in

L’indécence politicienne du FN a frappé au beau milieu de la tragédie

Alors que l’heure est à sonner le glas pour les centaines de victimes innocentes fauchées hier soir, au cœur de Paris, par les tirs en rafale d’un commando d’assassins d’une extrême inhumanité et lâcheté, du côté de certains ténors du FN, plus que jamais drapés dans l'indignité, l’heure n’est manifestement pas venue d’appeler à l’unité nationale, et encore moins de sonner la trêve de l’indécence politicienne…

Dès l’annonce de ce carnage effroyable qui a de nouveau ensanglanté la capitale et pétrifié l’ensemble du pays, les Louis Alliot, vice-président et compagnon de Marine Le Pen, Wallerand de Saint Just, Gilbert Collard, Nicolas Bay, lequel s'est ravisé en supprimant son post, mais aussi Philippe de Villiers, se sont empressés de dégoupiller leurs grenades à coups de tweets infâmes, semeurs de troubles et de divisions, à seule fin d’instrumentaliser une tragédie sans précédent.

On aimerait bien que, dans ce cas précis, ces grenades de la honte leur explosent en pleine face, symboliquement s'entend cela va de soi, et de préférence dans les isoloirs…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Un journaliste a filmé la fuite des spectateurs du Bataclan

Lille: un groupe islamophobe exclu d’un rassemblement place de la République (vidéo)