in

Québec : les violences islamophobes à la hausse sur fond d’un débat sur les valeurs nationales

A chaque contrée, sa partition passionnelle sur l’identité nationale, la Belle Province n’échappant pas à ces débats poudre aux yeux qui dissimulent mal leur visée anti-islam, et dont l’Europe a le triste privilège d’avoir donné le « la ».

Sa suprématie à l’Assemblée nationale du Québec est incontestée depuis 2012, le parti souverainiste Québécois a lancé, le mois dernier, un grand débat sur les valeurs du pays en vue de l’adoption d’une Charte portant haut la préférence nationale, la locomotive France étant citée en exemple.

A peine les harangues nationalistes ont-elle résonné à différentes tribunes qu’une dizaine d’actes islamophobes ont été déplorés au même moment par le Regroupement des centres des femmes du Québec, qui a assisté à une montée en flèche alarmante de l’intolérance, du racisme et de la violence à l’encontre des musulmans, et plus particulièrement des musulmanes voilées.

Dans la ligne de mire des islamophobes de la région des grands lacs, dont les agressions portent la marque d’une lâcheté sans frontières, les femmes revêtues d’un hijab ou d’un niqab sont des proies toutes désignées, à la consternation de Valérie Letourneau, porte-parole du Regroupement des centres des femmes du Québec. 

"Il y a les regards méprisants, condescendants. On ne compte plus les commentaires haineux ou racistes, comme « Retournez dans votre pays », qui sont désormais suivis d’actes physiques allant crescendo. On crache au visage des femmes musulmanes, on les bouscule méchamment dans les supermarchés, et on les brutalise pour les cas les plus graves", a détaillé cette dernière, en tirant la sonnette d’alarme auprès des autorités de Montréal où est concentrée la grande majorité de la communauté musulmane, tout en alertant les autres localités  de la province.

​"Nous ne voulons pas empêcher la discussion sur la laïcité, au contraire, nous pensons que c'est un débat important, mais je pense que nous devons tous faire un effort pour être ouverts vers nos différences", a martelé Valérie Letourneau.

Contraint de sortir de sa réserve, Bernard Drainville, le ministre péquiste à l’origine de la charte qui enflamme les esprits, a appelé au calme et à la tenue d’un débat sur la laïcité respectueux de toutes les composantes de la société : "Ces incidents doivent être condamnés. Ils sont intolérables", a-t-il déclaré, ajoutant : "Les gens doivent agir d'une manière civilisée, respectueuse, afin d'assurer la sécurité des femmes dans le cadre de ce débat."

Mais l’hydre du racisme, tapie dans l’ombre, qui a ressurgi avec une violence décuplée à la faveur de ce débat de toutes les stigmatisations, est sourde désormais aux appels à la raison, comme le déplore avec inquiétude Valérie Letourneau. La France, qui fait l’admiration du Parti Québécois pour son modèle d’immigration, sera-t-elle toujours louée pour sa longueur d’avance en matière d'islamophobie décomplexée ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L’environnement palestinien pourri par les eaux d’égoût des colonies !

Askolovitch favorable à une dissolution de la Ligue de Défense Juive