in

Mehdi Jomaâ, nommé Premier ministre de la Tunisie

Du maroquin de l’Industrie aux fonctions suprêmes de Premier ministre tunisien, il n’y avait qu’un vote à entériner pour désigner Mehdi Jomaâ vainqueur des suffrages, après deux mois d’âpres négociations pour faire émerger la personne idoine à ce poste, en d’autres termes suffisamment indépendante pour former un gouvernement apolitique.

Cet ingénieur de profession, peu connu du grand public, qui est diplômé de l'École nationale d'ingénieurs de Tunis en 1988 et titulaire d'un diplôme supérieur de mécanique (DEA), a beau avoir emporté l’adhésion des 21 partis représentés aux pourparlers, sa nomination ne va pas sans susciter les récriminations d’une partie de l’opposition, notamment du principal parti Nidaa Tounès qui a récusé ce choix et, en signe de sa protestation, a boycotté le vote.

"Le dialogue et les discussions ont abouti à un vote et au choix de Mehdi Jomaâ comme candidat au poste de chef de gouvernement", s’est félicité pour sa part Houcine Abassi, secrétaire général du syndicat et principal médiateur des pourparlers. "Notre peuple a beaucoup attendu mais malgré les difficultés et les entraves (…), ce dialogue n'a pas échoué", a-t-il renchéri, en lançant : "Félicitations à la Tunisie".

Après la démission du gouvernement dirigé par Hamadi Jebali à la suite de l'assassinat de l'opposant Chokri Belaïd en février, le nouveau Premier ministre Ali Larayedh avait choisi, en mars dernier, de s'entourer des compétences de Mehdi Jomaâ à la tête du ministère de l'Industrie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Quelques « clichés » rapportés d’Oman

Qu’est-ce que le salafisme?