in

Lettre au prochain Président de la République

Nous, Comité 15 mars et libertés, vous demandons une réelle prise en compte des citoyens musulmans de notre pays.

Certes, ils sont d’abord citoyens et c’est à ce titre que vous serez leur président. Chacun d’entre eux, selon ses convictions, vous soutiendra ou vous critiquera au gré des décisions que vous aurez à prendre et des paroles que vous aurez à prononcer. Chacun d’entre eux, à son niveau, s’efforce de vivre dignement, et de participer à l’essor de sa société et de son pays, la France.

Cependant, beaucoup d’entre eux vivent mal qu’au nom de leur conviction religieuse, ils soient mis à l’index, exclus, raillés et insultés.
Vous n’êtes pas sans savoir les tentations d’effacement de toute visibilité de la pratique religieuse des citoyens musulmans. Ce n’est qu’en France qu’une loi impose aux élèves une neutralité qui ne doit normalement être opposée qu’aux seuls agents du service public et non à ses usagers. Cette loi en promet d’autres, et une loi similaire vise aujourd’hui jusqu’aux assistantes maternelles arborant un voile chez elles.

Vous êtes certainement témoin des instrumentalisations politiciennes de faits rattachés à l’islam, ou de problèmes liés à la pratique musulmane, qu’au demeurant les musulmans eux-mêmes cherchent à résoudre. Vous êtes aussi témoin des actes d’islamophobie qui se multiplient…

Nous sommes convaincus que vous ne pourrez marquer l’histoire à l’endroit des musulmans de France, si vous n’opérez pas un réel changement du traitement qui est fait de leur présence, de leur condition et de leurs problèmes.

Vous vous êtes engagés à faire respecter la laïcité, et nous vous appelons à faire de celle-ci la véritable valeur d’ouverture qu’elle est sensée être. Nous comprenons la nécessité que les religions soient mises à l’écart de la gestion de la chose publique, non pas de l’espace public, mais nous ne pouvons comprendre que la laïcité serve à ce point de faire valoir aux attaques contre les musulmans et leur spiritualité.

Les musulmans ne sont plus les indigènes d’une époque révolue, n’attendant bien malgré eux qu’à être civilisés. Ils ne forment pas non plus une catégorie de citoyens qui ne méritent de la part des hommes politiques que des lois de circonstances. Ce sont des citoyens comme les autres, et dans notre République, leur liberté de conscience, qui va de pair avec le respect de leurs pratiques religieuses doit être garantie.

Nous vous appelons donc à agir, dans le cadre de la lourde mission qui vous sera confiée par notre Peuple, pour lutter contre les actes d’islamophobie, l’intolérance religieuse et, de la sorte, faire vivre pleinement les valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité.

Paris, jeudi 08 mars 2011

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le calme extraordinaire d’un syrien lors d’une fusillade

Un extrémiste de la LDJ pour protéger François Hollande