in ,

Réponses à plusieurs questions posées sur le forum (31/07/2000)

 

Je me protège auprès d’Allah contre Satan le lapidé, AuNom d’Allah, Clément et Miséricordieux, et que la paix et la prière d’Allahsoient sur notre Prophète Mouhammad sur sa famille et sesCompagnons jusqu’au jour du Jugement dernier.

J’ai, pour aujourd’hui, choisi quelques-unes desquestions, posées par des sœurs et frères, sur le site Internet :

www.allahouakbar.com. La première des interrogations nous vient d’ un frère qui demande :

1) Le halal ( mariage religieux ) est-il toujours valide aprèsune séparation de trois mois ?

Allah, Gloire à Lui, a crée le mariage et en a fait un«  engagement solennel »

« Comment oseriez- vous le reprendre, après que l’union la plus intime vous ait associés l’ un à l’ autre et qu’ elles aientobtenu de vous un engagement solennel ? »

( Traduction du sens du verset 21, Sourate 4 An – Nissa, Les Femmes )

Le lien du mariage ( halal) est bâti sur la certitude. On nedoit pas en douter et en sortir sur le doute et les relations entre épouxdoivent êtres réalisées sur les piliers de la chari’a et sur les droits etdevoirs réciproques.

Par exemple si l’épouse se fait belle pour son mari, ildoit en faire autant en retour. Les rapports doivent être établis, sur unebase de justice et non pas selon le bon vouloir de l’homme. Les théologiensparlent de vie commune basée sur le « ma’rouf », le connu, leconvenable, la bienfaisance, «  al ihsane ».

Dieu dit à ce propos dans Son Livre Saint :

« Et faites que ces femmes habitent où vous habitez,et suivant vos moyens. Et ne cherchez pas à leur nuire en les contraignant àvivre à l’étroit. Et si elles sont enceintes, pourvoyez à leurs besoinsjusqu’à ce qu’elles aient accouché. Puis, si elles allaitent ( l’ enfant né )de vous, donnez- leur leurs salaires. Et concertez-vous (à ce sujet) de façonconvenable. Et si vous rencontrez des difficultés réciproques, alors, uneautre allaitera pour lui.

( Traduction du sens du verset 6, Sourate 65 At – Talaq, Le Divorce )

Et aussi :

«…[..].. Et comportez-vous convenablement enverselles. Si vous avez de l’aversion envers elles durant la vie commune, il se peutque vous ayez de l’aversion pour une chose où Allah a déposé un grand bien. »

( Traduction du sens du verset 19, Sourate 4 An – Nissa, Les Femmes )

Rappelez-vous que Eve a été tirée d’une côte d’Adam,cette côte courbée peut se briser si l’on tente de la redresser. Il ne fautpas voir que les défauts des autres. Un hadith nous enseigne : « Comportez-vousbien avec vos épouses. » Et dans les droits de l’épouse, il y a la dot, ledroit au gîte, au couvert, à être habillée, soignée ect..

« Et donnez aux épouses leur mahr ( dot ), de bonne grâce.Si de bon gré, elles vous en abandonnent quelque chose, disposez- en alors àvotre aise et de bon cœur. »

( Traduction du sens du verset 4, Sourate 4 An – Nissa, Les Femmes )

« Les hommes ont autorité sur les femmes, en raisondes faveurs qu’ Allah accorde à ceux-là sur celles-ci, et aussi à cause des dépensesqu’ ils font de leurs biens. Les femmes vertueuses sont obéissantes (à leursmaris), et protègent ce qui doit être protégé, pendant l’ absence de leursépoux, avec la protection d’ Allah ..[…].. »

( Traduction du sens du verset 34, Sourate 4 An – Nissa, Les Femmes )

Les hommes ont certes une prééminence sur leur épouse, (car en islam, c’est l’homme qui chargé de pourvoir aux dépenses financièresdu foyer ) mais cela ne veut pas dire qu’elle est votre propriété.

L’épouse doit respecter son mari et ne doit pas lui désobéir,dans le convenable. Elle doit, pour sortir, par exemple, avoir l’assentimentde son mari.

Dans les lois qui régissent le couple, ce n’est pas parceque l’on est en colère, qu’il y a divorce. Celui-ci ne peut être prononcéque selon certains critères. Il ne faut pas en jouer. Pour répondre à ce frère,je lui dis que son épouse est toujours la sienne, s’il n’a pas dit qu’ilvoulait divorcer. Ils peuvent donc, avec l’accord de celle-ci, reprendre lavie commune.

2) Est-il possible de rêver du Prophète Mouhammad 

?

Le Prophète a dit : «  Qui me voit en rêve m’avu réellement car Satan ne peut prendre mon apparence ! »

Mais rêver du Prophète ne signifie pas que l’on est unsaint et que le Paradis est gagné. Il ne faut donc pas vivre en fonction de sesrêves. Et seul l’être bienfaisant voit en rêve ses semblables.

Un jour, un homme alla voir un cheikh pour lui dire « Dis- moi comment faire pour rêver du Prophète ? »

Le cheikh lui conseilla de boire un litre d’eau saléeavant se coucher. Ce que l’homme fit. Il passa alors toute la nuit à chercherde l’eau douce pour étancher la soif provoquée par l’eau salée.

Il alla revoir le cheikh le lendemain, lui raconta sa mésaventure,indigné par le conseil donné.

Le cheikh lui dit alors : «  Si tu avais mis tantd’ardeur à vouloir rêver du Prophète que tu n’en as mis à la recherchede ton eau, tu l’aurais vu en rêve ! »

La morale de cette histoire est que si l’on veut voir réellementle Prophète en songe, il faut que cette quête soit sincère et dénuéed’intérêt.

3) Peut-on avoir pour ami un juif ou un chrétien ?

Oui, l’on peut lier des liens d’amitiés avec le nonmusulman qui n’est pas notre ennemi en religion. Nous devons le respecter avecéquité et justice car dans le Coran

«Allah ne vous défend pas d’être bienfaisants et équitables envers ceux qui nevous ont pas combattus pour la religion et ne vous ont pas chassés de vosdemeures. Car Allah aime les équitables. »(Traduction du sens du verset 8, Sourate 60, Al Moumtahanah, L’ Eprouvée )

Ce verset a été révélé pour les polythéistes, alors quedire des « Gens du Livre » qui nous sont plus proches. Ces gens ontdroit à notre respect surtout s’ils sont nos proches voisins ( voir question7 )

4) Issa – Jésus, Fils de Marie, que La Paix d’Allah soit sur eux, était il musulman ?

Si nous parlons de l’islam en tant que « soumission »,« abandon volontaire à la Volonté Divine », oui, Jésus l’était !

Tous les prophètes l’étaient en ce sens. Ibrahim, par exemple, « Quandson Seigneur lui avait dit: ‘Soumets – toi’, il dit: ‘Je mesoumets au Seigneur de l’ Univers. » (Traductiondu sens du verset 131, Sourate 2, Al Baqara, La Vache )

Nouh – Noé aussi, s’adressant à son peuple :

« Si vous vous détournez, alors je ne vous ai pasdemandé de salaire… Mon salaire n’ incombe qu’ à Allah. Et il m’a étécommandé d’ être du nombre des soumis. »

( Traduction du sens du verset 72, Sourate 10 Younous, Jonas )

Et Allah nous informe sur les Prophètes :

« Nous avons, certes, envoyé (des messagers) auxcommunautés avant toi. Ensuite Nous les avons saisies par l’adversité et la détresse- peut-être imploreront-ils (la miséricorde) ! »

( Traduction du sens du verset 42, sourate 6, Al An’am, Les Bestiaux )

De ce point de vue, l’on peut considérer que tous lesProphètes ont prêché la même foi en Dieu Unique. Chacun, certes, avec sa loiet c’est ce qui les différencie, mais sont tous unanimes sur le monothéisme.

Le Prophète Mouhammad étant décritdans la Bible, Jésus a espéré être de sa communauté. Et pour nous, il estclair que Jésus n’est ni Dieu, ni son fils mais

« LeMessie, fils de Marie, n’était qu’un Messager. Des messagers sont passés avantlui. Et sa mère était une véridique. Et tous deux consommaient de lanourriture. Vois comme Nous leur expliquons les preuves et puis vois comme ilsse détournent. » ( Traduction du sens du verset 75, Sourate 5, Al Maïda, La Table Servie )

Il était serviteur de Dieu et Allah fit

« d’elle ainsi que de son fils, un signe (miracle) pour l’ Univers. » ( Traduction du sens de l’extrait du verset 91, Sourate 21 Al Anbya, Les Prophètes )

Note de la rédaction :

Au sens strict du terme, et je ne voudrais engager aucune polémiqueà ce sujet, Jésus n’était certainement pas chrétien. Puisque toutd’abord, il appliquait la loi révélée à Moïse, et ce sont ses disciplesqui se sont appelés chrétien. Et notamment avec la prédication de St Paul, véritablefondateur du Christianisme. ( voir en ce moment, à ce sujet, l’émission«  Le Jour du Seigneur » le dimanche matin à 10h30 sur France 2,une série est consacrée à Saül de Tarse, plus connu sous le nom de St Paul )

Moussa ALLEM

4) Comment se marie –t –on en Islam ?

Tout d’abord Dieu aime ce lien qu’il a crée, il bénitsa longévité et déteste sa rupture. Un hadith nous enseigne que, parmi leschoses licites, la plus détestée de Dieu est le divorce.

Tout d’abord il faut connaître les piliers du mariage qui sont :

1- La demande en mariage ( et la réponse )

2- Le tuteur pour l’épouse

3- La dot

4- Les témoins ( bien qu’à ce sujet, il y ait divergences d’opinions parmi les théologiens)

Concernant la demande et la réponse, il y a une formule qui veut que l’on demande au père de la fille ou à son tuteur ( frère, oncle…) de donner en mariage cette fille suivant la Sounnah de Dieu et de Son Prophète.

La réponse doit être formulée de la même façon : «  Je te donne en mariage « une telle », pour ton fils « un tel « suivant la Sounnah de Dieu et de Son Prophète. »

L’épouse doit être consentante. Il faut qu’elle puisse répondre sans contrainte. Mais attention, mes sœurs, je vous conseille de répondre, surtout dans la négative, car qui ne dit mot consent !

Pour le tuteur ( Al wali, en arabe ) il y a une précision à faire. Si le mariage est fait sans tuteur, le mariage n’est pas, pour autant, invalidé. Car, en effet, que faire si les parents ou la famille d’une fille ne veut pas qu’elle épouse quelqu’un qu’elle aime, qui en plus est connu, pour être un homme de bien ?!

La dot ( Al mahr ) est obligatoire. Elle peut être donnée en tout ou partie, avant ou après le mariage, selon un accord préétabli. Et cela pour faciliter l’accès au mariage.

Si l’époux meurt avant la consommation du mariage, la dot est due à sa veuve et entièrement. Elle hérite même et est soumise à la période de veuvage de quatre mois et dix jours.

« Vous ne faites point de péché en divorçant d’ avecdes épouses que vous n’avez pas touchées, et à qui vous n’avez pas fixé leurmahr ( dot ). Donnez- leur toutefois – l’ homme aisé selon sa capacité, l’indigent selon sa capacité – quelque bien convenable dont elles puissent jouir.C’est un devoir pour les bienfaisants. »

( Traduction du sens du verset 236, Sourate 2, Al Baqara, La Vache )

Note de la rédaction :

La dot appartient à l’épouse et demeure sa propriété.Elle la conserve en entier en cas de divorce, et la moitié si le mariage estannulé avant d’être consommé. Les Arabes donnaient une dot avant l’islamet le Coran a entériné cette pratique. De nos jours, malheureusement,l’espoir d’une dot importante est un véritable fléau social. Certainsmusulmans (nes ) ne peuvent se marier car les sommes atteignent des sommetsvertigineux, tant et si bien, que l’on dit des musulmans « qu’ils achètentleur femme ». Alors qu’aucune dot n’est trop petite, car Le Prophètea dit à un pauvre qu’un anneau de fer pouvait convenir ou le faitd’apprendre ce que l’on sait du Coran à son épouse.

Les témoins, enfin, valident la véracité du mariage, carl’on ne peut se marier en secret.

Pour terminer, il y a des personnes que l’on ne peut épouser.Hormis la mère, la sœur, il y a la tante, la nièce etc… Les frères et sœursde lait ne peuvent se marier entre eux. Selon l’imam Ahmad ibnou Hanbal,l’on ne peut épouser un homme ou une femme adultère. En état desacralisation, lors du Hadj, on ne peut contracter de mariage.

A propos du mariage, je voudrais préciser que cette tâchen’incombe pas à n’importe lequel d’entre nous. En effet, ce n’est pasparce que l’on connaît les quatre piliers du mariage, cités ci dessus, quel’on peut marier à «  tour de bras » Je sais qu’il y en a quifont n’importe quoi et qui marient même des femmes non divorcéesreligieusement. En effet, s’il y a mariage, il y a divorce religieux. Je saisque l’on me reproche de ne pas «  faciliter » les choses, mais jene suis pas là pour cela. On vient me voir pour n’importe quoi, et je ne peuxpas «  halaliser », rendre licite, l’illicite. Et quand bien même,vous trouveriez cent imams pour ce faire, auprès de Dieu, ce ne serait pasvalable.

Note de la rédaction :

le mariage est un sujet déjà traité par Ibrahim HALITIM,voir sur ce site, à ce sujet les khotbas précédentes

5) Peut-on épouser une fille qui ne porte pas le hidjab ?

Le hidjab, appelé communément et à tort voile islamique, est un vêtement de piété pour la musulmane, mais il n’est pas la preuve de sa pureté. Ce n’est pas parce que l’on voit un cheikh tout de blanc vêtu, avec une belle barbe blanche, qu’il est un saint !

Le hidjab prouve à celle qui le porte, qu’elle obéit au commandement de Dieu c’est tout. A contrario, une femme qui ne le porte pas, n’est pas pour autant de mauvaises mœurs.

Je vous conseille donc de vous marier et d’apprendre la religion à votre épouse et à vos filles, car personne, bien souvent ne leur a appris.

6) L’exégèse est – elle obligatoire pour tout musulman ?

En préambule, je dirais que certains font malheureusementn’importe quoi, sans connaître le Coran, ni la langue arabe, son histoire, sasyntaxe, son évolution, les circonstances de la Révélation de tel ou telverset, les versets abrogeant ou abrogés…etc….

Un menuisier ne peut travailler que s’il a les outils adéquats.Et je ne suis pas le seul de cet avis. Moi-même, je fais appel à plusieurs exégèseslorsque j’en ai besoin. Il faut interroger les spécialistes pour cela, commeRazi, Al Qortobi, et autres Ibnou Kathir.

Les théologiens disent que faire de l’exégèse sans connaîtrel’arabe, c’est demander un enfant

sans accouplement ou récolter sans labourer !

7) Quels sont les droits du voisin ?

Dans le Coran, le voisin a droit au respect :

« Adorez Allah et ne Lui donnez aucun associé. Agissezavec bonté envers (vos) père et mère, les proches, les orphelins, lespauvres, le proche voisin, le voisin lointain, le collègue et le voyageur, etles esclaves en votre possession, car Allah n’ aime pas, en vérité, le présomptueux,l’ arrogant »

( Traduction du sens du verset 36, Sourate 4 An – Nissa, Les Femmes )

Et le Prophète l’a confirmé. Il a dit : « Jibril – Gabriel, me recommandait tant et tant le voisin, que j’ai cruqu’il allait en faire un héritier ! »

Hassan al Basri et Al Awzari disent que font partie duvoisinage les quarante maisons qui vous entourent. Et le respect du voisin étaitconnu des arabes bien avant la Révélation.

Le Coran parle de voisin proche et aussi de voisin éloigné.Celui-ci, musulman ou non, a droit au respect de l’islam et au droit en tantque voisin.

Vous devez avoir un bon comportement avec vos voisins,musulmans ou non, juifs ou chrétiens.

Par exemple, si vous faîtes griller de la viande, et si vousn’êtes pas assurés que vous n’allez pas incommoder votre voisin avec lesodeurs, n’en faîtes pas ou alors donnez – en lui !

Par trois fois le Prophète a juré : «  par Celuiqui détient mon âme entre Ses Mains, il n’est pas croyant ! »

« Qui ? » Demandèrent les compagnons, qu’Allahles agrée.

« Celui en qui le voisin n’a aune confiance » (c’est-à-dire celui qui inspire de la crainte à son voisin )

Et nous, nous faisons des excès, avec la sono à toutcasser, dans nos fêtes, en prétextant du fait que nos voisins sont des infidèles.Ce n’est pas cela l’islam. Et c’est à cause de notre comportement que lesnon musulmans se font une telle idée de notre religion. Si vous ne connaissezpas les droits des parents, des voisins, vous êtes encore loin de l’islam,alors ne venez pas me demander de vous expliquer des choses comme « ladivergence d’opinion entre les théologiens. »

L’islam ce sont les mou’amalates, les relationsinteractives avec les gens, nos actes et nos propos à leur encontre, lesrelations sociales, bref la vie en société.

8) Comment prier lorsque l’on est en voyage ?

Selon certains théologiens, la notion de voyage, dans ce casprécis, concerne les voyages de piété, pas d’agrément ou de convenancepersonnelle. Mais sachez que la loi Divine est facile, et la divergence dans lacommunauté, ainsi que l’a dit le Prophète, est une Miséricorde Divine.

Les Compagnons voyageaient avec le Prophète, parmi eux,certains jeûnaient d’autres avaient rompu le jeûne, certains faisaient letayamoum, d’autres non, et il n’a rien dit à personne !

La possibilité de raccourcir les prières canoniques, durantun voyage, est une faveur divine. Il faut donc l’accepter. Cela ne concerneque les prières à quatre raka’a, qui deviennent deux, accomplies chacuneavec la Fatiha et une Sourate.

Le Maghrib ( trois raka’as) et le Soubh ( deux ) ne sontpas raccourcies.

Cette permission est instituée par le Coran :

« Et quand vous parcourez la terre, ce n’est pas un péché, pour vous deraccourcir la Salâ, si vous craignez que les mécréants ne vous mettent à l’épreuve, car les mécréants demeurent pour vous un ennemi déclaré. » ( Traduction du sens du verset 101, Sourate 4, An – Nissa, Les Femmes )

En cas de peur ou de maladie, l’on peur aussi raccourcir etgrouper les prières. Le Prophète a raccourci et groupéses prières lors du Hadj d’adieu. Et cela dépend des règles de droit ( AlFiqh) et de science religieuse.

Quant à la distance qui autorise à raccourcir la prière,elle est de 80 à 90 km. On ne fait pas la prière du voyageur si l’on connaîtla durée du voyage ( un mois, par exemple ). On ne prie ainsi que durant levoyage lui-même. Arrivé sur les lieux de résidence, le motif deraccourcissement n’existe plus au-delà de deux jours et une nuit ( on retienttrois jours le plus souvent.)

Cependant le Prophète avait passé vingt jours à Tabbouk àécourter ses prières. On a allégué qu’il n’avait pas l’intention d’yrester. Abou Hanifa, lui non plus, ne met pas de condition de durée pour écourterla prière.

Et Allah est Le Plus Savant !

®

Mosquée El Feth vendredi 28 juillet 2000, 26 Rabi’ 2 1421

49, rue Suzanne Lannoy-Blin

59720 Louvroil

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les 6 piliers de la foi de l’islam

Le groupe ’Le silence des Mosquées’