in ,

Royaume-Uni : une célèbre activiste musulmane brigue la mairie de Birmingham sous les couleurs du Parti travailliste

Elle en a fait du chemin, franchi bien des obstacles et gravi des échelons depuis son arrivée en famille à Birmingham, au début des années 70, Salma Yaqoob, 48 ans, a creusé son sillon au royaume de sa Gracieuse Majesté, avec persévérance et courage.

Cette activiste britannique, psychothérapeute de formation, dont les parents pakistanais choisirent de se forger un nouvel avenir sous les cieux des Midlands, poursuit son irrésistible ascension sur le devant de la scène publique, là où sa fibre militante s’épanouit pleinement.

Ayant contracté très tôt le virus de la politique, l’ancienne chef de file musulmane et voilée du parti du Respect, fondé en 2004 et dissous en 2016, qui puisait ses racines à gauche, voire à l’extrême-gauche, s’est imposée en l’espace de trois ans comme une valeur sûre du clan travailliste.

Adoubée par Jeremy Corbyn, le leader du Labour Party et chef incontesté de l’opposition, Salma Yaqoob nourrit une grande ambition, parfaitement légitime au regard de sa trajectoire et de son investissement sur le terrain : se voir remettre les clés de sa bonne ville de Birmingham.

Publicité

         Salma Yaqoob aux côtés de Jeremy Corbyn

Dans cette course au fauteuil de maire qui s’annonce d’ores et déjà effrénée, tant la concurrence sera rude, elle peut compter sur le soutien sans faille de son mari médecin et de ses trois fils, lesquels vouent une admiration sans bornes à leur maman engagée sur tous les fronts :  à la fois conseillère municipale, porte-parole de la grande mosquée locale, figure de proue de l’organisation « Stop Coalition War » qui se dresse contre les guerres injustes, ainsi que de la campagne « Not in my name » qui refuse que l’islam soit souillé par les atrocités de Daesh.

Sous son hijab qui, contrairement à la France, n’en fait ni une paria de la société, ni une pasionaria de l’islam politique – le magazine Harper’s Bazaar l’a classée parmi les « Femmes qui façonnent la Grande-Bretagne » aux côtés de l’actrice Kate Winslet, entre autres – Salma Yaqoob fait plus que s’autoriser à rêver d’un grand destin municipal. Elle met toutes les chances de son côté pour obtenir l’investiture officielle de son parti, un préalable indispensable.

Quand elle prend le temps de se retourner sur son passé, cette femme accomplie, qui a réussi à se hisser dans le cercle très fermé des femmes qui comptent de l’autre côté de la Manche, mesure le long chemin parcouru depuis sa prime enfance passée à Birmingham. Et c’est submergée par l’émotion qu’elle songe alors à ses parents qui, il y a 40 ans de cela, posèrent leurs bagages dans la ville dont elle écrira peut-être demain une nouvelle page, en sa qualité de maire. La première maire de confession musulmane et voilée…

Publicité

Publicité

4 commentaires

Laissez un commentaire
  1. Chapeau bas !
    Un bien joli parcours…
    Elle bénéficie du soutien indispensable de sa famille… Un parti travailliste tout à fait dans le vent, incontournable…
    C’est sûr, elle va faire des jaloux… Mais surtout des émules…
    Bravissimo !

      • “Leroy”
        Quand on s’investit dans sa vie professionnelle, publique (en général, et encore plus intensément ) et qu’on est en même temps chargé(e) de famille on a besoin du soutien et de l’adhésion des siens…
        C’est comme ça dans toutes les religions et même pour ceux qui s’en passent !
        Vous savez pas encore mais discuter, accepter l’autre, être responsable… c’est toujours mieux…
        Encore faut-il savoir de quoi on parle…
        What else !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité

Des personnalités s’indignent sur Twitter d’un éventuel retour de Zemmour sur CNews condamné récemment pour provocation à la haine

Une affiche de la FCPE avec une maman voilée fait polémique dans l’éducation nationale