in

Les hôpitaux face au coronavirus : Sabrina Ali Benali, médecin urgentiste, s’alarme du manque de moyens

Le président Macron l’a martelé à plusieurs reprises lundi soir : « nous sommes en guerre » contre cet « ennemi invisible » qu’est le coronavirus. Mais en France, de nombreux membres du personnel soignant craignent « de partir à la bataille sans armes ». »Il y a très souvent chez les médecins une forme de pudeur où on devrait accepter d’être des héros. Moi non, je ne suis pas une héroïne. J’ai peur ». D’entrée, Sabrina Ali Benali ne veut pas cacher son angoisse à l’idée de partir travailler.Comme beaucoup d’autres personnels soignants, cette médecin urgentiste de Paris craint de ne pas pouvoir mener sa mission face à la propagation du coronavirus à bien. En cause, selon elle : le manque de moyens. »On a réussi à trouver des masques en système D, mais nous n’avons ni sur-blouses et nous n’avons pas reçu de surplus de gel hydroalcoolique, ni de charlottes, ni de lunettes, ni de sur-chaussures », s’inquiète-t-elle.

 

Publicité
Publicité
Publicité

Commentaires

Laissez un commentaire
  1. et bien!
    le 3ème grand vendeur de la mort au monde, ne veut pas convertir ses machines à la fabrication de masques, charlottes, gel …
    il y a de l’argent à prendre! … et de la bénédiction de sa population, de son personnel médical, et … des Maliens, Lybiens, Afghans, et plein d’autres
    Tout à gagner quoi

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Face au coronavirus, les herboristes de Tunis font le plein

« Il va y avoir des milliers de morts »: Agnès Buzyn déclare avoir lancé l’alerte dès janvier