in

La présence de Michel Boujenah au Festival de Carthage suscite un tollé en Tunisie

La perspective de voir Michel Boujenah se donner en spectacle sur la scène musicale du Festival International de Carthage n’a manifestement pas fait rire grand monde en Tunisie, et hormis quelques rires jaunes, la venue prochaine de l’humoriste français, d’origine tunisienne et de confession juive, fait plutôt grincer des dents sur les réseaux sociaux du pays du jasmin…
Manquant cruellement d’humour ou d’auto-dérision, les positions « pro-sionistes et pro-Israël » du comique hexagonal, loin d’être jugées désopilantes de l’autre côté de la rive méditerranéenne, ont provoqué une levée de boucliers parmi de nombreux internautes tunisiens qui ont appelé au boycott, voire même à l’annulation de son one-man-show.
Michel Boujenah sera-t-il marqué au fer rouge de l’indésirabilité lors de la 53ème édition d’un prestigieux festival de musique ? Une lettre ouverte, signée de la filiale tunisienne de la campagne internationale BDS « Boycott, Désinvestissement, Sanctions » contre l’impunité insolente d’Israël, est en tout cas arrivée sur le bureau du ministre de la Culture, ainsi que du Directeur du grand événement de Carthage, pour faire tomber le masque d’un amuseur public pas si drôle que ça…
« Michel Boujenah est connu comme l’une des plus grandes figures franco-tunisiennes sionistes qui ont toujours défendu Israël, ses guerres et son armée (surtout dans les médias français). Il se dit haut et fort et fièrement sioniste (dans diverses déclarations, dont celles publiées le 5 février 2013, sur JSS News), et ne cache pas sa loyauté envers Israël, où il avait présenté plusieurs spectacles (d’ailleurs, il se prépare à présenter le même spectacle programmé au festival de Carthage, à Tel Aviv le 25 juillet).
[…] Non seulement le comédien exprime cette admiration, mais il se considère aussi comme une partie du « peuple israélien ». Il considère également les criminels de guerre Ariel Sharon et Yitzhak Rabin comme les « plus grandes figures de paix » (dans une déclaration qui remonte à 2010, sur le site SVP Israël) », peut-on lire dans une missive qui appuie là où ça fait mal, tout en exhortant les autorités tunisiennes à assumer leurs responsabilités.
Si nombre de Tunisiens sont plus enclins à applaudir des deux mains à l’éviction de Michel Boujenah du Festival de Carthage qu’à sa présence sur une scène dont il serait le trouble-fête, certains, à l’image de Yamina Thabet, présidente de l’Association Tunisienne de Soutien des Minorités (ATSM), déplorent vivement l’ acharnement subi par celui qui, à leurs yeux, représente un formidable promoteur de la Tunisie partout où il se produit.
« L’appel à boycotter le spectacle de Boujenah , sous prétexte de lutte contre le sionisme , n’est rien de plus qu’un acte anti-juif quand on sait qu’il s’agit d’un Tunisien qui a toujours crié haut et fort son attachement au pays », a-t-elle lancé.
Michel Boujenah sera-t-il persona non grata à Carthage, comme le fut l’autre bateleur franco-marocain Gad Elmaleh au Liban, en 2009, lors du Festival Beiteddine ? Ce dernier, rappelons-le, n’a jamais fait mystère lui non plus de « l’intensité du lien affectif qui le lie à Israël et à Tel Aviv », profitant du capital sympathie dont il jouit auprès du public français pour se faire l’un des meilleurs ambassadeurs de l’Etat hébreu.
Voici, en substance, ce que déclarait un Gad Elmaleh dithyrambique en 2009, qui chantait les louanges d’un Etat d’Apartheid et vantait ses atouts touristiques, alors que les crimes de guerre à répétition perpétrés dans la bande de Gaza, placée éternellement sous son joug, et la colonisation illégale menée à marche forcée, le mettent d’office au ban des nations.
« Mes amis ont été très surpris par Israël, car ils allaient au-delà des images de télévision et de la vision des medias à travers lesquels ils imaginaient un autre Israël, les empêchant de cerner et d´entrevoir la réalité du pays. C´est une chose que nous tous, devons faire : inciter les gens à voyager pour ressentir et aimer ce pays. J´en parle tous les jours à mes amis et forcément aux artistes que je côtoie, notamment Gérard Depardieu qui raffole d´Israël et de Tel Aviv ».

Publicité
Publicité
Publicité

Commentaires

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Tentative d’attentat à Créteil : un homme fonce en voiture dans la foule devant la mosquée

La promesse du prophète Muhammad aux chrétiens