in

Lilian Thuram parle de racisme, de la police et de la stigmatisation des musulmans

L’ancien footballeur Lilian Thuram. Il revient sur la polémique autour du racisme “anti-blanc”, parle de sa crainte de la police quand il était enfant et raconte ses années en Italie où il a subi des cris de singe pendant des matchs de foot.
Publicité

2 commentaires

Laissez un commentaire
    • @saidb. Il fait juste deux erreur majeures dans son analyse : mettre à égalité majorité et minorités oubliant là où il vit et taire le racisme ailleurs, en suggérant que le racisme est un impensé de « blancs ». Il a ainsi ce point avec les indigénistes : la référence permanent à Fanon. Il y a eu d’ailleurs pas mal d’articles sur Oumma sur le racisme anti noir chez les maghrébins. On en voit aussi ici parmi les commentateurs. L’intersectionnalité est surtout une illusion commode pour fédérer les minorités contre un présumé ennemi commun. On taira donc tout ce qui nuit à cette belle unité : le racisme entre minorités, la misogynie de certains de leurs membres qui sont aussi le reflet de de ce qui se passe dans leur d’origine, là où chacune est la majorité. Ndyaye l’a parfaitement cerné quand il a évoqué le silence des subsahariens sur la traite orientale qui ne résulte pas d’une contamination des arabo musulmans par l’Occident mais bien d’un impérialisme propre, qui en tant que tel considère l’autre comme inférieur, le déshumanise et l’opprime.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité

Enquête IFOP sur le racisme anti-musulmans: 40 % des sondés déclarent avoir subi des comportements racistes

Tivaouane : le rôle diplomatique pionnier d’une Zâwiya rayonnante