in ,

Liberté immédiate pour Georges Ibrahim Abdallah !

Numéro d’écrou 2388/A221……Georges Ibrahim Abdallah est toujours incarcéré au centre pénitentiaire de Lannemezan.

Détenu depuis 34 ans, il est devenu le plus ancien prisonnier politique d’Europe. Libérable depuis 1999, toutes ses demandes de remise en liberté ont été rejetées par la volonté de nos gouvernants.

Né au Nord Liban, il s’est engagé en faveur de la cause palestinienne dans le contexte de la guerre civile et des invasions de l’armée israélienne au sud du Liban.

Il a été condamné à la perpétuité sans peine de sûreté, en 1984, par la cour d’Assises spéciale pour complicité d’assassinat, après que l’attaché militaire adjoint des Etats-Unis en France ait été abattu puis, trois mois plus tard, un diplomate israélien, agent du Mossad.

Il n’a jamais reconnu sa participation à ces actes.

Quelles pressions sur la justice française pour expliquer cet acharnement ?

Pourquoi réinventer en France, pour ce cas précisément, une peine de perpétuité non aménageable ?

Pourquoi oublier l’indépendance de la justice française pour satisfaire aux pressions d’Etats étrangers ?

Pourquoi lui appliquer un régime d’embastillement totalement arbitraire ?

Georges Ibrahim Abdallah est-il victime d’une “vengeance d’Etat lamentable” (déclaration d’Yves Bonnet, patron de la Direction de la surveillance du territoire (DST) interview du 7 janvier 2017) ?

Interpellé à Tunis, en février 2018, sur le sort de Georges Ibrahim, le Président Macron n’a pas cru bon de réagir.

Pour ce militant communiste libanais, combattant des causes libanaise et palestinienne, qui a connu et connaît encore l’expression de la solidarité de militants palestiniens célèbres, tels que Marwan Barghouti, Salah Hamouri, Ahmad Saadat, ou encore Ahed Tamimi, l’heure de la libération est venue !

Georges Ibrahim Abdallah est aujourd’hui l’objet de demandes de remise en liberté qui viennent de tous les horizons, pour des raisons humanitaires comme pour des raisons de simple justice.

Le Président de la République doit enfin faire “oeuvre de justice “dans ce dossier.

Pour prouver l’indépendance de notre justice,

Pour réaffirmer le droit des peuples à la résistance et à l’autodétermination,

Nous demandons :

Liberté immédiate pour Georges Ibrahim Abdallah !

Le Bureau national de l’Association France Palestine Solidarité
19 octobre 2018

6 commentaires

Laissez un commentaire
  1. C’est dingue cette histoire. Il sait peut être des choses ou alors prisonnier il sert des intérêts diplomatiques, allez savoir.
    En attendant il nous semble qu’il a amplement payé pour ce dont il a été accusé.
    Et dire que dabeuliou bouche et coline powell courrent toujours! Justice des hommes justice de merde.

  2. J’aime bien l’appellation “Prisonnier Politique” pour alléger la culpabilité d’une personne accusé de terrorisme.
    Une partie du système judiciaire était prêt à le libérer après une mise à l’épreuve, il me semble.
    Mais ce monsieur s’est tiré une balle dans le pied en jouant au mec insensible limite prêt à recommencer si il le devait.

    Après, il y a des chances aussi que les EU et Israël ont mis leur nez dans cette histoire.

    • Les propagandistes de l’Etat qui est né par l’assassinat de civils à Deir Yassine et de diplomates comme le comte Bernadotte se posent en donneur de leçon de terrorisme ??? !!! On aura tout vu ! Il est écrit ici par ailleurs qu’Abdallah n’a pas reconnu les actes dont on l’accuse, donc il ne pourrait déclarer qu’il est prêt à « recommencer », sois logique Krishna. Par ailleurs tuer l’agent d’un Etat voyou ne respectant aucune des résolutions de l’ONU le concernant est un acte politique de toute façon. Sinon, le colonel Fabien, Jean Moulin ou Anielewicz aussi seraient des terroristes et non pas des résistants …est-ce le Liban qui a envahi un pays étranger ou est-ce que c’est le pays de Georges Ibrahim Abdallah qui a été envahi ?

    • Et oui une belle gueule à la Che dès qu’on le voit on a envie de lever le poing, mais une détermination façon action directe pas de regret près à recommencer en même temps je les comprends tant d’années de prison pour dire j’ai eu tort c’est dur à avaler.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Un colon écrase volontairement deux Palestiniens

Le paparazzi Jean-Claude Elfassi derrière les barreaux