in

L’ordre du monde (1/2)

« La raison ne peut voir l’état réel du monde,
de même que l’aveugle né ne peut voir les choses de ce monde ;
mais, outre la raison, l’Homme possède une certaine faculté
grâce à laquelle il perçoit les mystères cachés.
Comme le feu dans le silex ou le fer,
Dieu a placé cette faculté dans le corps et l’âme de l’Homme  ».
(Shabestarî)

La grande question à travers l’histoire de l’humanité, celle qui a fait avancer la science, lancé les aventuriers au-delà des mers, et plongé beaucoup de ceux qui ont essayé d’y répondre dans une vertigineuse perplexité, est celle du sens de notre existence sur terre. L’occident s’est attaché à une démarche analytique séparant le corps, plus accessible dans sa matérialité, de l’âme et de l’esprit. La médecine s’est dotée d’une spécialité psychiatrique pour traiter cette partie insaisissable de l’être humain, son psychisme. Pourtant nous sentons tous que cette cassure est artificielle, car l’Homme est un. Corps, âme, esprit sont trois aspects de son essence unique, et il est lié à travers elle à l’ensemble de la création.

Dans un hadith qudsi[1],  Dieu dit : « J’étais un Trésor caché, J’ai aimé à être connu et J’ai créé les créatures. ». La création toute entière n’a donc d’autre but et d’autre sens que la connaissance du divin. Bien entendu, il ne s’agit pas ici d’une connaissance théorique, mais de (re)naître avec Dieu, conformément à l’étymologie du mot « connaissance ». La religion elle-même n’a pas d’autre but que de permettre à l’Homme de trouver le chemin qui le ramènera à son Créateur, à son origine, et donc au centre de lui-même. Cette nouvelle naissance, c’est le retour à la prééminence de l’esprit.

La place de l’être humain est centrale dans ce Projet divin. Les trois dimensions corporelle, psychique et spirituelle qui le composent, jouent chacune un rôle fondamental dans cette histoire. Ainsi, le Coran mentionne la création d’Adam :« Lorsque ton Seigneur dit aux anges : « Je vais établir un lieutenant sur la terre », ils dirent : « Vas-tu établir quelqu’un qui fera le mal et qui répandra le sang, tandis que nous célébrons Tes louanges en Te glorifiant et que nous proclamons Ta sainteté ? ». Le Seigneur dit : « Je sais ce que vous ne savez pas ! ». Il apprit à Adam le nom de tous les êtres, puis il les présenta aux anges en disant : « Faites-Moi connaître leurs noms, si vous êtes véridiques. » Ils dirent : « Gloire à Toi ! Nous ne savons rien en dehors de ce que Tu nous a enseigné ; Tu es en vérité Celui qui sait tout, le Sage ». Il dit : « Ô Adam ! Fais-leur connaître les noms de ces êtres ! ». Quand Adam en eut instruit les anges, le Seigneur dit : « Ne vous ai-Je pas avertis ? Je connais le mystère des cieux et de la terre, Je connais ce que vous montrez et ce que vous tenez secret ». Lorsque Nous avons dit aux anges : « Prosternez vous devant Adam ! », ils se prosternèrent, à l’exception d’Iblis qui refusa et qui s’enorgueillit : Il était au nombre des incrédules »(Coran 2, 30-34).

La nature lumineuse de l’homme

Ainsi, les anges n’ont vu tout d’abord que la nature extérieure d’Adam et sa tendance inhérente à commettre le mal. Pourtant, malgré ses imperfections apparentes, la nature humaine est le fruit du Souffle divin. Elle a une prédisposition innée à recevoir la connaissance car elle porte en elle toute la Création, d’où l’enseignement des noms. Le nom désigne en effet la nature essentielle d’une chose ou d’un être. Il est contenu dans le Souffle divin. L’Esprit de Dieu fait naître le Verbe. Adam peut nommer les anges, mais les anges ignorent le nom d’Adam. L’être humain doué de liberté, conscient de lui-même, peut avoir une représentation autonome de la nature et des êtres, tandis que les anges n’ont d’autre choix que de glorifier Dieu. Chantres purs de Dieu, leur mélodie ne peut se refuser à sa Gloire. C’est donc devant la nature spirituelle et intérieure d’Adam que Dieu demande aux anges de se prosterner.

Un autre passage coranique précise cela lorsque Dieu dit aux anges : « Oui, Je vais créer d’argile un être humain. Lorsque Je l’aurai harmonieusement formé, et que J’aurai insufflé en lui de Mon Esprit, tombez prosternés devant lui ! ». Seul le diable (Iblis) refuse de se prosterner, en arguant du fait que Dieu l’a créé d’argile, alors que lui-même a été créé de feu (Coran 38, 76). Les anges, créés de lumière, marqués du signe de la noblesse spirituelle, doivent se prosterner devant l’Homme, façonné d’argile, emprisonné dans la matière. Pourquoi ? Parce que Dieu a insufflé en lui « de Son Esprit ». C’est cette lumière que Dieu met en Adam, réalité fondamentale de l’être humain, qui lui confère toute sa noblesse.

Mais alors, qu’en est-il de l’âme ? Ibn ‘Ajiba répond : « L’esprit est ce par quoi a eu lieu l’insufflation. L’âme, quant à elle, est créée dans le fœtus, avant que l’esprit ne soit insufflé. C’est par elle que survient le mouvement, et elle accompagne nécessairement le corps physique, ne s’en séparant qu’à la mort. Alors, l’esprit sort en premier et l’âme cesse d’être : c’est ainsi que finit la vie ».

Nous verrons par la suite qu’il existe aussi, au-delà de cette partie animale de l’âme, attachée au corps, une autre partie qui sera, elle, susceptible de se transformer sous l’influence de l’esprit. Les récits coraniques montrent combien la dimension corporelle de l’humain peut-être trompeuse, piège pour les anges mais aussi pour l’âme si elle se confond avec elle, oubliant sa nature primordiale, son essence lumineuse, spirituelle.

Le Coran parle du corps humain créé de boue et le décrit comme un grumeau de sang coagulé. Rien de très noble en apparence. C’est d’ailleurs cette apparente médiocrité qui cause la révolte d’Iblis. Et il montre par cette attitude l’une de ses caractéristiques essentielles, qui est de nier la réalité spirituelle de l’être humain pour ne retenir de celui-ci que son aspect extérieur. Par cet acte d’affirmation individuelle, Satan est déchu du degré spirituel qui était le sien en tant qu’ange, pour devenir une force psychique tendant vers une affirmation continue d’elle-même. Sa chute symbolise cette manifestation de plus en plus grande de l’ego, qui s’accompagne nécessairement d’une restriction du champ de la conscience à la seule modalité du sensible. On retrouve ici la séparation entre l’écorce des choses, et leur nature profonde.

Un autre récit nous rapporte le détail de cette insufflation de l’Esprit de Dieu dans le corps de l’homme de la manière suivante : « Lorsqu’Il y souffla de l’Esprit [2], et que ce dernier atteignit la tête d’Adam, celui-ci éternua ; alors les anges dirent : « Dis : Louanges à Dieu ! », et Adam répéta : « Louanges à Dieu ! ». Alors Dieu lui dit : « Que Dieu te fasse miséricorde ! ». Quand ensuite l’Esprit pénétra dans ses yeux, il regarda les fruits du paradis, et quand il atteignit son estomac, il sentit l’envie de manger et bondit avant même que l’Esprit n’atteigne ses pieds, dans son élan vers les fruits du paradis. Dieu dit à propos de cela : « L’homme est impatient de nature »(Coran 21, 37). Il est aussi « créé d’oubli » ajoute le Livre saint, c’est pourquoi le chemin de la spiritualité est d’abord un rappel, un éveil pour que nous revienne le souvenir de notre triple dimension, de la connaissance versée en nous et de notre destin premier.

42 commentaires

Laissez un commentaire
  1. @ Malik —– Votre message du 8 avril 2018 à 16 h 50 min, cité intégralement :
    “Mistigris, Le singe est une branche de l’ancêtre commun. L’Homme ne descend pas du singe dans la théorie. C’est une erreur que seul les gens du secondaire font généralement ou alors le commun des mortels (= non scientifiques, c’est comme ça que les enseignants chercheurs vous définissent). Renseignez-vous. Vous marcheriez mieux ainsi…”

    Nous sommes bien d’accord là-dessus. Mais alors, pourquoi aviez-vous écrit (ce à quoi je répondais) : « Mais rien n’est prouvé, ce ne sont que des extrapolations. »
    Encore une de ces incohérences qui gâchent vos démonstrations !

    • Je vous comprends mieux. Bon après, un commentaire c’est un commentaire, pour faire court on n’est pas toujours clair 🙂
      Rien n’est prouvé parce que la théorie dit qu’il pourrait y avoir un voire plusieurs ancêtres communs. Pour être plus précis dans la critique : certains avancent encore qu’il y en a aucun en objectant la faible évolution du singe par rapport à l’Homme, le fait que celui-ci aurait toujours vécu en même temps que l’Homme ainsi que sa disparité spécifique (orang outan, macaque, etc) qui indiquerait une évolution à part. Faire partie de l’ordre des primates ne vous fait pas devenir singe. C’est une erreur beaucoup trop répandue comme une vérité.
      Dans tous les cas, il manque trop de pièces actuellement au puzzle pour être sûr de quoique ce soit d’où le terme extrapolation. On ne sait pas à quoi ressemblerait cet ancêtre commun. Parfois pour faire tourner en dérision, je dis même que c’est peut-être l’Homme qui est devenu singe.
      Vous devriez à peu près saisir le travail titanesque que c’est de reconstituer une évolution. C’est une théorie qui se base sur des fossiles certes mais en majorité sur des êtres vivants actuels ou très récents au regard de l’évolution. On émet des hypothèses et ensuite on voit si elles tiennent la route. On est très loin d’avoir le puzzle en entier et d’avoir validé cette théorie. En fait pour être correct, on parle même de plusieurs théories. La génétique par exemple a corrigé beaucoup de choses mais elle a ses propres limites.
      Souvent les articles énoncent comme une vérité les détails de cette théorie alors qu’il devraient mettre des “serait” “aurait”, ils mettent des “est” “a”, du coup les gens n’y mettent pas la nuance nécessaire.

      Si vous souhaitez en saisir la complexité, je vous demande d’apporter la preuve concrète de l’ancêtre commun avec les détails scientifiquement approuvés et validés. Vous verrez qu’en dehors des incantations d’articles scientifiques de vulgarisation, il n’y a rien de probant. Les scientifiques sont très prudents.

      Par ailleurs, j’aime à rappeler que les évolutionnistes ne sont pas tous athées. Je suis moi-même évolutionniste et cette théorie n’a fait que renforcer ma croyance et me prouver la véracité du Saint Coran.

      Je tiens également à préciser que j’ai déjà débattu avec des universitaires et que j’ai déjà vu de mes propres yeux les squelettes et la manière dont on reconstitue tout ça. Le débat entre un scientifique athée et un scientifique musulman est passionnant et l’athée ne peut pas contredire le musulman jusqu’à présent sur le terrain scientifique. Pour clore le débat, on se dit que dans tous les cas, chacun saura bientôt qui avait raison.

      Amitiés

      PS: Une autre chose qui me fait marer est la datation. Les gens ne savent même pas comment les scientifiques datent et comment ça marche et se chamaillent à coup de millions d’années. Ce sont des approximations. On commence à voir certaines choses petit à petit et construire timidement mais sûrement des théories.

  2. Autre chose.
    Le Coran n’est pas un livre d’histoire, mais il décrit des faits supposés historiques, déja décrits par l’AT, et manifestement faux. Question: Pourquoi l’ange Gabriel reprend-il des éléments factuels inexacts?

    Quand on comprend ça, on comprend que le texte est faillible. Opérer un tri parmi les composantes du Livre devient donc légitime. Il ne s’agit pas de benner des pages, mais de rédiger un catéchisme, ou équivalent, ne comportant que des informations acceptables.
    N’oubliez pas que le créationnisme a pour origine une lecture fondamentaliste des livres sacrés. Quand je relis l’article que nous commentons, je suis un peu surpris qu’un “réformateur” évoque Adam, comme si ce personnage avait existé. Si cet Adam est un symbole, il serait bon de le rappeler.
    Par exemple, il n’est pas interdit d’évoquer “le mythe d’Adam et Eve”, en lui donnant une quelconque signification. Même moi, j’ai tenté de commenter cette symbolique. Mais je sais aussi que les premiers Sapiens étaient des singes améliorés, probablement imperméables à la théologie. Et ils n’avaient pas été façonnés à partir de la glaise. Ils avaient des parents un peu moins intelligents qu’eux.
    Il est très difficile de reconstituer la généalogie humaine, surtout du fait des re-brassages. Il semblerait même qu’on ait hérité des gènes néandertaliens, à hauteur de 4%. On note aussi une possible évolution de l’homme moderne par rapport aux premiers sapiens. Assez bizarrement, notre volume cervical a diminué, passant de 1500 cm3 à 1350 cm3. Etc, etc…
    Quant à Dieu, quelque soit son nom, il apparaît graduellement aux alentours de -900, et ne devient unique qu’en -400. je parle du Dieu des religions abrahamiques.
    200 000 ans sans dieu! Ou avec des divinités rigolotes genre Dionysos. Sans parler du dieu soleil (80% hydrogène, 20% hélium…. mais je ne garantis pas l’exactitude des proportions) (c’est juste symbolique).
    Bref.
    En résumé:
    Un livre qui contient des erreurs n’en demeure pas moins respectable, très poétique, et riche d’une symbolique qui, comme dirait Girard, “en sait plus que nous”. Mais il est évident qu’on est fondé à contester certains passages, tout comme la Bible est partiellement contestée par les chrétiens.

    Amitiés.

    • @Patrice:

      Vous écrivez”Le Coran n’est pas un livre d’histoire, mais il décrit des faits supposés historiques, déja décrits par l’AT, et manifestement faux. Question: Pourquoi l’ange Gabriel reprend-il des éléments factuels inexacts?

      Quand on comprend ça, on comprend que le texte est faillible. Opérer un tri parmi les composantes du Livre devient donc légitime. Il ne s’agit pas de benner des pages, mais de rédiger un catéchisme, ou équivalent, ne comportant que des informations acceptables.”

      Non. Je répète que le Coran n’est pas un livre h’histoire, ni un livre de loi par ailleurs. Le Coran n’est pas un livre d’histoire et l’histoire n’est pas son but. Dans le Coran, il s’agit de metahistoire ,càd de récits qui conservent un cadre pseudo historique, mais dont la fonction est de véhiculer un message édifiant, qui de la sorte est plus susceptible de se graver dans les mémoires et permet une interprétation dont la richesse nourrit sans cesse, en toute circonstance de la vie, la méditation pourvoyeuse de sens et de sagesse.

      Les récits ne sont racontés de façon linéaire. Rien à voir avec la Bible. Par exemple le récit de Adam Et Eve. Il est présenté dans 7 sourates différentes aussi bien d’époque medinoise et mecquoise donc sur une période de prés de 20 ans. Chaque fois, le Coran “raconte” le récit d’un angle différent, avec un nouvel éclairage à chaque fois. Il faut mettre les 7 groupes de versets des 7 sourates différentes pour avoir un récit complet dont on tirer une morale, une éthique, une sagesse et une guidance pour soi même. C’est d’ailleurs un bon exemple de la méthodologie grâce à laquelle on comprends que Satan( Iblis) n’est pas un ange déchu . Les anges n’ont pas de libre article et ne connaissent pas le futur. On comprends aussi que l’orgueil est la voie de la perdition par excellence. Que le couple , ensemble Adam et Eve est responsable de leur chute. Etc Etc….

      Vous dites aussi”
      N’oubliez pas que le créationnisme a pour origine une lecture fondamentaliste des livres sacrés. ”
      Oui. beaucoup de musulmans ne sont pas créationnistes. Par ailleurs la théorie de l’évolution n’est pas incompatible avec le Coran. Je crois que Ibn Khaldoun et Al Jahedh ont en parlé dans leur écrit. A vérifier. Personnellement je ne crois pas que l’homme descend du Singe. C’est une création à part. Mais on peux croire aux Livres saints et à la théorie de l’évolution. Chacun son domaine.

      • Parfaitement d’accord avec vous Yasmina.

        Concernant le singe, Patrice ne comprend pas le darwinisme et encore moins l’évolution de la théorie de l’évolution.
        Le singe serait une branche qui aurait un ancêtre partagé avec l’Homme. Mais rien n’est prouvé, ce ne sont que des extrapolations. On pourrait rétorquer que l’Homme est devenu singe tellement rien n’est prouvé.
        En phylogénie, on parle de taxons, des sortes d’espèces mères. Dieu nous dit également dans le Coran qu’il a déposé plusieurs espèces. Le reste est du domaine de la science.
        Au niveau cellulaire, les cellules évoluent dans le même environnement physico-chimique, il est normal qu’elles aient les même caractéristiques.
        On parle de lois en physiques et d’un tout ordonné avec des paramètres réglés au millimètre près. Une seule constante physique déréglée pourrait aboutir à la dispartion de la vie sur Terre. C’est dire le chef d’oeuvre.

        Si le Coran parle de metahistoire, je rajouterais également metaloi. Dieu légifère, Il réforme également, Il juge ses créatures. Il y a le licite, l’illicite, le blâmable, le recommandable, le non recommandable. En Islam, on est pas manichéen.
        Autant qu’il ne s’agit pas d’histoire, il ne s’agit pas non plus de lois pour nous êtres humains mais de la bonne voie, le bon comportement, la droiture. A nous de la suivre selon nos capacités, notre compréhension et notre libre arbitre.
        En Islam, cela permet d’avoir la bonne guidance, d’être sur le sentier d’Allah swt. Et Seul Dieu juge. C’est entre nous et Lui.

        Cordialement

        • @ Malik
          Vous écrivez :”Le singe serait une branche qui aurait un ancêtre partagé avec l’Homme. Mais rien n’est prouvé, ce ne sont que des extrapolations.”
          Si. C’est prouvé. Il y a belle lurette qu’il n’y a plus que quelques obscurantistes à le nier. L’ancêtre commun date de 6 ou 7 millions d’années.
          Je crois que @ Patrice, dont j’apprécie les connaissances, les analyses et … l’humour, s’amuse un peu à vous faire marcher …

          @ Patrice
          Je m’intéresse aussi à l’histoire et l’origine des religions, et le Néolithique est aussi l’un de mes sujets d’étude préféré. Pour le Paléo, la datation de la grotte Chauvet à -35 000 ans prouve que le langage symbolique est intrinsèque à l’espèce humaine, et donc que la “spiritualité” (quel que soit le contenu qu’on mette dans le mot) fait partie de l’Homme et n’a pas besoin de religion pour exister. Je crois moi aussi que la “morale” avec le contenu qu’on lui donne, est une création humaine, mais que l’homme a “instinctivement” le sens du Bien.

          Je me passionne depuis quelques années pour les fouilles du premier temple connu de l’histoire de l’humanité, juste avant le début du Néolithique : Göbekli Tepe, dans le sud-est de la Turquie.

          @ Yasmina
          Intéressante !

          • @Mistigris
            Le singe est une branche de l’ancêtre commun. L’Homme ne descend pas du singe dans la théorie. C’est une erreur que seul les gens du secondaire font généralement ou alors le commun des mortels (= non scientifiques, c’est comme ça que les enseignants chercheurs vous définissent). Renseignez-vous. Vous marcheriez mieux ainsi…

        • De quoi parle le Coran?
          réponse: de la Sharia. C’est quoi la Sharia? Dans toutes leurs variantes, le terme de shari’a ou de shir’a ont pour racine le verbe qhara’a: se diriger vers un point d’eau. Le chemin est celui qui conduit au point d’eau, à la source et, par métaphore, le chemin qui conduit à Dieu, les vertus qui plaisent à Dieu. Ceci est parfaitement différents des prescriptions juridiques élaborées par les hommes, à partir de ces principes, à chaque époque et dans chaque peuple, pour organiser la vie en société, et qui constituent ce que les juristes musulmans, les fuqahas, appellent le fikh.

          Dans la communauté exemplaire de Medine n’existent ni fuqahas ni ulémas, au sens actuel de “professionnel de la religions”.

          l’orientation morale et religieuse, le”chemin vers Dieu”, la shari’a proprement dite, est l’objet fondamental du Coran: sur plus de 6000 versets du Coran, 80 seulement seulement sont des prescriptions juridiques:
          1/ en matière pénale: cinq peines coraniques concernant le vol, la fornication, la calomnie, le brigandage et l’homicide.
          2/ en matière civile: deux prescriptions se rapportent au commerce:” Dieu a permis la vente et a interdit l’usure”, riba( II,275) et une autre aux dettes( II,282).
          3/ en matière de statut personnel, tout les autres versets “législatifs” formulent des règles relatives au mariages, au divorce et à l”héritage.

          Il est donc abusif de réduire la shari’a, la voie qui permet au croyant d’être agréable à Dieu, à ces quelques versets, alors que 95% du Coran traitent de la foi en Dieu, de la morale, de la”voie droite”, autrement dit des fins à poursuivre pour accomplir la volonté de Dieu.

          le Coran est un appel religieux et moral et non un code juridique. S’il l’était, il légiférerait sur l’ensemble de la vie sociale, depuis la structure constitutionnelle de la communauté jusqu’à son organisation économique. Il donne les principes moraux pour créer, à chaque époque, une législation répondant aux besoins de la société. Mais il ne propose pas un code. Pour la politique, un mot seulement sur la shura( concertation), laissant aux croyants le soin d’en définir les modalités. Pour l’économie, un autre mot, riba, lui non plus sans définition statutaire. Donc, deux orientations morales.

          Le Coran souligne que la morale est au -dessus du droit et l’amour au dessus de la loi. Un exemple, le dépassement de la loi du talion:” nous leur avons prescrit dans la Thora: vie pour vie, oeil pour oeil, dent pour dent…, mais celui qui renoncera, par charité, à son droit,méritera la rémission de ses péchés”(V,45) Ou encore” le châtiment doit être égal au crime, mais celui qui pardonne et fait la paix trouvera sa récompense auprès de Dieu”(XLII,40) . La sanction par la loi est une nécessité sociale, mais le pardon par l’amour est une exigence morale dans les rapports personnels.

      • Je reprends ce paragraphe car trop d’erreur. pardon:) le français n’est pas ma langue maternelle mais ce n’est pas une raison pour mal ecrire:)

        Les récits ne sont pas racontés de façon linéaire. Rien à voir avec la Bible. Par exemple le récit de Adam Et Eve. Il est présenté dans 7 sourates différentes aussi bien d’époque medinoise que mecquoise donc sur une période de prés de 20 ans. Chaque fois, le Coran “raconte” une bride du récit d’un angle différent, avec un nouvel éclairage à chaque fois. Il faut mettre les 7 groupes de versets des 7 sourates différentes pour avoir un récit complet dont on peut tirer une morale, une éthique, une sagesse et une guidance pour soi même. C’est d’ailleurs un bon exemple de la méthodologie grâce à laquelle on comprends que Satan( Iblis) n’est pas un ange déchu . Il est crée à partir d’un feu sans flamme, les anges de lumière. Les anges n’ont pas de libre article et ne connaissent pas le futur. On comprends aussi que l’orgueil est la voie de la perdition par excellence. L’orgueil est au commencement de l’histoire de l’humanité . Que le couple , ensemble Adam et son épouse sont co-responsables de leur chute. Tous les verbes utilisé sont un plusieurs pour deux( en arabe existe le singulier, le plusieurs pour 2 et le pluriel pour plus que 3) sauf un verbe “litachqua” adressé uniquement à Adam Etc Etc….

        • Pardon . correction encore une fois:Tous les verbes utilisé sont un pluriel pour deux( en arabe existe le singulier, le pluriel/duel et le pluriel pour plus que 3) sauf un verbe “litachqua”( travailler dur, avec peine) adressé uniquement à Adam Etc Etc….

  3. Je continue mais je vous recopie du Hichem Djait( tome 1 de la vie de Mohamed):

    Le Coran est le livre saint de l’islam. saint au sens strict et non pas sacré parce qu’il provient de Dieu qui seul est saint dans le sens sémitique du terme( qudus) Il est aussi le seul livre saint de du seul islam dans la mesure où les autres monothéismes ne le reconnaissent pas comme tel……..

    Pour les musulmans, le Coran est le livre de Dieu transmis par révélation ou wahiy. Il l’est même littéralement à la différence des autres Saintes Écritures, inspirées par Dieu, contenant des Écrits de Dieu comme le Décalogues, des paroles de Yahvé chez les Prophètes ou les logia du Christ. Le Coran est lui, la parole de Dieu pure, dans la forme et le contenu. Sa position dans la croyance musulmane est tout à fait spécifique.

    le wahiy ou Révélation n’est pas le Coran. c’est l’opération par laquelle Dieu communique avec le for intérieur du Prophète, par laquelle il transmet sa parole. C’est le processus par lequel le Messager reçoit le message divin. Le Coran est la résultante du wahiy, son contenu verbal, une fois mémorisé et transformé en langage humain. Et le Coran de plus, ne devient tel qu’une fois prise la forme sonore, càd extériorisé par la récitation, comme l’indique la racine q-r-a. Alors que le wahiy dans la poésie ancienne, réfère aux inscriptions sur la pierre, graphies ineffaçables, de même la parole de Dieu s’inscrit dans le cœur du Prophète. A l’époque classique et après le passage par le Coran, le terme en vint à signifier inspiration, suggestion. Pourtant la Révélation est plus qu’une inspiration. Elle est dévoilement et elle est impérative, sans qu’il y ait intervention de la part du Prophète en dehors de son énonciation en paroles sonores et claires.

    • “Pourtant la Révélation est plus qu’une inspiration. Elle est dévoilement et elle est impérative, sans qu’il y ait intervention de la part du Prophète en dehors de son énonciation en paroles sonores et claires.”
      C’est la bonne guidance !

      Merci pour ce rappel

  4. @Yasmina
    L’AT a été rédigé durant une période de trois ou quatre siècles. Il reprend nombre de croyances issues d’autres religions pré-existantes. Les Tables de la Loi, par exemple, sont d’origine égyptienne. On le voit, sur une statue, dans les mains d’un pharaon.
    Le NT a été rédigé entre l’an 70, et le début du deuxième siècle, s’agissant des évangiles canoniques. Pour ce qui est des apocryphes, ça va jusqu’au sixième siècle, voir au seizième pour celui de Barnabé. Seuls les Epîtres de Paul sont de Paul. Mais Paul n’a jamais rencontré le Christ, ou l’un de ses apôtres. Pire, il n’a même pas essayé d’en rencontrer un!
    Le Coran a été rédigé peu après la mort du Prophète, par des inconnus, mais les dernières versions ont été peaufinées 170 ans plus tard. Manifestement, par des théologiens fort avertis, qui ont quand même “déclassé” les sourates, en les assemblant dans un ordre incompréhensible, ni logique, ni chronologique. On y trouve de nombreuses contradictions, entre autres, s’agissant le la liberté religieuse. En cherchant bien, on y découvre aussi des erreurs scientifiques tout à fait pardonnables, vu le niveau de connaissance de l’époque.
    A part ça, la vision du monde coranique est au final très proche de celle de l’AT. Nombre de mythes erronés y sont repris, comme les histoires mettant en scène Abraham, Moïse, dont la fuite d’Egypte est une pure invention, comme en attestent les fouilles archéologiques et les écrits égyptiens anciens. Je ne reviendrai pas sur Adam, le prétendu premier homme.
    Plus gênant encore, en récupérant Jésus, le Prophète a aussi récupéré ses miracles, tous sans exceptions pompés sur des religions plus anciennes. (Grecques, hindoues, égyptiennes).
    Le Prophète zappe juste la crucifixion, sans doute à juste titre, et le caractère divin du prédicateur. Mais on devine que Mahomet (Mohamed?), ou ceux qui ont rédigé le Coran, connaissaient parfaitement les textes bibliques.
    Sauf que, lorsqu’on s’inspire de textes mythiques, on ne fait que produire un nouveau mythe.
    Enfin, nombre de prescriptions morales du Coran reprennent des coutumes typiquement arabes de cette époque. Ca n’est pas un hasard si la religion musulmane a permis de souder les rives sud de la Méditerranée. Elle a mis fin aux guerres tribales, et aux dissensions religieuses entre chrétiens et juifs. Elle a su proposer une sorte de Code Civil accepté par tous, et surtout, écrit. Toutes les grandes civilisations reposent sur des lois écrites. Suprême paradoxe: Le Prophète n’écrivait pas. Jésus non plus, d’ailleurs. C’est là un grand atout pour une religion, car ça permet aux gens compétents de rédiger des textes sophistiqués, avec la caution du sacré.
    Amen.
    Amitiés.
    Ps. Je peux me tromper, ne vous inquiétez pas.

    • Oui, je relève des erreurs effectivement mais pas sur tout.
      On pourrait remonter jusqu’à la mésopotamie et plus que vous trouverez toujours des similitudes puisqu’encore une fois l’Islam, l’unique religion de Dieu existe depuis Adam. Normal que vous y trouvez des changements puisque Dieu réforme ce qu’Il veut et qu’Il fait évoluer sa création. D’où la religion aboutie, le sceau de la prophétie, l’Islam perfectionné.
      Dieu nous dit dans le Coran, qu’avant de faire descendre Adam et Eve (avec Iblis qsm), il y avait d’autres créatures qui vivaient sur Terre. Il a du tout retourner, ils étaient devenus tous cruels et mauvais (dinausores?). Il nous dit également qu’il y a déposé des espèces (on parle bien d’espèces mères, de taxons en phylogénie) et qu’il nous a soumis la Terre histoire de ne pas trop connaître d’intempéries qui nous feraient disparaître de la surface de la terre. Aucune datation n’est avancée.

      Vous nous dîtes que le Coran vient de mythes erronés, nous on vous explique que les mythes erronés ont soit étaient inventés soit proviennent des textes sacrés mais trafiqués. Et ceci depuis toujours.

      Dieu sait mieux,
      Mes sincères amitiés

      • Le concept de bien et de mal est fondamentalement artificiel. “Vérité en deçà des Pyrénées, erreur au delà.”.
        La morale apprise est uniquement le fait de l’homme. Il a inventé des règles comportementales adaptées au monde artificialisé qu’il a créé.
        Les dinosaures n’étaient pas cruels. Pas plus que le lion qui tue une gazelle pour bouffer. La cruauté est le fait des malades mentaux. Mais on ne peut exclure que certains animaux pètent les plombs. Comme ces chiens fous élevés par mes nazis, ou par les racistes d’Afrique du Sud.
        A part ça, je relève juste des erreurs dans le Coran. Et aussi des contradictions. Je ne dis pas que ça démontre la fausseté du texte. Ca démontre juste le fait que cet ouvrage a été écrit par des hommes.
        Perso, je suis athée. Donc, bien sûr, je ne crois pas que l’ange Gabriel a dicté le texte. Mais, si tel est le cas, il est évident que les rédacteurs ont merdé.
        Amitiés.
        Patrice

        • Permettez une dernière objection Patrice, l’Islam n’est pas manichéen. Il y a l’interdit, le permis, le blâmable, le recommandable et le non recommandable.

    • @Patrice

      Je ne sais pas où vous prenez vos informations sur le Coran mais c’est de la désinformation et mensonge. Je ne vais pas tout reprendre mais voici ce que moi je sais et compris . croyez moi, j’ai fait des recherches . Pour moi c’est une quête qui m’a pris de nombreuses années puisque j’ai fini par me convertir à l’islam ou plutôt parachever ma foi puisque l’islam englobe le tout:

      Le Coran est parole de Dieu. La Révelation divine s’est faite par l’intermédiaire de l’Ange Gabriel. Elle a duré 22 ans. Il y a un ordre chronologique et un ordre établit par notre Prophète Mohamed notre bien aimée. L’ordre des sourates/chapitres et des verset ainsi que les titres des sourates c’est notre prophète qui l’a établit avec l’aide de l’Ange Gabriel . Le Coran a sa propre architecture. Je crois à ça. Il ne faut pas la déconstruire et revenir à l’ordre chronologique. S’il ya des répétitions c’est bon pour le pédagogie, par ce que Dieu sait parler aux hommes. Il maîtrise la communication . Le Coran n’est pas un livre d’histoire et l’histoire n’est pas son but. Dans le Coran, il s’agit de metahistoire ,càd de récits qui conservent un cadre pseudo historique, mais dont la fonction est de véhiculer un message édifiant, qui de la sorte est plus susceptible de se graver dans les mémoires et permet une interprétation dont la richesse nourrit sans cesse, en toute circonstance de la vie, la méditation pourvoyeuse de sens et de sagesse. Le Coran est appris par coeur depuis le temps du Prophète qui a laissé une copie écrite sur parchemin chez son épouse Hafsa. D’autre part le Prophète a interdit qu’on garde par écrit ses paroles à lui( parole humaine ) qui ne sont pas du Coran, de peur justement qu’on les prenne pour du Coran.

      Apres sa mort, et au temps du 3eme Calife Othman, comme l’islam s’est beaucoup répandu par les conquêtes territoriales et comme beaucoup de non arabes sont devenus musulmans et afin d’éviter une mauvaise lecture ou pire falsification, une commission a été mise sr pied pour mettre le Coran par écrit , une seule version pour tout le monde. Cette commission a recensé toutes les versions, verset par verset en se basant sur le coran déposé chez Hafsa. Le résultat fut un seul Coran pour tous, dont des copies envoyés aux quatre coins des pays conquis. C’est ce qu’on appelle le “Coran de Othman” dont l’unique copie arrivée jusqu’à se trouve t actuellement au musée de Topkapi à Constantinople/istambul.

      Quand aux hadiths, parole du prophète qui ne sont pas du Coran; il ont été mis par ecrit 2 siècles plus tard durant la dynastie des Abassides. C’est une autre démarche. il ya plus de faux que du vrai. beau coup de faux fabriqués déja aux temps des Omeyades qui ont usurpé le pouvoir califal , pour justement légitimer leur pouvoir.

      Je ne sais pas si Oumma va passer mon com. donc je m’arrete là et à suivre…

      • Rassurez-vous.
        Ce site admirable ne censure pas les propos rationnels.
        C’est pourquoi je continue à y participer.
        On s’y fait aussi des amis, avec lesquels on bataille, mais sans haine.
        Bref.
        Un livre saint de référence requiert l’intervention d’experts. C’est la raison pour laquelle les prophètes écrivains sont laissés de côté. Ceci dit, la tradition de l’époque, singeant celle de la Grèse antique, privilégiait l’enseignement oral.
        Socrate, par exemple, refusait les écrits, de peur de s’enfermer dans un carcan. Peut être est-ce une démarche similaire qui a dissuadé le Prophète, non d’écrire, vu qu’il ne savait pas, mais de bétonner sa parole en laissant ses adeptes la coucher sur le papier. Ou ce qui en tenait lieu.
        Bref.
        Reposons la question: Qui a écrit le Coran? Pas l’ange Gabriel. Ni le Prophète. Des inconnus. Tous les Livres Saints sont rédigés par des inconnus.
        Et ils contiennent tous des erreurs et des contradictions.
        Même Rael ne dit pas toujours la vérité.
        Par exemple, lorsqu’il demande d’envoyer des sous.
        Re-Bref

        • Bonjour Patrice:

          Qui a écrit le Coran? Le Coran c’est du wayh, terme arabe qui signifie en arabe ancien l’action de graver sur un rocher. Quand Dieu s’adresse à ses Envoyés c’est toujours à travers le wahy. sauf Moise à qui il a “parlé” directement sans l’intermédiaire de l’Ange Gabriel transmetteur du message.

          Qui a écrit le Coran, dites-vous? La mise par écrit du Coran sur un support physique, parchemin Non, pas des inconnus. Au temps du Prophète, par ses plus proches compagnons qu’on appelle les” scribes de la Révélation”. Leurs noms et biographies sont connus Le plus connu est Zayd ibn Thabit , car son nom est cité une fois dans le Coran, ensuite c’et lui qui a présidé la commission de recensement mise sur pieds la première fois par le calife Abu Bakr.

          Le Coran ne contient pas d’erreur ni de contradiction. Je répète que le Coran a sa propre architecture et une bonne méthodologie est nécessaire pour comprendre. La contradiction n’est qu’apparence. Elle suggère un manque d’humilité et une mauvaise méthodologie.

        • Le Coran constitue un miracle en lui-même.
          Les plus grands détracteurs disent, oui il est beau mais humain en s’appuyant sur des thèses pseudo-scientifiques (logique sophiste, même pas inductive).
          Qu’ils tentent de reproduire ne serait-ce qu’une sourate s’ils sont véridiques. Combien même le monde entier s’y mettrait qu’on n’y arriverait pas. C’est énoncé dans le Coran. Sa préservation appartient à Dieu swt, les hommes et l’écriture ne sont que les vecteurs de Son verbe lorsqu’ils le copient, l’impriment ou l’apprennent.

          Aucune contradiction dans le Coran sinon la limite de la compréhension humaine. Aujourd’hui, par exemple, on s’aperçoit que la science et l’époque mettent en lumière des versets qui étaient jusque là inexpliquables ou incompris raisonnablement. Le Coran ne peut pas être compris dans son intégralité. Il ne pourra l’être qu’à la fin des temps lorsque la prophétie se sera réalisée entièrement.

          Pour finir, ce que je viens d’énoncer n’est pas un dogme. La raison est bien là. Prouvez un changement dans le Coran selon les époques, prouvez les contradictions, prouvez un texte à son égal si vous êtes véridique dans votre propos.

          Cordialement

      • Merci beaucoup Yasmina pour votre commentaire, vous complétez ma connaissance en me rappelant des points non négligeables. Hâte de lire la suite…

  5. D’accord pour s’accorder sur une unité du corps, de l’esprit et de l’âme, ils forment un tout qui permet au sujet d’appréhender le monde dans sa totalité, mais ne doutez pas que ceci est aussi très présent dans la pensée occidentale même si des savants et penseurs ont depuis le XVIe siècle par commodité, méthode et pragmatisme séparé les trois afin de progresser dans la connaissance précise du corps (et des corps ) puis de l’esprit (y compris par la psychanalyse)… Cessez de croire que l’Occident est moins spirituel que vous, Orient ou Islam, cette erreur de conception peut nourrir encore des malentendus et un sentiment de puissance (‘ou de revanche) de la part des tenants de l’Islam sur un Occident moins triomphant mais encore solide. De même, reconnaissons que de nombreux musulmans savent faire la part du vivant, du savoir terrestre et celle de la conviction religieuse.

  6. “Satan est déchu du degré spirituel qui était le sien en tant qu’ange” Satan n’était pas un ange ! C’est une erreur répandue mais totalement fausse.
    Bel article sinon.

    • Dans la Bible, Satan est l’Ange Déchu. Tel n’est pas le cas dans le Coran?
      Il est aussi: “Le porteur de Lumière” (lux, ferre> Lucifer). Très prométhéen!
      Pour les gnostiques, des néo-platoniciens, c’est Jéhovah le diable créateur, celui qui a fait sombrer l’homme dans l’illusion du réel. (Jésus, le Sauveur, vient rompre la malédiction de la Caverne, celle du mythe platonicien). Une autre version du péché originel, commis par le Créateur en personne.
      Sinon, j’ai toujours été surpris par le nombre des dieux et démons secondaires. Le terme “monothéisme” n’est peut être pas celui qui convient. D’autant qu’il faut y rajouter les saints, les martyrs, les prophètes.

      • Non, les anges sont créés de lumière alors qu’Iblis est créé de feu sans fumée. Iblis n’est pas un ange mais un djinn. Les anges ne peuvent jamais désobéir à Dieu swt. Dieu les a créé ainsi.

      • On garde le terme “monothéisme” car il oppose le créateur à la création;
        Martyrs, saints, prophètes, anges ou démons restent des créations.
        En ce qui concerne iblis ou satan il n’était pas un ange mais un djinn selon le Qu’ran.

        • Désolé, mais je me réfère à L’Ancien Testament, source manifestement principale du Coran.
          Peu importe.
          Ainsi, Dieu aurait créé les démons? (Les djinns).
          Il aurait aussi créé des hommes passablement mauvais, (ça, j’avais remarqué), plus des êtres malfaisants pour leur suggérer de faire le mal? Et ensuite, il envoie ces malheureux au Tribunal Céleste de Célesteville, avec le noble dessein de les mette au fout thermostat 8 pour l’éternité?
          Boutin! Même Adolf est un saint comparé à cet individu!
          Eh! C’est tout sauf une critique!
          D’ailleurs, Satan, avec qui j’ai dîné hier soir à la Taverne des Lutins, m’a confirmé le fait que Dieu avait un bon fond.
          “Sauf qu’il est un peu psychorigide”, a-t-il ajouté en se resservant du Pétrus. Je vous rassure. C’était lui qui payait. (du 78!!!)
          Je sais.
          C’est difficile à croire. 3 bouteilles de Pétrus 78!!! J’imagine l’addition.
          Bref.

          • Même actuellement, il y a des tribus chasseurs cueilleurs qui croient en Dieu et l’adore à leur manière. Sinon, en Islam, on se doit de les respecter et de ne rien toucher à leur mode de vie ou pratiques. Dieu veut les voir ainsi, aucune révélation n’est venue à eux.
            Vous dîtes que leurs concepts moraux coulent de source. Quelle est cette source si bonne ? Là encore, vous êtes en accord avec l’Islam qui dit que tout Homme est bon par nature mais que l’Homme pervertit l’Homme en l’éloignant de Dieu avec une moralité pervertie.

            La source du Coran n’est pas l’ancien testament mais Dieu swt et sa religion l’Islam. L’Islam est multimillénaire et a toujours existé. Muhammed sws a apporté l’Islam abouti. La religion perfectionnée à plusieurs égards. Plus aucune révélation après lui. Ceci est en total accord avec le fait que Dieu fait évoluer l’Homme et que l’Homme évolue à travers le temps.
            L’ancien et le nouveau testament ont été modifiés par les hommes, ceci n’est plus à démontrer. Comme ils correspondent à la religion de Dieu, il est normal qu’ils contiennent encore les vrais mots de Dieu. C’est Ibrahim as (Abraham) qui a le premier prononcé le mot musulman.

            Dieu swt nous a doué de libre arbitre. Il nous a donné une réelle liberté qui va jusqu’à celle de lui désobéir. Le premier acte où le libre arbitre a été utilisé aboutissa justement à cette désobéissence en mangeant le fruit défendu. Ainsi, par la désobéissence à Dieu swt, l’Homme a accepté de connaître le mal. Il l’a accepté parce qu’il est ignorant, il ne savait pas ce qu’il mangeait. Aucune créature ne l’avait accepté auparavant par crainte du mal et du châtiment de Dieu.
            Ainsi, Dieu swt a commandé le bien en interdisant le fruit défendu (un seul arbre parmi des centaines ou milliers quand même) mais l’homme a accepté le mal par ignorance.
            Dieu swt a dit que l’Homme dépassera les anges dans son adoration. Iblis qsm fut jaloux, arrogant et poussa Adam à la faute. De là est née la tentation. Jusqu’à un temps donné, Iblis qsm est déclaré ennemi de l’Homme. La vie sur terre peut être vécue comme la tentative d’obtenir le pardon, une rédemption en quelque sorte.

            Dieu ne commande que le bien et ne souhaite que le bien.
            Dieu est Le plus savant et sait mieux.

          • @Malik

            – La source de la morale naturelle est la sélection naturelle telle que décrite par Darwin, lequel soulignait le fait que les comportements altruistes étaient avantageux pour les groupes humains ou animaux, en termes de survie. Concrètement, on passe à un deuxième niveau de sélection. Les néo darwinistes modernes envisagent aussi une sélection des écosystèmes en fonction de leur harmonie, liée à la capacité d’échanger entre espèces.
            – L’homme pervertit l’homme dès qu’il adopte un mode de vie pour lequel il n’a pas été programmé. Tant qu’on vit comme les autres animaux, pas de problème.
            – La source du Coran est de toute évidence le judaïsme et le christianisme. Les connexions entre les trois religions sont évidentes. Il n’existe d’ailleurs que peu de points de désaccord entre monothéistes. Sauf que, plus deux religions sont proches, plus elles se haïssent. Le protestants et les catholiques, les sunnites et les chiites.
            – L’existence historique d’Abraham n’est pas attestée. Dieu merci. Un individu prêt à assassiner son fils Isaac suite à un délire schizophrénique, bonjour l’angoisse. (Dans la Bible)
            -.L’AT et le NT ont été écrits et réécrits durant plusieurs siècles par des inconnus. Mais qui a rédigé le Coran, et quand?
            – Le mythe de la Genèse se réfère à “L’arbre de la connaissance du bien et du mal”. On parle de l’AT. Ca confirme et étaye mon hypothèse: Le bon sauvage n’avait pas besoin de morale. Et pas besoin de générer les conditions nécessitant une morale nouvelle, apprise, et destinée à protéger les puissants.
            – Les puissants, et la société qui va avec. Efficace. Productive. Mais monstrueuse. Fondamentalement, le mal est issu de la morale. La morale apprise, et enseignée par les religions dans le but de conforter les iniquités. Nietzsche reprochait aux chrétiens leur compassion, qu’il jugeait non naturelle. Il se trompait. Même les gorilles sont aptes à la compassion. Ils sont capables de secourir un oiseau pris dans les ronces.
            – Le bien et le mal modernes, qu’on reproche à Adam et Eve d’avoir découvert, ce sont juste les nouvelles règles, celles qui stabilisent des sociétés inégalitaires. Le bien, c’est l’esclavage. L’esclave qui se révolte agresse les nouveaux dieux. le mal, c’est l’hédonisme, qui pousse les esclaves à prendre du plaisir durant les heures de travail.
            – Bref.
            – Amitiés. C’est la seule chose qui compte vraiment.

          • Je suis d’accord avec Malik. Pour nous musulmans, le Coran est la Parole de Dieu. La Bible est une oeuvre humaine mais où il y a l’esprit de Dieu. Je lis souvent des commentaire accusatoires comme quoi le Coran “pompe” dans l’Ancien Testament et les Évangiles. Que c’est un plagiat!!! C’est une façon erroné de penser ainsi. Pour nous musulmans c’est une chose normale qu’il y ai des ressemblances puisque la source est la même: Dieu. Dieu ne change pas sa Sunna c’est à dire sa façon de faire, Sa Loi . Le message est le m^me pour l’humanité mais adapté à chaque peuple et suivant l’époque. Les prophètes et messagers sont chargés de faire les rappels et d’annoncer la bonne nouvelle. La Révélation divine est pareille à un logiciel. Vous avez besoin de faire les mises à jour et d’acheter la nouvelle version. Ou comme l’Océan: l’eau de mer est la même mais les vagues sont différentes. Le Coran est le dernier rappel à l’humanité. Le sceau de la prophétie. Le Coran est basé sur la raison et fait appel à la raison humaine.

          • @Patrice: Vous dites”Fondamentalement, le mal est issu de la morale.” Non, le mal est issue du besoin, de la faim, pour survivre si on suit votre raisonnement sur les chasseurs-cueilleurs et les sédentaires. Au Néolithique, quand le climat a changé et la nourriture moins abondante, les hommes ont appris à cultiver les plantes et domestiquer le animaux. C’est les premiers sédentaires qui sont des agriculteurs/éleveurs. les hommes ont appris à stocker la nourriture. Les premiers conflits c’était pour voler les stocks de nourriture. D’où les guerriers soit pour défendre soit pour attaquer et les esclaves et autres prisonniers et la société de caste qui s’etablits. Les guerriers était la caste supérieurs . La suite c’est les cités/Etats et le commerce càd la civilisation humaine…. Voir article néolithique sur wiki pour une ébauche de la question.

          • @Yasmina
            Bien!
            Vous commencez à raisonner juste. Un premier et dernier pas vers le rationalisme. celui qui tue.
            J’ai connu ça aussi. Il y a 60 ans. Vu que je suis moi aussi un ancien bébé. Mais je ne m’en vante pas.

  7. Comme déja signalé sur un autre fil, les premiers Sapiens sont apparus il y a 200 000 ans, et les premiers rituels néo-religieux, des rituels d’inhumation, ne sont observés qu’il y a 120 000 ans. (Même si on soupçonne un truc du genre chez Erectus remontant à 500 000 ans.
    En tous cas, une chose est sûre. Les religions du paléolithique étaient des religions chamaniques, c’est à dire vouant un culte aux élémentaux. (le soleil, la mer, l’âme du gibier). Ces cultes ne proposaient pas de vraie morale, à l’exception d’une sorte de respect de la nature, très baba. On le sait car on peut encore observer des chasseurs cueilleurs dans des contrées coupées du monde. Notez le fait que ces peuplades sont pacifiques et compatissantes. Le Bon Sauvage de Rousseau, en quelque sorte.
    C’est la sédentarisation qui a généré la naissance des Dieux mâles, personnalisés, et imposant une morale. Les offrandes se sont transformées en sacrifices, parfois humains, et les démons, jadis vecteurs des maladies, sont devenus des pousse-au crime.
    La fonction de ces religions nouvelles, celles du néolithique, était de stabiliser des sociétés inégalitaires, mais performantes, à sa voir susceptibles de favoriser une démographie galopante. Par contre, le monde sédentarisé générait des tensions, car il agressait l’instinct d’équité, observable chez l’homme et son cousin primate.
    Le conflit entre Abel et Caïn est peut être emblématique des premiers combats. Les premiers meurtres apparaissent il y a 11000 ans, peu après la découverte de l’élevage itinérant. Crimes et guerres se multiplient ensuite, 1000 ans plus tard, lorsque l’homme se sédentarise.
    Cette date, à savoir, – 10 000, est au final bel et bien celle de la Création, celle de l’homme moderne. Et Adam serait alors représentatif du premier chef tribal à avoir bâti un village.
    Dans ce cas, il serait logique qu’il ait fixé les premières règles non innées, comme l’obligation de travailler, et celle d’être poli avec le chef. Plus tard, il a sans doute eu à légitimer l’esclavage.
    Quant au fameux Péché Originel des chrétiens, c’est la sédentarisation elle même. Elle a sans doute bel et bien été suggérée par les femmes, qui désiraient accoucher au chaud, et élever leurs enfants dans une maison. Au chaud, mais dans la douleur. Là, désolé, mais c’était déja le cas avant.
    Bref.

    • Poisson d’Avril ?
      Sans rire, thèse personnelle ou tirée de quelque part ? Alors d’où ?
      Ne pas perdre de vue que l’auteur dit bien qu’il s’agit de donner un sens à la création, à sa vie. Alors pourquoi ceci et pourquoi pas cela ? Religion, sciences, spiritualité… ou tout ça … ou rien.
      La vérité est au mieux une convention (maths), moins bien un système de croyance (religion) et au pire une idéologie (nazisme).
      Certains collectionnent des timbres ou des cartes postales, pourquoi pas ? D’autres visent les étoiles (Hollywood ou célestes), d’autres encore visent plus haut.
      Peut-être le plus sage est d’être un caillou ou un pétale de rose.

      • Thèse personnelle, mais basée sur des données anthropologiques sérieuses. Je ne peux hélas pas publier les 35 pages de l’étude, qui part d’une contestation des hypothèses de Girard. Voir d’ailleurs à ce sujet les multiples critiques visant cet auteur, pourtant assez génial, Bref, je réfute le mimétisme d’appropriation, et la théorie du bouc émissaire s’agissant du paléolithique, période peu conflictuelle.
        Comme je m’intéresse à la Genèse des religions, j’ai essayé de comprendre “la genèse de La Genèse”. Ces’ peut être un peu acrobatique, mais je ne demande pas mieux que d’en discuter.
        Il va sans dire, mais vous l’aviez compris, que, lorsque je parle d’Adam, j’évoque la symbolique liée au personnage, et non un individu réel.
        Enfin je reproche à Girard de n’avoir pas pris en compte la rupture évidente entre religions chamaniques et religions modernes. Bref, c’est pour ça que j’écris que, si Adam est assimilé à un prophète, et qu’il initie une nouvelle religion, on doit le remettre à sa vraie place, à savoir à 10 000 ans dans le passé, quand l’homme abandonne graduellement le chamanisme. J’analyse la croyance, et non une hypothétique caution au Créationnisme.

        • Faux Patrice. Votre thèse ne peut être étayée. Comment pouvez-vous définir le culte préhistorique sans écrits ? Vous ne pouvez pas savoir ce qui était dit ou fait. Ce ne sont que des extrapolations, approximations ou conjectures. Rien de solide en somme. Par contre, la religion a toujours été présente. L’écriture remonte à la mésopotamie qui prouve que la religion a toujours été présente.
          Ce que j’aime bien dans votre thèse, c’est qu’elle rejoint le Coran en disant que par nature, par essence, l’Homme est bon et pacifique. Ce sont les sociétés qui sont inégalitaires et font de l’Homme un sanguinaire. L’Homme pervertie l’Homme dès son jeune âge par de faux cultes ou des fausses théories pour l’éloigner de Dieu et l’en détourner.

          • Comme d’habitude, on n’est pas en désaccord sur tout.
            S’agissant des chasseurs cueilleurs, on a la chance inouïe de pouvoir encore en observer quelques tribus. Leurs religions se ressemblent beaucoup. On y retrouve pèle mêle des rituels d’inhumation, assortis au culte des mânes, la croyance aux démons vecteurs de folie ou de maladie, la consommation de drogues hallucinogènes ouvrant la porte du Monde des Esprits, et le culte des forces de la nature, les fameux élémentaux, des entités au final très abstraites, non personnalisées, non mâles et irascibles, aux quelles il est de bon ton de faire des offrandes.
            Pas des sacrifices.
            Le sacrifice est plus moderne. Si l’on peut dire.
            Quand on observe les tribus perdues d’Amazonie, on constate qu’elles sont peu agressives, avec un modèle social qui nous rappelle le marxisme: A chacun selon ses besoins. Mais la religion ne développe pas de concepts moraux. Ceux ci coulent de source. Nourrir les faibles, soigner les malades, accepter les vieux. Pas de vraies familles. Les enfants sont élevés par la communauté, et la fidélité conjugale n’est pas de mise. Pas de castes. Pas d’héritage. … Car pas de possessions.
            Comprenez que notre morale animale a été sélectionnée pour permettre aux groupes de survivre dans un monde de ce genre.
            Puis, la sédentarisation a faussé la donne.
            Quand j’étais jeune, je méprisais Rousseau. Je m’aperçois aujourd’hui qu’il avait tout compris. La preuve: Il a abandonné ses enfants.
            Désolé. Je ne résiste jamais à ma tentation d’un bon mot.
            Amitiés.

  8. Salam @BRIHI , merci pour votre commentaire ; la toile , “formidable” nouveauté , a par exemple , avec Oumma.com , pour la Oumma , un exemple de son coté utile; dans l’article
    ci-dessus , j’avais lu la traduction des versets ci-dessus , alors merci à l’auteur d’en offrir une
    interprétation qui me rappelle une parole du Christ {a.s.} “la lettre tue , l’Esprit vivifie.”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les Palestiniens enterrent leurs morts

Le traumatisme psychiatrique algérien à Marseille