in

Maroc : le futur Premier ministre opposé à un code vestimentaire islamique

L’islamisation du pouvoir marocain ne sera pas liberticide envers les femmes, tel est le signal fort envoyé par celui qui est pressenti pour s’installer dans le fauteuil capitonné, mais téléguidé par la monarchie, de Premier ministre, Abdelilah Benkirane.

La victoire du PJD aux législatives sonnait pour certains le glas des libertés individuelles. Face à cette inquiétude palpable ressentie à la fois par les milieux laïques et les touristes occidentaux – le public, clé de voûte de l’économie marocaine, à rassurer et à chérir – Abdelilah Benkirane a nié toute volonté d’imposer un code vestimentaire islamique aux femmes, dissipant ainsi les suspicions qui entouraient son accession à la fonction suprême.

Point de police des mœurs à l’horizon pour régir la vie publique, le futur chef de gouvernement a tranquillisé les esprits : " Nous sommes fiers que notre point de référence soit islamiste", a-t-il déclaré, avant de souligner : "Je ne m’intéresserai jamais à la vie privée des gens. Allah a créé l’homme libre, je ne demanderai jamais si une femme porte une jupe courte ou une jupe longue".

Du côté des relations avec les pays européens, aucun nuage noir ne s’amoncelle dans un ciel résolument serein, elles s’annoncent plus que jamais au beau fixe : "Ils sont nos amis, nous avons besoin d’eux et ils ont besoin de nous. Le Maroc n’a pas seulement des liens historiques avec l’Europe, mais des liens philosophiques" a indiqué l’homme de la transition islamiste dans la continuité, et sous contrôle.

Seul bémol à cette « islamisation modérée » du Maroc, pour reprendre la figure de style à la mode, l’opposition des responsables du PJD à la venue du chanteur Elton John, ce dernier claironnant que Jésus Christ était homosexuel.

"J’ai un problème avec cet homme parce qu’il a dit des choses mauvaises sur le Christ, et le Christ est un prophète important aux yeux du peuple musulman", a expliqué Abdelilah Benkirane, sans préciser toutefois, si le royaume serait plus clément envers la star britannique à l’avenir. Voilà un bémol dont la tonalité devrait suffire à adoucir bien des mœurs dans les chaumières …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

François Asselineau brise le mythe de la menace terroriste islamiste

Les sionistes en guerre contre l’ambassadeur des USA en Belgique