in

Singapour : Halimah Yacob devient la première femme présidente du pays

C’est aux côtés de son mari et premier soutien, Mohammed Abdullah Alhabshee, que Halimah Yacob, 63 ans, a salué ses partisans venus nombreux acclamer son entrée par la grande porte dans l’histoire institutionnelle de Singapour, en sa qualité de première femme nommée présidente de l’archipel d’Asie du Sud-Est.

Déjà auréolée de gloire pour avoir été la première femme voilée à occuper la haute fonction de présidente du Parlement en 2013, cette véritable pionnière de la politique, issue de la minorité malaisienne, atteint aujourd’hui l’apogée de sa belle carrière, pour la plus grande fierté de ses cinq enfants.

Hissée au sommet d’un pays situé à l’extrême sud de la péninsule malaisienne dont la prodigieuse prospérité économique fait de nombreux envieux, Halimah Yacob s’est imposée comme la candidate idéale pour prétendre à une présidence qui, pour être honorifique, n’en sera pas moins marquée de son empreinte volontariste, résolue à défendre au mieux les intérêts de ses concitoyens.

« Bien qu’il n’y ait pas eu d’élection, mon engagement à vous servir reste le même », a-t-elle déclaré avec vigueur lors de son allocution prononcée à l’annonce de sa nomination.

« Bien qu’il s’agisse d’une élection réservée, je ne suis pas une présidente réservée », a-t-elle insisté, reconnaissant publiquement qu’elle devait sa mirifique promotion à la décision inédite de réserver la présidence à un membre éminent de la communauté malaisienne, avant de clamer avec force : « Je suis une présidente pour tous ! ».

Dans une République de Singapour que d’aucuns qualifient de « démocratie autoritaire » pour être régentée depuis 1959, sans discontinuer, par le Parti d’action populaire (PAP), la musulmane Halimah Yacob se prépare, non sans émotion, à être officiellement intronisée jeudi, plus que jamais déterminée à ne pas faire de la figuration au cours de son mandat long de six ans.

« Qu’il s’agisse ou non d’une élection, je réitère ma promesse de servir tout le monde avec la même passion, équité et un sens aigu des responsabilités. Je promets de m’atteler à la tâche sans tarder et de travailler avec rigueur et acharnement », a-t-elle fait le serment, sous l’ovation d’un public entièrement acquis à sa cause.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les musulmanes peuvent se dévoiler pour travailler, selon l’ancien Grand Mufti d’Egypte

Abou Diaby: “J’ai appris par cœur la moitié du Coran”