in

Les musulmans australiens instaurent un “Jour des Mosquées” contre l’ignorance, source de tous les maux

Source de tous les maux, l’ignorance de l’islam, savamment banalisée et instrumentalisée, se propage d’autant plus facilement d’un continent à l’autre que l’antidote du Savoir et de l’entre-connaissance n’est jamais, ou rarement, inoculé.

Peut-être a-t-il été trop largement éprouvé pour nos grands stratèges de la peur et des amalgames dévastateurs, qui se garderont bien de proposer ce remède miracle qui anéantirait leur raison d’être et leurs sombres desseins…

A Brisbane, dans la lointaine Australie, les musulmans ont décidé de combattre le mal de l’ignorance à la racine en opposant la transparence à l’obscurantisme de la propagande, en ouvrant grand les portes des mosquées pour exorciser les vieux démons qui minent la société environnante. Il faut dire que la découverte d’une quarantaine de tracts et brochures orduriers dispersés sur le parvis de la mosquée Logan au début du mois de septembre a été un douloureux, mais puissant électrochoc, qui les a poussés à agir et réagir urgemment.

Pour Ali Kadri, le porte-parole de la communauté musulmane du Queensland, le troisième Etat le plus densément peuplé d’Australie, la meilleure parade contre l’ignorance entretenue à dessein et à l’origine de croisades haineuses, c’est de faire œuvre de pédagogie et de favoriser l’accès à la connaissance de l’islam pour tous.

Nous voulons  instaurer un “Jour des Mosquées” dans notre région, au cours duquel tous nos voisins, de toutes religions, seront accueillis chaleureusement pour une visite guidée riche en enseignements qui se prolongera par des échanges interreligieux renforcés et permanents”, a-t-il expliqué, en insistant sur un fait souvent passé sous silence, car trop dérangeant pour les artisans cyniques de la désinformation : l’islam est la religion qui connaît la plus forte croissance dans le monde, en dépit de sa diabolisation, l’autre fléau, attisée par une géopolitique aussi surréaliste que calamiteuse qui fait plus que jamais de ce bas monde une poudrière.

 “Le problème ce n’est pas l’Islam, ce sont les rapports de force de la géopolitique et les relations internationales de l’époque actuelle”, dénonce-t-il en précisant, fier de son projet: “Nous voulons que nos concitoyens non-musulmans viennent dans nos mosquées pour voir que parmi les fidèles, il y a des médecins, des ingénieurs, des avocats, des enseignants, qui concilient harmonieusement l’accomplissement de leur devoir religieux et leur vie sociale. Il n’y a rien de mystérieux, ni de suspect là-dedans, contrairement à ce que sous-tend l’ignorance dans laquelle on maintient les gens.”

Le premier supporter de cette idée n’est autre que le Premier ministre du Queensland en personne, Campbell Newman qui, scandalisé par les tracts anti-musulmans semés au vent devant la mosquée Logan, a fait savoir qu’il participera à l’une de ces journées portes ouvertes tout en incitant la population locale à répondre nombreuse à l’invitation de ses concitoyens musulmans.

J’encourage tous les administrés du Queensland qui aiment notre démocratie, qui aiment notre communauté multiculturelle à ne plus rester dans l’ignorance, racine de tous les maux, pour faire un grand pas vers la connaissance. La connaissance de nos différences dans le respect mutuel, c’est la meilleure arme contre le terrorisme et le terrorisme intellectuel. Soyons ouverts, curieux, solidaires”, a exhorté le Premier ministre dans un vibrant plaidoyer pour la tolérance religieuse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Il est pénible pour Elisabeth Lévy de voir des femmes voilées (vidéo)

J’irai dormir chez vous au Maroc