in

L’islam en Corée du Sud : une présence encore minoritaire, mais croissante depuis 1965

Dans ce pays de 51 millions d’habitants où les deux religions dominantes sont le christianisme (31,6% de la population, se partageant entre 7,6 % de catholiques et 24% de protestants) et le bouddhisme (24,2% des croyants), la religion musulmane, connue pour réchauffer les cœurs jusqu’en Chine, ne brille pas par une présence éclatante. Elle poursuit toutefois sa percée, lentement mais sûrement, en passant de 3 700 fidèles en 1965 (année de la création de la Fédération musulmane de Corée), à plus de 200 000 en 2015.

Sa faible présence, comparativement aux deux religions prédominantes, n’empêche pas que l’islam ait un fort ancrage à Séoul, en raison de l’augmentation sensible du nombre d’ouvriers musulmans immigrés, en provenance notamment du Bangladesh et d’Ouzbékistan, et de la hausse non négligeable des conversions chez les Sud-Coréens.

Si la Grande Mosquée de Séoul offre un majestueux témoignage de la présence musulmane en Corée du Sud, on ne dénombre que 8 mosquées en tout et pour tout sur le territoire national, tandis que près de 30 000 églises protestantes ont fleuri dans le paysage, en l’espace d’un siècle.

Publicité
Publicité
Publicité

Preuve de l’essor spectaculaire du protestantisme depuis son incursion à la fin des années 1880, à travers des missionnaires occidentaux, parmi lesquels figuraient des médecins. Il est à noter que les catholiques, persécutés pendant plus d’un siècle, n’ont cessé de voir leurs rangs s’étoffer au cours de ces trente dernières années.

Le fléau de l’islamophobie, qui se propage comme une traînée de poudre à chaque attentat sanglant perpétré par Daech ou d’autres forces du mal se réclamant d’un islam gravement perverti, sévit également en Corée du Sud.  Les artisans de la peur sont des groupes chrétiens, hostiles aux musulmans et au halal, qui poussent des cris d’orfraie qui résonnent familièrement à nos oreilles : dans une autre langue que celle de Molière, eux aussi crient à « l’islamisation » du pays !

En dépit de ce racisme anti-musulmans prégnant, les autorités coréennes ont décidé de miser sur la niche économique du Halal à Iksan, une petite localité située à l’ouest de la 12ème puissance économique mondiale. Au risque d’encourir l’ire de la population chrétienne, elles cherchent à séduire un nouveau cœur de cible prioritaire : les touristes musulmans.

Publicité
Publicité
Publicité

Cette nouvelle stratégie de développement a été mûrement réfléchie après que la Chine, furieuse, a interdit les voyages de groupes en Corée du Sud, ne digérant pas que le système antimissile américain Thaad ait été déployé localement. Face au manque à gagner qui en a découlé, la Corée du Sud a alors intensifié ses efforts pour développer son industrie du tourisme, en espérant attirer tout particulièrement les visiteurs, au fort pouvoir d’achat, d’Indonésie, de Malaisie et du Moyen-Orient.

Petit à petit, l’islam fait son nid en Corée du Sud, même si pour nombre d’observateurs nationaux, il n’est guère probable qu’il imprègne aussi largement et profondément le pays que ne l’a fait le christianisme. Parmi les raisons invoquées pour justifier ce point de vue, le fait que la consommation de porc et d’alcool, formellement proscrite par la religion musulmane, fasse partie intégrante de la culture sud-coréenne est souvent avancé.

L’avenir dira si l’islam réussira à transpercer l’épais rideau des préjugés pour se faire une place grandissante dans le cœur des Sud-Coréens.

 

Publicité
Publicité
Publicité

Laisser un commentaire

Chargement…

0

L’estime de soi à la lumière du coran et de la tradition prophétique

Quand la technologie révéla le secret d’une bague viking : elle portait l’inscription « Pour Allah»