in

Des lobbies industriels vont-ils imposer une nouvelle norme halal?

Communiqué de l’Union Française des Consommateurs Musulmans

Le 31 août 2017, L’AFNOR (Association Française de Normalisation) a décidé d’imposer sa propre norme halal[1].

Depuis plusieurs années, c’est un bras de fer qui se joue entre l’AFNOR d’un côté, et le CFCM, les mosquées, les associations de consommateurs musulmanes et organismes de certification de l’autre.

L’AFNOR ayant décidé de ne pas aborder la question centrale de  l’assommage lors de l’abattage, les structures musulmanes ont décidé de ne plus poursuivre leur collaboration au projet AFNOR. Une norme sur les aliments carnés halal qui ne traite pas des conditions d’abattage n’a en effet aucun sens[2].

L’objectif non avoué de l’AFNOR est d’imposer la définition la plus large possible du halal afin que les industriels puissent se partager librement le marché du halal en France, mais également de pouvoir exporter  librement vers les pays musulmans en normalisant elle-même la définition religieuse du halal. Si un tel projet aboutissait, il conduirait d’abord à la production de faux halal et, à terme, à une interdiction pure et simple de l’abattage rituel pour les musulmans.

Quoi qu’en pense l’AFNOR, le  halal ne peut se réduire à une affaire d’industriels intéressés ou de simples considérations technocratiques à respecter. Le halal est un concept éminemment spirituel, qui ne peut  être défini que par des religieux, non par des industriels ni des institutions technocratiques européennes ou françaises.

En ce sens, un travail avait été fait depuis plusieurs années et une Charte du halal  avait été établie pour le CFCM par les différentes organisations musulmanes impliquées sur le dossier du halal. Les deux principales organisations musulmanes de défense des consommateurs (ASIDCOM et UFCM) ont également approuvé cette charte qui est aujourd’hui considérée comme une référence suffisante.

Mais l’entêtement de l’AFNOR à ne pas vouloir prendre en considération les conditions religieuses du halal dans son projet de norme a conduit l’UFCM et les autres organisations musulmanes à se retirer. Ce retrait aurait dû conduire à l’arrêt du projet, mais il n’en a rien été. En effet, malgré le retrait de toutes les organisations musulmanes du projet AFNOR sur le halal, et la publication d’une Charte musulmane du halal par le CFCM, l’AFNOR continue de vouloir imposer sa norme.

Pire, de manière malhonnête et frauduleuse, elle n’hésite pas à publier un document présentant les organisations musulmanes comme signataires alors qu’elles ont toutes suspendu leur participation à son projet de norme.

C’est honteux de la part d’une structure telle que l’AFNOR.  Quand il s’agit des musulmans tout est dorénavant possible jusqu’à apposer frauduleusement leur signature en leur absence.

Ces pratiques d’une époque qu’on pensait révolue sont plus que révoltantes, surtout  lorsque l’on sait que la communauté juive a toujours été respectée dans son refus de voir l’AFNOR normaliser le casher. Si l’attitude des instances représentatives juives a été jugée totalement acceptable, force est de constater qu’il n’en est rien pour la communauté musulmane.

L’UFCM refuse et rejette en bloc la norme imposée par l’AFNOR. Elle étudie les recours juridiques possibles, en collaboration avec d’autres acteurs intéressés par la question.

Elle appelle également les musulmans à faire entendre leur indignation de manière individuelle et collective, et faire connaître leur position à l’AFNOR en lui écrivant ou simplement en copiant et en envoyant massivement ce communiqué à cette adresse : http://www.afnor.org/contact/

Le halal est un concept religieux qui doit rester le fait de religieux. Dans un pays dont la laïcité est l’une des valeurs premières, nous ne tolérerons jamais que des organisations technocratiques cherchent à s’immiscer dans des affaires religieuses dans l’unique but de satisfaire les desiderata de lobbies industriels.

10 commentaires

Laissez un commentaire
  1. L’homme ne vit pas dans les océans, les produits de la mer sont tous halal.
    L’homme vit sur les continents, là où il y a l’homme, le halal est vérifié.
    Je ne sais pas.

  2. Salam, Est ce que ces organismes musulmans sont offusqués parce qu’ils défendent la sacro-sainte pratique du sacrifice animalier ou bien parce que la poule aux œufs d’or risque de leur échapper des mains et que les produit hallals seront plus abordables pour le consommateur musulman.
    Personnellement j’aurais plus confiance de manger du vrai hallal avec les normes AFNOR .Plusieurs enquêtes ont démontré que ces différentes mosquées ne contrôlaient rien dans les abattoirs ou dans les chaînes de production de charcuteries.
    Tandis que les associations(AVS et autres ) qui offrent une certaine rigueur dans la conformité du sacrifice, leurs produits sont excessivement chers par rapport au prix du marché. Et en plus tous se présentent comme défenseurs de la bonne pratique de l’islam mais on a rien vu qui a été réalisé dans le socio-éducatif musulman non lucratif . Le halal rempli leurs caisses et leurs poches mais rien pou les musulmans pauvres et il n’en manque pas en France.
    Maintenant concernant l’étourdissement de l’animal pourquoi pas cela évite la souffrance de la bête . Si cela n’a pas été prescrit dans le Coran c’est que cela n’existait pas dans ce temps là.

    • Ne vaut-il pas mieux payer la viande un peu plus cher et avoir du vrai halal de chez AVS plutôt que de tomber dans la fitna et la confusion entre AL HAQ (le vrai) wa AL BATEL (le faux) en consommant de la viande de RUNGIS ?
      Pourquoi le musulman préfère faire confiance aux non musulmans et leur norme faux-halal AFNOR plutôt que de faire confiance aux musulmans, même si (et c’est vrai) que le CFCM nous a tous déçu par le passé (quand il est était commandé par des maghrébins, mais là ce n’est plus le cas). Je constate malheureusement, qu’on est toujours colonisés intellectuellement par les occidentaux et qu’on est RADINS : on cherche toujours le moins cher (même si cela provoque des entorses à notre religion).

    • Vous croyez sincèrement ce que vous avez écrit ?
      “concernant l’étourdissement de l’animal pourquoi pas cela évite la souffrance de la bête . Si cela n’a pas été prescrit dans le Coran c’est que cela n’existait pas dans ce temps là. !!!

      Le Coran est INTEMPOREL.

  3. Pour répondre à Mohamed de Paris
    Je ne connais pas suffisament les organismes certificateurs pour me prononcer là dessus.
    Mais je pense que du vrai hallal est quasiment impossible à trouver sur le marché, car le vrai hallal suppose que les bêtes soient traitées le mieux possible jusqu’au bout et ne voient pas leurs congénères tués devant elles avant d’y passer à leur tour. Pour pouvoir faire vraiment du hallal il faudrait commencer par diminuer notre consommation de viande et accepter de la payer plus cher pour que les animaux soient élevés et transportés dans de meilleures conditions. Les gens qui achètent le poulet de batterie hallal parce que le fermier est trop cher, qui en achètent trop et jettent le reste pourraient commencer par acheter du fermier en plus petites quantités, ça ne coûterait pas plus cher, et ils s’approcheraient un peu plus du hallal car le poulet de batterie ne peux pas être hallal. Le mieux serait d’élever et d’égorger nos bêtes nous même, mais ça j’avoue ne pas avoir le courage de le faire moi même, peut être quand je serais à la retraite et que j’aurais un jardin…

  4. Ayant la chance de vivre pas loin des montagnes, je ne mange que les animaux que je vais chercher vivant à la campagne et à petite dose. Pour le reste de la consommation c’est du bio, du jardin, du marché ouvert, de l’eau et du fait-maison ; et, par voie de conséquence ,avec ce mode de vie je boycotte la majorité des produits industriels.
    Oui Brigitte, consommer moins de viande est la meilleure solution.
    N’oublions pas que le moteur de tout ça c’est la consommation, c’est ce qu’on attend de nous depuis la sortie de “39-45” à coup de matraquages publicitaires.
    Maintenant il faut se remettre en question et commencer à dé-consommer

  5. Je ne comprends pas cette ingérence de l’AFNOR dans nos affaires et dans notre culte.

    On nous bassine à longueur d’année avec la laïcité et maintenant, l’AFNOR vient mettre son nez dans le halal alors que cela ne la regarde pas.

    Que le CFCM se bouge un peu plus en prenant un bon avocat.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Réflexion autour du renouvellement de la théologie musulmane

Adama Bah, suspectée à tort de terrorisme à 16 ans, relate sa descente aux enfers