in

Présidentielle Egypte : une parodie d’élection, avec un pro-Sissi comme seul opposant à Sissi…

Dans l’Egypte placée sous le joug de l’indétrônable Maréchal Sissi, l’élection présidentielle qui approche à grands pas, en mars prochain, promet d’être une vaste pantalonnade politicienne à laquelle les Egyptiens semblent se résigner.

En effet, cette course au pouvoir suprême ne donnera lieu à aucun suspense haletant. On peut déjà prédire que l’actuel Raïs sera réélu dans un fauteuil, avec d’autant plus d’assurance que le seul candidat qui lui fera face au premier tour, après une vague de désistements, n’est autre qu’un… pro-Sissi convaincu.

Un candidat d’opérette faisant mine d’opposer une adversité de façade, c’est à cette parodie d’élection qu’a accepté de se prêter Moussa Moustafa Moussa, le dirigeant du petit parti libéral Ghad. Ce dernier qui, jusqu’à présent, menait campagne pour que le chef de l’Etat égyptien continue de régner en maître absolu, a été choisi pour entretenir l’illusion d’un scrutin pluraliste.

Une illusion qui n’aura pas opéré longtemps !  Alors même qu’il déposait son dossier de candidature in extremis, lundi 19 février, une photo de Sissi bien mise en évidence sur sa page Facebook était encore visible, accompagnée d’une légende sans équivoque : « Nous vous soutenons pour la présidence de l’Egypte ».

Plusieurs figures de l’opposition sont montées au créneau pour appeler la population à bouder les urnes, en signe de protestation contre une présidentielle pipée et la répression qui frappe tous azimuts, depuis le sommet de la pyramide égyptienne du pouvoir.

 

6 commentaires

Laissez un commentaire
  1. Water water? Arrête de regarder BFM ou les les medias canniveaux et ne parle pas de ce que tu connais pas. Les islamistes sont arrivés démocratiquement au pouvoir et il y a eu un coup d’état des militaires à leur tête Sissi le boucher et criminelle. Les islamistes ont dû faire face aux ennemis de l’intérieur comme de l’extérieur face à l’axe des états voyous Usa-France -Uk-IsraHell-Arabie Saoudite qui ont fomenté le coup d’état sans parler du fait que l’Égypte vit sous perfusion états- uniennes, cette dernière a été coupé lorsque les frères musulmans étaient au pouvoir ce qui a eu pour conséquence l’inflation mais il y a aussi le canal de Suez que cet même axe ne lachera pas quitte à liquider toute opposition et c’est ce qui se passe actuellement, tout le monde y passe défenseur des droits de l’homme, opposition maronite, frères musulmans, extrême gauche, …

  2. L’urgence est de trouver une stabilité,nous le voyons bien lorsque le monde arabe expérimente la démocratie généralement les islamistes gagnent les élections mais leur amateurisme et leur inexpérience politique et économique aboutissent souvent à soit un rejet de la population ou soit une guerre civil, un seul pays “non arabe”(la Turquie) je précise est arrivé bon an mal an à sauver les meubles mais à quel prix et encore son avenir s’assombrit de jours en jours avec le fléaux du terrorisme et le conflit syro-kurde.

  3. les elections ? est ce Qu ils se rendent comptent que leur dictature est evidente ?
    le peuple va gober leur enieme putsch ?
    sissi n est qu un simple caniche qui vient de signer un accord pour acheter le gaz sioniste volé aux palestinien

  4. Si j’étais républicain, je verrai les choses de cette manière :

    Si les militaires font chier les islamistes , on va leur dire stop, vous fabriquez des djihadistes.
    Si les islamistes passent à l’action armée, on va leur dire stop c’est du terrorisme.

    Tout ceci pour dire ,
    que l’opposition islamique est la seule garantie pour le pouvoir militaire.
    Quand un pouvoir tombe, son opposition tombe avec.
    Quand un pouvoir naît son opposition naît avec.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Histoires d’ânes

La belle histoire de Zadi, Ivoirien handicapé et ramasseur d’ordures