in

La plus jeune ministre au monde est une Emiratie, âgée seulement de 23 ans

L’avenir s’annonce radieux pour l’Emiratie Shamma Bint Suhail Faris Al Mazrui dont la remarquable précocité s’est confirmée à l’âge adulte, lui ouvrant grand les portes dorées du sérail politique à Abu Dhabi, sa ville natale et capitale fédérale des Emirats arabes Unis.

Abonnée aux premières places, la valeur n’attend pas le nombre des années pour celle qui, du haut de ses 23 ans et depuis le sommet de la pyramide du pouvoir, pose son regard neuf et déjà très aiguisé sur l’Etat fédéral situé entre le golfe Persique et le golfe d’Oman, en sa qualité de Ministre d’Etat à la Jeunesse.

Shamma Bint Suhail Faris Al Mazrui distribuant des repas pour l’Iftar, lors du dernier Ramadan

Promue à cette haute fonction en 2016, la plus jeune ministre des pays de l’or noir, qui fut la première étudiante émiratie à bénéficier de la très sélective Bourse Rhodes afin d’étudier dans la prestigieuse université d’Oxford, est l’incarnation d’un renouveau en politique qui en époustoufle plus d’un, y compris la bible mondiale des records : le Guinness Book of World Records.

Habituée, dès sa prime enfance, à avoir une longueur d’avance sur ses camarades de classe, Shamma Bint Suhail Faris Al Mazrui s’est imposée de manière magistrale dans l’édition 2017 du Guinness Book en tant que plus jeune ministre au monde, surclassant ainsi ses deux rivaux pour le titre hautement symbolique : Sebastian Kurz, 27 ans, le ministre autrichien des Affaires étrangères,  et Aida Hadzialic, 26 ans, la ministre suédoise de l’Education

Après avoir fait ses classes à Washington, au sein de l’ambassade des Emirats arabes unis où elle a démontré l’étendue de ses compétences en matière d’analyse des politiques publiques, la brillante Shamma Bint Suhail Faris Al Mazrui s’est vu dérouler le tapis rouge par les autorités de son pays qui n’ont pas hésité à confier à une femme, de surcroît très jeune, une insigne mission ministérielle.

En 2016, sa nomination était saluée sur Twitter par l’émir de Dubaï qui préside aux destinées des EAU, en sa qualité de Vice-Président et Premier ministre.

Un commentaire

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La malédiction de Sabra et Chatila

Une Britannique développe le « Coran interactif » contre l’islamophobie et le terrorisme