut changer la donne.
    l’occupation médiatique pour faire de ce sujet un vrai sujet pas un sujet entre la rubrique sport et international. Soutien des dissidents y compris financièrement. Après il faut un élan collectif à travers le monde sinon ça ne marche pas.
    Pour l’Inde c’est plus compliqué mais une partie des solutions s’appliquent.
    Et vous c’est quoi vos solutions pour la Palestine mis à part la guerre qui soit dit en passant tueraient des milliers de musulmans et qui poserait de nombreux problèmes autant pour les ISraeliens que pour les Musulmans;
    Les seules solutions sont politiques sociales et économiques, le guerre nourri les rancoeurs et nous enferme dans des cercles vicieux sans fin. Les luttes violentes peuvent venir en appoint des solutions politiques et économiques.
    Pour revenir à la question de la cause centrale, la cause centrale n’est pas la Palestine, la Palestine est plus une cause « arabocentrée » qu’une cause Islamique, L’OLP était une organisation plutôt laïque, pour rappel. Nasser a fait la guerre, non pas au nom de l’Islam et au nom du nationalisme Arabe. les musulmans du coin Egypte Nasserienne, Jordanie Aschémite, Syrie Assadienne, Liban ont tous privilégier leurs intérêts nationaux et non religieux parce que la Palestine est avant tout un problème de Colonisation du peuple Palestinien, par des colons juifs Européens, qui ont sur créer une espèce de mythe sur l’affrontement ancestral entre Musulman et juifs qui n’est qu’un mythe. Au cours de l’histoire, s’il y a eu des tensions, ces 2 communautés se sont rarement fait la guerre, elles ont plutôt eu tendance à collaborer, les exemples sont nombreux (empire Ottoman, Andalous, Irak ancien, Maroc, Tunisie et Algérie avant que la France avec la loiCrémieux mette ces deux communautés dos à dos)
    Et nous Arabes, Musulmans, juifs peu cultivés on est tombé dans le panneau pour une majeure partie d’entre nous.
    La cause centrale au delà de nos quartiers, c’est l’éducation, le savoir, la liberté de penser, la capacité à ne pas se laisser opprimer et de ne pas opprimer en maniant à la fois la plume le plus souvent, le glève lorsqu’il n’y a plus d’autres alternatives, mais de nos jours cela aussi passe par le savoir.
    J’ai la conviction intime que le Coran nous met sur cette voie, apparemment tout le monde n’est pas du même avis mais l’esprit humain est ainsi fait, il part dans de nombreuses directions en fonction du caractère, du vécu, des ressources de chacun.
    Que Dieu nous guide.

    • Salam Saidb, décidément vous restez semblable à vous-même. Allez-y donc, faites promotion de bohicotts des produits Chinois rien que ça, à échelle significative et ressentie, au point d’incliner la gouvernance Chinoise en notre faveur, étant la fierté sinon l’orgueil Chinois, il faut un très long et très coûteux bohicott. Bohicott organisé par nos gouvernances, si c’est seulement du bénévolat, jamais vous n’aurez la masse critique voulue, donc allez circonvenir les gouvernants des pays de Musulmans. Demandez-leur aussi des secours aux Ouygours, vous aurez ça très bientôt. Tout le monde a vu que la Turquie s’est portée seule au secours des réfugiés Rohingias, en a accueilli sur son sol, c’était pourtant beaucoup moindre chose à faire que s’agissant des Ouygours de Chine. Et ceux des Rohingias qui sont entrés en Arabie sont tenus en lieux surveillés carcéralement. Dans le cas Byrman, un bohicott peut-être était efficace, quoi que, l’affaire était déjà Chinoise aussi. Je vois dans les faits que seule la Turquie a porté secours aux Rohingias et d’autres encore, je vois, mais vous ne voulez pas l’entendre, que les pays dont les gouvernances ont abandonné la cause des gens de Filastine ont également tourné à plus forte raison le dos aux autres causes. Des manifs pacifiques de rue, apparemment ça donne rien, je me trompe?

      Vous me demandez mes sollutions, je n’en ai pas. Enfin pas maintenant. Il faudrait agir sur les gouvernances jusqu’à ériger une gouvernance panIslamique, oui mais il paraît que la Nation Islamique n’existe pas, c’est vous qui l’avez écrit. Ben si c’est comme ça, il n’y a pas de sollutions, qu’on se suffise de s’occuper des jeunes des quartiers en France, en priant pour qu’un éventuel changement politique qui se profile ne rende pas cette activité vaine. On peut faire du cinéma aussi, je ne sais pas, rien de convainquant. La situation de guerre n’est pas un mythe, je parle du présent, les meurtres des gens de Gaza c’est maintenant que ça se passe, merci pour les souvenirs historiques quand-même.

      Croissant de lune.

      • Salamalikoum
        oui je defends certaines constantes,
        Je n’attends rien des Etats nations trop occupés par les enjeux de puissance pour défendre la veuve et l’orphelin. La seule voie c’est le soulévement des populations locales soutenues par les opinions publiques du monde entier, c’est ce qui ‘est passé au moment de la décolonisation française, Au Vietnam, en Afrique du Sud…
        Sinon vous pouvez toujours attendre la renaissance du mythe de la oumma qui a son apogée a du compter au maximum 1 000 000 de personnes avant de se disloquer en bloques rivaux, dès la mort du prophètes relisez les récits sur la concurrence entre les souhaba et aussi la famille du prophète juste après sa mort et vous en serez convaincu ou la renaissance de l’empire Ottoman, vous semblez admirer M Erdogan qui est un dictateur parmi d’autres qui n’hésite pas à arrêter ses opposants et à truquer des élections.

  2. @Saidb. Absolument d’accord sur l’esprit clanique moins sur la notion d’apartheid que vous appliquez à toutes les sauces : en Palestine, en Inde et en Chine. Alors que les contextes, les histoires, les cultures n’ont rien à voir avec l’Afrique du Sud. Il suffit de parler de discrimination. User du terme apartheid est surtout idéologique mais ne reflète pas la réalité.

  3. Salam, c’est donc un contre-sommet, un sommet alternatif à l’imbécile O-C-I, entendez imbécile au sens premier, initial, faible, sans bâton. La oumma n’est pas désunie, j’entends dire ça depuis longtemps mais je n’arrive pas à m’en convaincre, trop lucide pour ça. Ma dure rationalité ne se satisfait pas de cette prétendue désunion de la oumma, donc désunion ou division des Musulmans, diversité, variété, oui, mais division non. Pourquoi, alors sur quoi les Musulmans ou les gouvernances des pays de Musulmans divergent-elles aujourd’hui voire s’opposent-elles? Je ne vois pas d’autre vraie divergeance et opposition aujourd’hui entre les gouvernances et les structures politiques des pays de Musulmans sauf la seule rivalité qui vaille, la séparation légitime et je dirais forcée, entre ceux qui tiennent à la souveraineté des pays de Musulmans et leur renaissance d’une part, et d’autre part,les allignés, les suivistes. Cet appel a du sens si on le traduisait en fait comme une admonestation faite aux gouvernances et structures politiques non désireuses de vraie souveraineté, allignées et suivistes, admonestation, voire ordre, invitation à s’élever vers la souveraineté, la force, le développement. C’est ou ça devrait être une sommation, car est-ce que moi je veux m’unir dans l’amitié des Saoudistes et traîtres à la Oumma? Non, je ne voudrais moi que les sommer de se démettre de pouvoirs usurpés, les sommer de paraître en justice pour les maux innombrables commis. Si je m’approchais de ces Sio-Saoudistes par diplômatie, ce ne serait en mon cœur qu’une démarche pour progressivement les désarmer, dans le but d’abattre les mains sur eux un jour venu. Non, je ne me sens pas solidaire ni concitoyens de Sio-Saoudistes malfaiteurs, qui campent dans l’hostilité déclarée. Réunir tout le monde, non merci, la place des criminels est au mieux en prison, la place des traîtres en trahison militaire selon toutes les lois et les justice est face au peloton d’exécution.

    J’ignore presque tout de la Malaisie mais il me plaît qu’ils aient l’usage de monarchie élective, le sultan constitutionel étant dépourvu de la réalité des pouvoirs, ce n’est qu’à cette condition que je consens à la préservation décorative de la monarchie qui bien qu’ignorée de l’Islam tienne tant et trop aux cœurs de certains peuples qui devraient la déraciner, l’arracher comme une vieille dent gâtée.

    Croissant de lune.

  4. « Pourquoi n’avons-nous pas pu réaliser de progrès en faveur de la cause palestinienne, pourquoi ne pouvons-nous pas freiner l’exploitation de nos ressources, et pourquoi ne pouvons-nous pas mettre un terme à la fragmentation du monde musulman ? » A qui posent-ils la question ? Il faudrait plutôt qu’ils y répondent, on ne peut pas répondre à leur place !

    • @ Mohammed, c’est drôle mais à qui posent-ils la question? A toi peut-être, non? On ne peut pas répondre à leur place dis-tu, quelle est ta réponse, ou quelles devraient être leurs réponses à eux selon tes voeux, vas-y, on t’écoute si c’est pas trop Saoudiste sur les bords, ok?

      Croissant de lune.

  5. Au vu de ce qui se passe en Inde, et en Chine, le problème N°1 en matière de solidarité religieuse n’est plus de résoudre le problème Palestinien mais le problème Indien et Chinois, c’est une question d’échelle. ça ne veut pas dire qu’il faut oublier les Palestiniens mais que parmi les musulmans victimes d’Apartheid dans le monde les palestiniens ne sont plus les seuls.

    • Israël utilise son protégé Modi comme les USA exagèrent la question du Xinjiang pour détourner les musulmans de la question centrale qu’est pour eux le poignard qui découpe en deux le monde musulman et lui arrache son coeur, Jérusalem. La question palestinienne est et restera la question centrale de l’oumma tant que les réfugiés palestiniens ne seront pas revenus sur leurs terres et que la Jérusalem arabe n’aura pas été libérée de l’occupation. Après 70 ans, il est temps de comprendre que jamais les musulmans ne renonceront à ces objectifs .

      • De mon point de vue un musulman persecuté vaut un autre musulman persécuté, il vaut même autant qu’un autre humain persecuté. Tant que nos indignations seront sélectives et claniques nous n’avancerons pas. Dieu est du côté des opprimés sans faire de différence entre les races, les religions, c’est écrit. Suivons son message.

    • Salam Saidb, mon frère, la cause du peuple de Filastine reste centrale, la défaite militaire de la oumma face à l’ennemi Sioniste accroît bien obligé l’hostilité d’autres, parce que la loi mondaine ce n’est pas la compassion du vaincu, ou rarement, c’est très souvent le mépris du vaincu. Mépris légitime d’ailleurs que j’ajouterais. Donc les autres faits d’hostilité Indiens et Chinois et d’autres encore ne sont en rien dissociables de l’hostilité Sioniste, votre commentaire est en soit dérivatif et dissociant. Dire qu’il faut que la cause du peuple de Filastine ne soit plus centrale revient à valider l’abandon de toutes les causes, les Musulmans n’ont abandonné les autres causes qu’à mesure qu’ils abandonnaient la cause centrale. Vous le savez fort bien, je comprends mal votre topique, feriez-vous promotion de défaitisme face à l’entité Sioniste et donc face à tout ennemi? Cuid de l’histoire de l’arme nucléaire, à part des sentiments, vous avez quoi de rationel et responsable à opposer au projet de tel ou tel gouvernant de pays de Musulman de l’acquérir? Si pour vous, le nec plus ultra n’est que de s’occuper des gens des quartiers dits sensibles, à la longue votre activité sera vaine, parce que la faiblesse des Musulmans au dehors expose les Musulmans en France, et ça c’est du rationel bien dur, si vous arrivez à vous convaincre vous-même de votre humanisme ou droit-de-l’hommisme, grand bien vous fasse, mais l’important n’est pas vos sentiments mais les causes des Musulmans. Et en clair, puisque vous y êtes, vous proposez quoi mais quoi aujourd’hui en soutien à la cause des Musulmans en Inde et en Chine? Que faire pour les Chinois, si vous avez des sollutions autres que vos indignations, livrez-les ici!

      Croissant de lune.

  6. Très joli discours qui va dans le bon sens celui d’un Monde musulman unifié et pacifié… Dans le dialogue et l’échange …
    Initiative à saluer …
    Bien sûr, partout la oumma doit pouvoir discuter sereinement pour avancer dans la complexité du monde actuel …
    What else !

  7. il est temps d’ouvrire les frontières aux hommes, aux marchandises, aux capitaux entre pays musulmans. Istanbul, Kual lampur comme places financières. Une banque commune de développement après avoir purger la oummah de la raclure des saouds, des zaids.
    Commencer d’abord par raisonner les deux salopperies qui sont le maroc et l’algérie!
    Il faut sortir de cette colonisation et à tout prix

      • oh pardon, j’ai oublié de finir mon retour avec enfoiré, ça me soigne s’agissant de leroy.
        Dans ma lancée, j’aimerais te voir après que rien ne débarque d’afrique, ton petit cucul gelé après que l’algérie et le niger aient coupé leur pétrole, gaz et uranium …et la liste est longue.
        Moi, entant que marocain , je n’ai rien à perdre, je suis né dans la perte et n’ai pas d’illusion.
        J’ai à récuperer petit
        y compris ceux que tu rejetes et qui ont donné à la france ça se trouve ce que tes ancêtres n’ont fait – en supposant que ces derniers n’étaient pas des collabos?-
        alors bisous

  8. Deuxième article après celui de R Naba qui remet en question la prééminence des arabes dans le monde musulman. Erdogan cherche donc toujours à faire la course en tête pour le dominer. On retrouve donc en filigrane la lutte fratricide entre les musulmans. Manque l’Iran pour compléter le triumvirat qui a prévalu dans l’histoire de l’impérialisme musulman : chiites persans – arabes sunnites – ottomans sunnites. Qui sera donc le prochain néo calife ou ou le prochain néo sultan qui va promouvoir la renaissance islamique, c’est-à-dire le retour à l’indépassable mythe des origines ? Car il ne s’agit que de ça depuis toujours, depuis que Mahomet n’est plus.

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Imran Khan Niazi, maître d’œuvre du ravalement cosmétique du Pakistan

Des prisonniers palestiniens évoquent les séances de torture lors de leur détention en Israël