in

Première rencontre des Etats généraux sur le radicalisme religieux

 

A l’appel de l’Union des Mosquées de France aux États Généraux sur le Radicalisme, une première rencontre à Avignon a réuni, ce mercredi 18 juin 2014, avec le concours de l’Union des mosquées de la région PACA, des Imams, des aumôniers et des présidents d’associations gestionnaires de mosquées. 

Cette rencontre fut l’occasion pour les participants de réaffirmer leur volonté de promouvoir les principes et les valeurs authentiques de la foi musulmane qui rejette toute forme d’extrémisme et appelle au respect de la dignité de chacun indépendamment de sa confession,  sa conviction ou sa condition.

Les participants réaffirment également leur attachement aux principes et aux valeurs de la République, dont la laïcité qui constitue un des piliers de notre pacte républicain et un des fondements de notre vouloir vivre ensemble.   

Une pratique religieuse authentique doit rapprocher le musulman de Dieu le Tout Miséricordieux et développer en lui un réel sentiment d’amour, de fraternité et de solidarité à l’égard de ses concitoyens. A l’inverse, une pratique radicale, qui produit des sentiments d’exclusion voire de mépris à l’égard de l’autre, ne saurait être compatible avec la condition d’humilité qui doit animer le croyant en toute circonstance.

Les exposés ainsi que les débats de la rencontre ont permis aux participants d’évoquer les différents aspects du radicalisme religieux qui touche une frange de jeunes à des degrés différents. Certains de ces jeunes sont pris en  otages de courants qui instrumentalisent les textes fondateurs de l’islam en leur assignant une lecture littéraliste non conforme à son esprit, à ses valeurs et à ses finalités. 

D’autres jeunes sont malheureusement recrutés par des filières dites «jihadistes» dont la référence à la religion relève d’une instrumentalisation qui défigure l’image de l’islam et des musulmans et présente une menace pour notre vouloir vivre ensemble.

Pour faire face à ces phénomènes, les participants conscients de l’importance de leur rôle et de leur mission s’entendent sur la nécessité:

–          De la création et la mise en place des conseils des imams et aumôniers au niveau régional et national.

–          De donner au Prêche du vendredi, suivi chaque semaine par presque un million de musulmans de France, davantage d’importance en menant un travail collégial au sein de ces conseils afin de parfaire son contenu.

–          De mener une réflexion sérieuse et profonde sur l’enseignement religieux dispensé aux jeunes comme aux adultes. Cette réflexion doit permettre de  le doté de ressources humaines qualifiées, de programmes et de supports bien élaborés et accessibles au grand public. Cet enseignement doit insister davantage sur les valeurs qui rassemblent et créent le lien entre les citoyens et renforce notre pacte républicain.

–          De se rapprocher des associations en charge d’activités en direction des jeunes en vue d’atteindre un public qui ne se rend pas forcément aux lieux de culte.

Paris, le 18 juin 2014

Mohammed MOUSSAOUI

Président de l’UMF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les musulmans de Londres demandent à la police de réagir face aux envahissements de mosquées

Institut du Monde Arabe : Jack Lang trouve “normal” d’être payé 9000 euros par mois