in

Les Français enrôlés dans les rangs de Daesh et la reconnaissance de la Palestine, même combat pour Nadine Morano

Entre Sarkozy, son maître à penser idolâtré qui lui a inspiré le néant, proche du rien, qui lui sert de misérable vision politique, et Alain Juppé, le meilleur d’entre les Umpistes qui n’a pas grand mal à sortir du lot au milieu du panier de crabes qui grouille autour de lui, le cœur de l’opportuniste Nadine Morano balance, sans réaliser, avec les deux seuls neurones qui mettent son cerveau en ébullition, qu’elle est un cadeau empoisonné pour les deux ennemis jurés de la droite.

Elle ne serait plus dans les petits papiers de son mentor, mais il faut dire que son art consommé des gauloiseries racistes et des saillies verbales abjectes (la dernière en date ayant jeté en pâture une inconnue voilée sur une plage) lui a fait toucher le fond depuis longtemps, l’aboyeuse en chef du Sarkozysme miserait donc sur le fils spirituel de Chirac pour la présidentielle de 2017, louant sa stature « d’homme Etat », mais sans se demander, incapable qu’elle est de faire son auto-critique, si sa bêtise abyssale n’est pas rédhibitoire face à une intelligence supérieure.

Avec l’aplomb phénoménal des fieffés imbéciles qui ne doutent de rien, Nadine Morano, interviewée sur BFMTV, a encore fait l’affligeante démonstration de son populisme au ras des pâquerettes, la conduisant à établir un amalgame aussi inepte que ravageur entre le phénomène des jeunes français convertis à l’islam partis gonfler les rangs de Daesh et la reconnaissance de l’Etat palestinien. 

Une reconnaissance que cette démagogue invétérée, qui chantait les louanges de Marine Le Pen lors du piège radiophonique tendu en 2012 par l’imitateur Gérald Dahan, avant de faire la Une du journal d’extrême droite Minute, pour être finalement désavouée par les urnes au cours des dernières législatives, vomit de sa bile fielleuse. Faut-il en déduire qu'elle ignore la position d'Alain Juppé sur la question, qui est diamétralement opposée à la sienne ? 

Une chose est certaine, avec Nadine Morano comme porte-flingue en jupon, l’UMP n’a pas besoin d’ennemis…

Les déclarations de Morano sur la Palestine commencent à la minute 04.20

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Qui sont ces jeunes derrière les “djihadistes” ?

La mère de Mickaël Dos Santos ne reconnaît pas son fils dans la vidéo de Daesh (vidéo)