in

Maradona, le nouvel ambassadeur des Sports de Dubaï

Diego Maradona, le « gamin en or » de Buenos Aires, qui marqua la décennie 80-90 de sa virtuosité footballistique dans le tourbillon du scandale lié à ses relations douteuses, troqua en 2008 son maillot fétiche de numéro 10 contre celui de sélectionneur de l’équipe nationale d’Argentine, avant de s’envoler pour Dubaï, en 2011, où il signa pour deux saisons un contrat d'entraîneur au sein du club Al Wasl.

Depuis dimanche, l’ancien joueur prodige a pris du galon en étant nommé ambassadeur honoraire des Sports de Dubaï, moins de deux mois après avoir été limogé par le club Al Wasl UAE pour avoir échoué à hisser son équipe vers les cimes du classement du championnat des Emirats Arabes Unis, (finissant 8ème sur 12), et avoir subi une défaite surprise et non moins cuisante en finale de la Champions League du Golfe.

Sa promotion serait-elle motivée par des considérations plus juridiques que foncièrement honorifiques ? Tout porte à le croire puisque l’on apprend que ses nouvelles fonctions, qui impressionnent sur le papier, devraient essentiellement permettre de résoudre le différend qui l’oppose à la direction de Al Wasl, suite à son licenciement qui l’a renvoyé vers les vestiaires en juillet, soit un an avant la fin de son contrat.

Resté très évasif quant au contenu de sa mission et aux grands objectifs qu’il se fixe, le beau discours de Maradona sauve les apparences et a été à l’unisson de la langue de bois d’Ahmad al-Sharif, secrétaire général du Conseil des sports de Dubaï, tous deux se félicitant de cette collaboration placée sous les meilleurs auspices mais scellée sur les mauvais résultats du coach argentin.

"J’ai longuement discuté avec le Conseil des sports de Dubaï, et nous avons émis des idées sur la modernisation du secteur du sport dans l'émirat", a déclaré le vainqueur de la Coupe du Monde, lors d'une conférence de presse à Dubaï, renchérissant : "Pour ceux qui pensent que je suis tombé en panne ou que j'ai échoué, je suis plus fort maintenant." "Maradona va inspirer la nouvelle génération de joueurs talentueux pour atteindre les niveaux les plus élevés possibles", a précisé pour sa part Ahmad al-Sharif.

Diego Maradona, le cinquantenaire, a toutefois laissé échapper une appréciation personnelle au sujet des pressions qui s’exercent sur un entraîneur évoluant dans les Emirats Arabes Unis, qui en dit peut-être plus long que la belle entente cordiale de façade : "J'avais l'habitude de ne pas dormir du tout, ce fut vraiment mouvementé et fatigant vraiment. Pour moi, je voudrais vivre plus longtemps", a-t-il lâché, ajoutant : "Je voudrais prendre ma retraite ou me détendre pendant un certain temps."

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Iran: Quel changement peut-on attendre de l’élection de Hassan Rohani?

Arnaque à la Roqya (exorcisme)