in

Les musulmans sont-ils “à part” ? Une étude scientifique américaine répond à cette question

Fish, M. Steven (2011-12-01). Are Muslims Distinctive?: A Look at the Evidence Oxford University Press. Kindle Edition.

Les musulmans « sont-ils à part » ? Telle est la question que l’on pourrait se poser.  Effectivement, le traitement médiatique presque systématiquement à charge contre l’islam laisserait penser au commun des mortels que la religion musulmane est vraiment à part.

Les récents attentats à Paris, Beyrouth, Bagdad, Sinaï… ne font qu’accentuer ce climat de méfiance (dans le meilleur des cas) à l’encontre des fidèles de la deuxième ou première religion du globe.

Face à ce constat, en 2011, un chercheur de l’université de Berkeley a décidé de réaliser un travail jamais entrepris jusqu’alors. En effet, il s’est attelé à comparer les musulmans aux autres croyants d’autres obédiences, en se basant sur différents critères et stéréotypes régulièrement véhiculés dans la plupart des grands médias.

Cette étude colossale s’inscrit dans une démarche rigoureusement méthodologique et scientifique. Elle n’a bénéficié d’aucune médiatisation et n’a même pas été traduite, l’ouvrage qui en ressort étant uniquement lisible en anglais.

Les données sont vérifiables, les différentes hypothèses sont prises en compte, les variables sont reproductibles. 

Pratique religieuse des musulmans :

La première partie est consacrée à la pratique religieuse, car on entend souvent dire que les musulmans sont beaucoup plus pratiquants que les autres croyants d’autres traditions religieuses.

Comme on peut le constater dans le tableau ci-dessous, la réalité s’avère nettement plus nuancée. Les musulmans affichent certes une pratique plus importante mais qui reste toutefois relative, les chrétiens étant ceux qui s’en rapprochent le plus.

Pratique religieuse musulmans

Le caractère associatif des musulmans

L’autre question traitée est celle de l’appartenance à une association ou confrérie religieuse, source d’un débat récurrent qui agite la sphère médiatique et qui pourrait se résumer ainsi : « Puisque l’islam est central dans la vie des musulmans, il est logique qu’il passe leur temps dans des groupements religieux… » Effectivement le caractère associatif prime davantage, mais seulement de 3% !

Caractère associatif des musulmans

Le choix des politiques chez les musulmans

L’autre idée reçue très répandue avance que pour les musulmans il n’y a pas de distinction entre politique et religion et donc qu’en Islam, il n’y a pas de séparation entre le spirituel et le temporel. L’électeur musulman préférera donc voter pour un coreligionnaire. Or, ce postulat de base est infirmé comme le montrent les données ci-dessous. D’autre part, l’auteur analyse rétrospectivement l’histoire des Pays Majoritairement Musulmans (PMM) et leurs illustres personnages respectifs au vingtième siècle, dont voici quelques exemples :

Le personnage central de la Turquie moderne est Mustapha Kamal dit Attatruk (père des Turcs), qui était un fervent laïc. En Iran, c’est le très laïc Mosadecq qui a marqué le plus l’histoire du pays. Idem pour l’Indonésie avec Sukarno, héros de l’indépendance, tout aussi laïc. Sans parler de l’Egypte, entre Nasser (plus arabisant qu’islamisant) et Boutros Ghali qui était chrétien, sou encore de Ali Butho au Pakistan, également laïc…

Les choix politiques des musulmans

Le degré de tolérance des musulmans

L’auteur met en exergue le fait que les PMM ont un niveau de tolérance comparable aux Pays Majoritairement Non Musulmans (PMNM), même s’il y a quelques réserves au sujet du divorce et de l’avortement. En revanche, un fort rejet commun est constaté à l’endroit de l’homosexualité.

tolérance musulmans

5a. La corruption dans les pays musulmans

On passe ensuite à des questions générales, dont le fléau de la corruption, Les sociétés majoritairement musulmanes sont-elles plus corruptibles que les autres ? Une fois de plus à périmètre comparable, à savoir les pays d’un niveau de développement équivalent, il apparaît que le degré de corruption est légèrement inférieur dans les PMM. 

Corruption pays musulmans

5b. La criminalité

Dans le même chapitre sur la criminalité et afin d’éviter les approximations, il a centré son analyse sur les homicides (puisque les décès sont toujours référencés), car il s’agit d’une source fiable. Comme nous pouvons l’observer, les PMM ont les taux d’homicide les plus faibles. D’aucuns objectent à ce constat l’application rigoriste de la Charia qui effraie les populations et prévient donc la criminalité. Cette hypothèse n’est pas avérée puisque des pays démocratiques comme le Sénégal, le Mali, le Niger n’appliquent pas la Charia et ont pourtant les taux d’homicide les plus bas. En revanche, des états comme l'Iran ou le Pakistan qui ont un code pénal très sévère enregistrent les taux d’homicide les plus élevés des PMM.

criminalité musulmane

6. La violence politique dans les pays musulmans

Le sujet suivant concerne la violence politique, encore une idée profondément ancrée dans l’inconscient collectif, selon laquelle les pays musulmans seraient par essence instables ou autocratiques (le dernier printemps arabe renforce ce sentiment), donc plus enclins à la violence politique.

Les statistiques ci-dessous démontrent qu’une personne qui habite dans un PMM a moins de chance de périr par la violence politique que quelqu’un qui vit dans un PMNM.

violence politique islam

7. Egalité sociale et genre dans les pays musulmans

Pour ce qui est des inégalités sociales, les PMM en totalisent moins que les PMNM. En effet, les disparités entre riches et pauvres sont moins importantes. Parmi les explications fournies par l’auteur, l’une d’entre elles met en lumière que tout musulman a pour obligation de verser la Zakat (impôt social purificateur), qui de fait sensibilise chaque fidèle à la pauvreté.

Ensuite, l’étude aborde la question du genre et l’égalité homme-femme. L’inégalité est plus importante dans les PMM qu’ailleurs, surtout dans les pays arabes. Plusieurs hypothèses sont avancées, notamment le rigorisme de certains états, ainsi que la jurisprudence islamique qui n’a pas beaucoup évolué et reste très machiste.

égalité sociale et genre pays musulmans

7. Régime politique des pays musulmans

Le comparatif se fait surtout entre les PMM et les PMC, le tableau ci-dessous démontrant qu’il y a un déficit démocratique dans les PMM.  Plusieurs hypothèses sont émises afin d’expliquer cette différence :

  • Les régimes sont despotiques dans beaucoup de PMM, surtout arabes.
  • L’histoire contemporaine laisse à penser qu’il y a une corrélation entre l’émancipation de la femme et la démocratisation des sociétés, même s’il n’y a pas de lien organique. Le développement récent de certaines démocraties des pays émergents corrobore cette théorie.

 dictature islam

8. Le terrorisme dans les pays musulmans

Le dernier chapitre est consacré au terrorisme, un point qui défraie hélas la chronique régulièrement, le terrorisme islamiste semblant être la menace de ces 20 dernières années. Mais qu’en est-il réellement ?

Lorsque l’on examine les données, il est ressort que les PMM ont été plus touchés par le terrorisme au cours de ces deux ou trois dernières décennies ; l’hypothèse avancée par l’auteur semble conjoncturelle et nullement structurelle.

9. Conclusion

Le présent ouvrage bouscule bon nombre d’idées reçues sur l’islam et les musulmans. En effet, l’emploi d’un vocable très usité dans l’espace médiatique n’implique pas pour autant ni sa compréhension, ni son analyse. A bien des égards, le travail remarquable de Steven Fish réfute la thèse de S. Hugtington et B.Lewis sur le choc des civilisations et participe activement aux dialogues des civilisations, dont notre monde a cruellement besoin.

C’est une approche rationnelle qui dépassionne le débat constamment pollué par l’actualité, l’émotion doit laisser la place à l’analyse empirique qui est fondamentale dans notre village mondial.

Nous recommandons donc cet ouvrage qui participe au débat constructif du vivre-ensemble.

PMM : Pays Majoritairement Musulmans
PMNM : Pays Majoritairement Non Musulmans
Fish, M. Steven (2011-12-01) “Are Muslims Distinctive?: A Look at the Evidence Oxford University Press”. Kindle Edition.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rassemblement en soutien à Elsa Lefort et Salah Hamouri, vendredi 12 février, à 18h30, Métro Invalides

Une première au Wisconsin : une musulmane prononce la prière d’ouverture à l’Assemblée législative