in

Maroc : une cérémonie de henné au programme du couple princier britannique

Ponctuant agréablement leur escale officielle au Maroc, longue de trois jours, la découverte dépaysante du village d’Asni, niché au pied de l’Atlas, loin des dorures du palais de Mohammed VI à Rabat, a constitué l’une des premières visites sur le terrain, décontractée et chaleureuse, du couple princier britannique.

Entourée, dès son arrivée, par des femmes de la région et des jeunes filles scolarisées dans le pensionnat Education for All qui n’avaient d’yeux que pour elle, Meghan Markle, la duchesse de Sussex, a volé la vedette à son époux, le Prince Harry, duc de Sussex. Le célèbre fils de la défunte Lady Di s’étant habitué à être éclipsé par sa moitié lors de leurs sorties publiques…

Cette duchesse très accessible qui, partout où elle passe, séduit par sa capacité à créer du lien et à montrer un réel intérêt à ses interlocuteurs, laissera sans nul doute un souvenir impérissable aux adolescentes marocaines, âgées de 12 à 18 ans, qui ont eu le privilège d’évoquer avec elle leurs aspirations, leur vision de l’avenir, leurs doux rêves.

« Et toi, que voudrais-tu faire plus tard ? », a demandé Meghan Markle à l’une des jeunes filles présentes, et excusez du peu, non pas dans la langue de Shakespeare mais dans celle de Molière ! Ce qui a fait monter en flèche sa cote d’amour.

Publicité

« De l’astronomie », a répondu la jeune pensionnaire de l’association Education for All, forçant l’admiration de l’épouse du Prince Harry qui s’est exclamée : « De l’astronomie, wow ! ».

Publicité

Quelques instants plus tard, Meghan Markle fut à nouveau au centre de toutes les attentions. Sous les crépitements des flashes et le regard attentif de son cher et tendre, elle s’est en effet volontiers prêtée à une traditionnelle cérémonie de henné. La future maman, en avril prochain, a eu le plaisir de voir se dessiner sur sa main gauche un tatouage fleuri, célébrant sa grossesse et son bébé très attendu.

Publicité
Publicité
Publicité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité

Un institut d’étude réputé pour son sérieux prévoit un chaos économique en Algérie

Il tuait des gens comme ça, pour rien.” Ces deux femmes belges racontent leur vie sous Daesh