in

Sergio Ramos, le capitaine du Real Madrid, appelle à soutenir les enfants syriens

Interminable et mortifère, le cauchemar syrien hante les pensées de certaines vedettes du football. Bien que grisées par le tourbillon de la gloire et de l’argent-roi, elles ne détournent pas les yeux devant l’horreur d’un conflit long de sept ans, qui se passe loin de leur cocon douillet.

« Sept ans de souffrance, toujours plus de meurtres, d’attaques contre les écoles et les hôpitaux, les enfants doivent réaliser leurs rêves ». La profonde consternation de Sergio Ramos, le capitaine du Real Madrid, après les massacres qui ont endeuillé la Ghouta orientale, ne se lit pas en filigrane, mais s’affiche sur son compte Twitter en toutes lettres, en guise de triste légende d’un clip vidéo posté en signe de solidarité avec les enfants de Syrie.

Un jour avant lui, son co-équipier et superstar Cristiano Ronaldo s’était déjà ému du sort des enfants syriens, ces petites victimes innocentes prises en otages de l’une des guerres les plus dévastatrices de l’histoire récente pour les jeunes générations de la région, et avait posté une vidéo de soutien sur les réseaux sociaux.

4 commentaires

Laissez un commentaire
  1. peut tout accepter même l’intenable devant l horreur et des cris de désespoirs ayons un brin d ‘humanité et de l empathie ce conflit est une tragédie et un désastre dans ce tout ce que nous sommes les mots sont là pour donner un sens face à cette violence aveugle et seuls les mots ont le pouvoir de permettre aux personnes de croire à l humanité . partons dans le nous et engageons nous dans cette lutte contre toutes les formes de violences .
    Celui qui sauve un seul homme, c’est comme s’il avait sauvé l’humanité tout entière

    (Coran 5.32)

  2. dites merci aux usa et ses sbires pour cette guerre sans fin,qu’en pensez-vous ouma.com ? car je connais votre réponse il n’y a qu’à lire entre les lignes de votre article.
    et j’espère que vous n’allez pas me censurer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La judokate algérienne Amina Belkadi refuse de combattre contre une israélienne

“D’abord, ils ont effacé notre nom”, le premier témoignage d’un Rohingya en France