in

Quand George Clooney a évoqué le statut de réfugiés de ses aïeux irlandais devant des réfugiés syriens

George Clooney told Syrian families in Berlin that his Irish ancestors were once refugees and spoke how they were badly treated when they first arrived in America bit.ly/1pJkhLn

Publié par Entertainment on RTÉ sur mardi 15 mars 2016

A la faveur de son escale à Berlin, en février dernier, pour assurer la promotion de son dernier film, c’est un George Clooney très sensibilisé au sort des réfugiés syriens qui s’est rendu à leur chevet sous les objectifs des caméras, focalisant l’attention des médias et de l’opinion publique aux côtés de son épouse, la juriste britannico-libanaise Amal Alamuddin.

Lors de cette visite pour la bonne cause planifiée par l’association International Rescue Committee, la star d’Hollywood et militant humanitaire dans l’âme a rappelé, à bon escient, ce que les puissants du monde et autres donneurs de leçon occidentaux, connus pour leur mémoire sélective, oublient royalement en déshumanisant et diabolisant ces « migrants » qui ont pris la route de l’exode : l’importance de se souvenir “d’où l’on vient pour savoir qui l’on est vraiment”.

Décrivant l’Amérique comme un « pays d’immigrants » par excellence, George Clooney a évoqué ses propres racines irlandaises en ces termes : “Je suis d’origine irlandaise et en Amérique, il y a 100 ans, ma famille et tous les Irlandais étaient considérés comme des réfugiés. Ils furent très mal traités, rejetés, et ce pendant un certain temps. Mais l’Amérique a fini par les accepter ainsi que toutes ces idées nouvelles”, a-t-il confié, avant d’ajouter : “Récemment, nous avons échoué à accomplir ce devoir de mémoire. C’est essentiel d’être ici avec vous et de parler ensemble, car cela permet de rappeler qui nous sommes et qui nous avons toujours été – c’est-à-dire vous.”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le maire de Stains devant le tribunal de Montreuil pour la banderole en soutien au prisonnier palestinien, Marwan Barghouti

Peines de prison pour 6 membres de la LDJ qui avaient agressé deux Français d’origine maghrébine.