in

Palestine: au-delà des cris

Dénoncer l’oppression israélienne est indispensable mais il serait bon de ne pas attendre à chaque fois que les bombes et la mort aient fait leur ouvrage pour se rappeler qu’un peuple est martyrisé. Il est temps d’avoir une attitude à la mesure de la gravité des faits : les Palestiniens ne subissent pas des attaques prétendument motivées mais un véritable massacre installé dans le temps et la froideur comme un cancer. Si l’on ne comprend pas sérieusement ceci, il viendra un jour où nos manifestations se feront à la mémoire d’un peuple disparu.

Les cris d’indignation qui se multiplient dans la blogosphère, relayés par l’élan populaire de solidarité que l’on sent à travers le monde ont évidemment leur vertu mais ne sont-ils pas une réaction a minima ? Le propos qui suit entend accompagner par quelques recommandations la conscience de tout.es ces Français.es, êtres humains tout d’abord, qui battent en ce moment le pavé en soutien au peuple palestinien. L’un des fondamentaux de la pensée humaniste nous enseigne-t-il pas qu’au delà des mots, « être libre, ce n’est pas pouvoir faire ce que l’on veut, mais c’est vouloir ce que l’on peut ». (1).

Une colère froide

Il convient d’éviter d’exacerber la colère de l’instant car celle-ci se dissipe aussi vite qu’elle est venue. Nos hurlements d’indignation ne viendront jamais seuls à bout du gouvernement « bourreau » d’Israël qui sévit depuis trop longtemps. S’il est naturel d’avoir des sentiments, il faut aussi apprendre à ne pas les laisser dominer l’entendement. Une colère « rouge » qui donne de la voix présente toujours la faiblesse de ressembler à une ébullition émotionnelle pure et passagère. En poussant le raisonnement, peu s’en faut que l’on s’aperçoive combien cette émotivité s’accorde avec de l’indifférence, ceci malgré l’antagonisme des termes. On est ici dans l’attitude de l’indignation de bienséance, du quota de larmes et de slogans, mais sans plus.

Au contraire de cela, une colère « froide » serait mieux appropriée. Ce serait la colère mise au service de l’esprit, c’est-à-dire d’un arsenal de réactions toutes pensées et tendues vers un seul but : mettre fin à l’injustice. La manifestation de la colère ne serait plus ici un trop plein de douleurs que l’on vide en place publique mais une entreprise de réelle information des gens, de mobilisation des consciences, et d’appel solennel aux autorités gouvernantes de notre pays.

Mais, que signifie donc réagir avec l’esprit et quels contenus donner à ces réactions de résistance ? Il est évident qu’au-delà de cette ligne, nous sommes en train de parler d’attitudes beaucoup plus engagées dans le sérieux et la qualité.

Briser l’image médiatique d’un Israël jamais coupable

« Israël riposte ». Attaquer pour se défendre est une ruse cousue de fil blanc dont l’histoire nous fournit une galerie d’exemples aussi sinistres que variés. On ne compte plus le nombre de casus belli mensongers qui ont servi de prétextes à l’invasion de territoires – généralement civils ou sous-armés – au motif de protéger des frontières ou des groupes humains. Allons-nous remonter jusqu’à l’invasion de la Silésie en 1939 ou celle du Timor en 1975 ? Pourquoi sommes-nous si facilement amnésiques ?

« Regain de tension », « violences », « heurts »… Voilà ce dont s’efforce de nous convaincre un discours médiatique ces dernières semaines dans son traitement de l’actualité sur la manifestation pacifique palestinienne. Abattre de sang-froid des manifestants non-armés serait une riposte « mesurée ». Il s’agirait ainsi d’opérations « préventives » à laquelle Israël recourrait de manière parfaitement « légitime » et « proportionnée » devant une « menace terroriste » latente. « A qui la faute ? », se demandera-t-on. Aux Palestiniens évidemment, Israël ne faisant que se défendre. Face à cette entreprise incessante de désinformation médiatique, notre devoir d’information s’impose et doit être de tous les instants.

Condamner l’amalgame coupable entre antisémitisme et critique légitime de la politique israélienne

Si Bernard-Henri Lévi met en avant ses identités israélienne et juive pour revendiquer son implication en Libye – ce qui lui épargne d’avoir à évoquer des intérêts plus bassement liés à l’industrie du pétrole – les gens de bonne volonté doivent éviter absolument d’adopter un discours aussi dangereux et simpliste. Protester contre la barbarie que subit le peuple palestinien au nom de valeurs ethniques ou religieuses serait tomber dans le piège béant de l’amalgame primaire. Contrairement à BHL qui semble tout mélanger – ou plutôt a le droit de le faire – la critique de la politique israélienne ne doit pas se confondre avec une offense aux juifs, comme on l’a reproché dans de récentes manifestations. L’appel à la haine par des cris tels que « Mort aux juifs » est clairement l’une des pires abominations.

Beaucoup de participants aux manifestations, surtout les plus jeunes, ignorent tout des enjeux du conflit et le réduisent trop souvent à une opposition religieuse entre « les musulmans et les juifs ». Ils font ainsi l’impasse sur la réalité politique et ceci est de nature à alimenter l’antisémitisme. Or l’antisémitisme est à la fois un hors-sujet au problème et une des maladies des plus déplorables. Dénoncer la monstruosité de la politique belliqueuse israélienne peut être le fait de personnes juives telles que Rony Brauman, Michel Warschawski, Shlomo Sand, Michèle Sibony ou Ilan Pappé. Il est urgent que les indignés qui manifestent pour la Palestine puisent leurs forces autant dans la connaissance et la culture que dans les faits de pure masse dont ils donnent actuellement l’image. Il me souvient qu’à plusieurs reprises des personnes de retour de Palestine, les unes musulmanes les autres catholiques attachées à la visite de la Terre Sainte m’ont rapporté des témoignages rehaussés d’un point commun très intéressant.

En effet, ces personnes ont fréquemment croisé des Palestiniens de toutes origines et confessions leur ayant spontanément offert des services de guide tant leur culture personnelle était riche. Je n’entends pas ici par « culture » vous parler de choses légères comme des marques de voiture ou des noms de joueurs de foot. Ces Palestiniens sont capables de vous prendre par la main et vous commenter l’histoire de Jérusalem et d’Hébron sur des périodes historiques relevant de l’érudition : de l’antiquité jusqu’à l’époque ottomane. Autant que ces personnes menacées de toute part ont compris la valeur de la résistance par la culture, il faut que nous la comprenions nous aussi. Et bien entendu, il faut ensuite la « pédagogiser » et la transmettre. Au-delà des témoignages verbaux qui me sont parvenus, j’invite les lecteurs les plus courageux à se pencher vers l’excellent témoignage en la matière de l’historien britannique William Dalrymple.

La Palestine, terre ayant connu tant de chagrin à travers les siècles, présente la particularité d’être à la fois la terre des Palestiniens mais aussi une part du patrimoine de l’humanité, une part d’universalisme que tout être humain devrait connaître et aspirer à préserver. Sous l’angle spécifique de la civilisation islamique, la Palestine a également toujours bénéficié de ce statut d’exceptionnalité de terre des prophéties anciennes.

Il ne faut pas oublier que, malgré l’insécurité frappant cette région, la Palestine gagnerait à être visitée par un flot ininterrompu de gens avec leurs cerveaux, leurs yeux et leurs oreilles. Rappelons-nous ici que la première chose dont a besoin une armée génocidaire c’est l’absence de témoin… Il y a ici une réflexion à mener.

Multiplier les prières silencieuses et intimes

Enfin, que ceux d’entre nous qui ont la foi peuvent ultimement ajouter à leur engagement envers la justice une dimension spirituelle par la voix de la prière et de l’invocation. Sans doute ces mots sont ils plus faciles à poser pour une autorité ecclésiastique que pour l’homme du commun. Il demeure que les congrégations religieuses réunies en églises, synagogues, mosquées ou temples divers, sont également des lieux de force et de revigoration des consciences. La conviction est acquise qu’il vaut mieux approuver les initiatives de prières pour les morts que de leur préférer le silence et l’indifférence.

Aimer, penser, agir, ne jamais s’arrêter. Aimer, penser, agir…. Quand ces mots nous restent à la conscience jusqu’à cadencer notre marche, nous sommes enfin humains. Témoigner de sa solidarité auprès des plus opprimés, il en va de notre conscience citoyenne, morale et humaine. Au-delà même d’une « solidarité pro-palestinienne », il s’agit d’une contribution humaniste au vivre-ensemble auprès de tous les opprimés de cette planète.

(1) Jean-Paul Sartre, Situations I (1947).

11 commentaires

Laissez un commentaire
  1. Croasse corbeau croasse!

    Selon Amnesty International
    Des dizaines de milliers d’habitations et de biens palestiniens ont été démolis par Israël et des centaines de milliers de Palestiniens ont été déplacés de force ; de nombreuses familles ont été chassées de leur domicile ou de leur terre pour dégager des zones sur lesquelles des colonies ont été construites. Au moins 100 000 hectares de terres palestiniennes ont été affectés à l’usage exclusif des colonies.
    Israël a aussi pris illégalement le contrôle de ressources naturelles palestiniennes, par exemple l’eau, des terres agricoles fertiles, des carrières de pierres et des minéraux, qui ont été détournées au profit des entreprises installées dans les colonies en vue de produire des denrées agricoles, des matériaux de construction et des produits manufacturés qui sont souvent exportés. En même temps, Israël a imposé des restrictions arbitraires qui empêchent les Palestiniens d’accéder à leur eau, à leurs terres et à leurs ressources et de les exploiter, restreignent leur développement économique et violent leurs droits économiques et sociaux.
    Selon MSF
    Le personnel médical de MSF fait état de blessures dévastatrices d’une sévérité inhabituelle, extrêmement complexes à soigner et qui laisseront de lourdes séquelles à la majorité des patients.
    Les équipes médicales MSF constatent notamment un niveau extrême de destruction des tissus et des os, et des orifices de sortie de balles démesurés, qui peuvent avoir la taille d’un poing
    Que dire de tous ces territoires colonisées(pardon ces implantations !).Le Golan, Jérusalem Est (bientôt la totalité)…….. .?
    La ligne rouge n’est pas encore franchie Mister Président ?Une campagne contre le sionisme galopant ?
    L’antisémitisme est abjecte et je le condamne avec force.
    Quand je parle de souffrance d’un peuple, d’autres parlent de « real politique »,à savoir l’alliance entre les rois de France et l’empire ottoman contre l’EMPIRE d’Autriche. La Palestine est un Empire ?Un état ?même pas juste ce qu’on appelle communément une autorité
    La France est de culture judéo-chrétienne. Fake News. Renseignez vous sur la place qu’occupe Jésus et Marie (Aalayhoum Salam) dans le judaïsme.
    De fille aînée de l’église, elle est passée avec succès au rang de courtisane favorite du talmud.
    Vive la Palestine libérée !

      • @colonmerle.

        Je ne sais pas .Environ 1738 ILS peut-être ? Cela dépend si vous êtes seul ou si vous avez une portée.
        Je n’ai pas l’age pour le RMI.Juste assez vieille pour sentir le souffre du diable quand il se manifeste.
        Ceci dit,votre question est aussi stupide que la cause perdue que vous semblez défendre.
        cloche-merle est une contraction de colon de merde?????

  2. Le Hamas s’est toujours mis l’avant au detriment de son peuple ,tout ca pour une photo, se faire une publicite tel est et etait le souhait du Hamas,
    de l’argent pour les morts et les blesses voila a quoi joue ce parti terroriste mettre son peuple en peril est un comportement lache et debile.

  3. Bon article,

    Ce qui me choque le plus (aller je fais un petit retour historique assez rapide) c’est qu’il y a eu un accord entre Israël et la Palestine pour le partage des terres ça ok.
    Mais les Sionistes ont gardé (ou a demandé) comme à son habitude l’aide des plus forts du moment comme ils l’ont toujours fait (Ici les USA, mais avant c’était les Nazis (oui ils avaient un accord avec les Nazis pour le retour sur leur terre).

    A aucun moment personne ne s’est dit que la Palestine allait être la cible d’Israël?
    Israël a entreprit de croquer une partie de l’Egypte, personne ne fait rien (façon de parler). Ils veulent visiblement occuper tout le territoire Palestinien et là encore personne ne fait rien…

    Pour moi les deux États doivent exister (Je n’oublie jamais qu’à la base il y a eu un accord), mais il est inadmissible que primo, toutes les parties qui ont supervisé cet accord n’aient pas maintenu un équilibre des forces entre les deux et surtout que les palestiniens soient laissé à leur triste sort et que tout le monde ferme les yeux, SURTOUT les pays musulman, c’est illogique.

    • Les palestiniens sont financés à 90% par les occidentaux.
      Les palestiniens ne produisent rien. Tout est importé. Donc cher.
      Les palestiniens sont totalement dépendants d’Israel.
      Les palestiniens ont refusé tout compromis par idéologie.
      Les palestiniens sont incapables de s’organiser économiquement, politiquement, socialement…
      Les palestiniens ne sont pas les bienvenus au Liban ni en Jordanie, et encore moins en Egypte.
      Les palestiniens étaient 800 000 en 1948. 8 millions en 2018. x10 en 60 ans.
      Non tout ça est très logique. A partir du moment où on analyse des faits. Pas à travers un regard musulman sur l’information…

      • Le nouvel Israël imposé par les croises Anglo Français, voulant avoir un gendarme au proche orient, ont permis aux sionistes d’accaparer un territoire qui ne leur appartient pas,Israel qui est un non sens, selon le thora même, pas uniquement selon le «Prisme Musulman » monsieur, ce sont des dizaines de mouvements juifs qui le disent, Des millions de juifs à travers le monde, à qui le sionisme a fait beaucoup de mal, dont les voix s’elevent et s’eleveront Encore plus dans le monde, pour réveiller les consciences, qui feront tomber la plus grande supercherie de l’histoire qui est la création de l’etat D’Israel,

        Depuis sa création cet état de segregation de racisme et d‘injustice, qui veux tuer tout un peuple a petit feu, est le plus haï au monde,

          • @le chamelier

            Il y a des chiens qui aboient mais ne mordent pas.Par contre,tout le monde connait ces histoires de molosses qui déchiquetant des enfants voire des bébés……L’actualité en est remplie.
            Ce que fait subir cette entité abjecte aux pauvres civils qui quémandent juste le droit d’exister est une horreur indicible que je ne souhaiterai pas à mon pire ennemi.
            David contre Goliath ça vous parle?

          • Et que dis tu des enfants israéliens qui signaient les bombes au phosphore destinées à être larguées sur les sans défense a Gaza, a qui on apprend « mort aux Arabes »,

            Ces mêmes Arabes qui offert asile et protection depuis l’avenement de l’Islam aux juifs, quelle ingratitude!!!,

            Mais la 13 eme tribu des sionistes lucifériens ont entrainé une partie vers l’abîme, Israël est blasphème au très haut et a la Thorah, La vérité est proche, la délivrance des griffes sataniques du sionisme est imminente….

    • Ce n’est pas illogique au-dela des religions et des dogmes politiques il y a la real politique !
      C’est ce que les spécialistes de la “chose” appelle la géopolitique terrain de prédilection de la « real politique ».
      Très ancienne cette conception de la politique n’est absolument pas destinée à disparaître !
      Les rois de France ont eu une alliance de plus de 200 ans avec l’Empire Ottoman contre principalement l’Empire d’Autriche :
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Alliance_franco-ottomane

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attentat Mosquée de Québec: les proches des victimes musulmanes traitent son auteur de “monstre d’inhumanité”

Yémen : la vidéo émouvante d’un père portant son fils handicapé fraîchement diplômé