in

Nathalie Kosciusko-Morizet préconise le “placement des enfants musulmans en dehors de leur famille” en mentant éhontément

Attention, vice-présidente de l’UMP en pleine dérive populiste et allégation mensongère, âmes hostiles à l’intox politicienne et à ses propositions infâmes s’abstenir !!

Dans la course effrénée à la surenchère démagogique au sujet du « jihadisme et de la radicalisation de la jeunesse », Nathalie Kosciusko-Morizet, qui ferait mieux de balayer devant sa porte et celle de son parti, a battu des records de malhonnêteté et d’abjection ce matin au micro de RMC, en préconisant sans état d’âme le « placement des enfants musulmans en dehors de leur famille ».

Les raisons invoquées pour justifier une telle extrémité sont nées de son imagination malsaine, car la très ambitieuse NKM, qui s’est appuyée sur un de ces fumeux « exemples concrets » à la Sarkozy ou à la Copé, déformés par le prisme de la mauvaise foi et du cynisme, a menti purement et simplement à des centaines d’auditeurs avec un aplomb scandaleusement phénoménal !

Voici le passage où elle a affirmé, en se référant aux considérations de son ami Jean Rottner, le maire de Mulhouse, qu'il y a  « des dizaines d’enfants qui, le matin, arrivent tous les jours en retard parce qu’ils sont à la prière, ils sont emmenés à la prière par leurs parents ».

«Je vous prends un exemple très concret. A Mulhouse, le maire, qui est un ami, Jean Rottner, me dit que dans sa ville, il y a des dizaines d’enfants qui le matin arrivent tous les jours en retard parce qu’ils sont à la prière, ils sont emmenés à la prière par leurs parents. Et quand leurs parents sont convoqués, parce que les parents sont convoqués, les parents expliquent qu’il y a des autorités religieuses supérieures à tout et supérieures à celles de la République. Je vais être très précise. Aujourd’hui, la moitié des signalements qui sont faits à la protection judiciaire de la jeunesse sont faits par l’Education nationale. Et très souvent, ils sont faits pour des motifs de violence : soupçons d’inceste, maltraitance. Je dis que la dérive radicale, c’est une maltraitance. Cela le conduit où, l’enfant, de ne pas aller à l’école et d’aller à la prière à la place ? Donc je dis qu’il faut poser la question du placement de l’enfant.» 

Pas de chance pour elle, l’édile, dont elle est si proche, a fait passer le rétablissement de la vérité au-dessus de l’amitié, voire de l’esprit de corps, et c’est tout en douceur, sans enfoncer sa collègue en pleine élucubration fantaisiste et très irresponsable, qu’il a néanmoins démenti ses assertions  dans Libération.

"C’est à cause de parents qui vont à la prière du matin, et emmènent les enfants à l’école après », a-t-il déclaré au sujet des cas de retard dénoncés par NKM à grand renfort de sensationnalisme, désavouant par cette nuance de taille la vice-présidente de l’UMP qui a prétendu, sans sourciller, que des parents conduisent leurs enfants à la prière tous les matins.

Rattrapée par son mensonge grossier et discréditée par sa proposition indigne d’ôter des enfants à leur famille, Nathalie Kosciusko-Morizet perd doublement la face en ternissant un peu plus le blason de la droite décomplexée…  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le film dédié au Prophète, présenté en avant-première au Festival international de Téhéran

Islamophobie à Lyon: 5 enfants enlevés par les services sociaux avec l’aide de la police (vidéo)