in

L’odieux marquage dans une cantine d’Auxerre : une pastille rouge pour les enfants ne mangeant pas de porc

Dans l’air vicié du temps, la mesure discriminatoire qui ne dit pas son nom, ciblant prioritairement les écoliers musulmans, aurait pu passer comme une lettre à la poste si Malika Ounès, une conseillère municipale d’opposition dans la bonne ville d'Auxerre, ne s’en était émue à juste titre, scandalisée par un marquage scolaire qui n’est pas sans en rappeler un autre de sinistre mémoire : une pastille rouge pour les enfants ne mangeant pas de porc à la cantine et une pastille jaune pour ceux qui ne mangent pas de viande du tout, voilà ce qui attendait les élèves pas comme les autres de l’école des Pieds Dalloues, au cœur d’une France profonde qui succombe aux chants de sirène cocardiers de l'intolérance et de la haine.

"C’est une mère de famille qui m’a interpellée et fait part de son indignation. Des pratiques comme celle-ci ne sont pas acceptables. On n’a pas le droit d’imposer cela, en catimini, à des enfants. C’est révoltant. Cela renvoie à des heures sombres", proteste l’élue locale sur le site Creusot.infos après avoir fait éclater l’affaire au grand jour.

Ces premières « étoiles jaunes » des cantines scolaires, qui en disent long sur la mémoire courte des Français et la banalisation alarmante de l’islamophobie, auraient été instaurées sans sourciller si Malika Ounès ne s’en était emparée pour les dénoncer auprès du maire socialiste d’Auxerre, Guy Ferez. Celui-ci a diligenté une enquête administrative.

Alors qu’il est de bon ton de minimiser officiellement ce tri infâme en le qualifiant d’« initiative isolée et maladroite », Christian Slautier, le directeur de la communication de la ville, insistant sur les " 1 500 enfants qui mangent dans nos restaurants scolaires, ces colliers n'ont concerné que 18 enfants et l'opération n'a eu lieu que pour un repas", tandis qu’un membre de l’équipe dirigeante de l’école a affirmé de manière péremptoire que "Cette polémique ne repose sur rien", une chose est certaine : lentement mais sûrement, la laïcité et les valeurs républicaines sont rongées par la gangrène de la droitisation de la France, au risque de faire ressurgir d’un funeste passé des lois d’exception dont on connaît d'ores et déjà les victimes toutes désignées…

  

Malika Ounès tenant le collier qui fait froid dans le dos

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Créer votre société dans les pays du Golfe avec Easy Company Dubaï

Images spectaculaires de la prière de l’Aid Al-Adha à Moscou (vidéo)