in

Les 10 000 Utsuls musulmans : un obstacle au rêve « d’identité nationale unifiée » de Pékin (www.france24.com)

La Chine a commencé à déployer un arsenal de mesures discriminatoires contre les Utsuls, une petite communauté musulmane du sud du pays, relate le South China Morning Post, lundi. Une politique qui illustre l’intensité de l’effort de sinisation menée par Pékin contre les minorités religieuses.

C’est une île chinoise à 12 000 km au sud-est du Xinjiang. À Hainan, loin du bruit médiatique qui entoure la politique répressive à l’égard de la minorité des Ouïghours, à majorité musulmane, Pékin a commencé à surveiller de très près et à imposer des restrictions religieuses à une autre communauté, beaucoup plus modeste en nombre et moins connue : les Utsuls.  Les femmes et jeunes filles de cette minorité à majorité musulmane, forte de 10 000 membres, n’ont plus le droit de porter le voile ou leurs tenues traditionnelles à l’école et dans les bâtiments publics depuis un mois, a constaté le South China Morning Post, lundi 28 septembre. Des documents officiels des autorités locales, obtenus par le quotidien hongkongais, révèlent, en outre, une série de mesures appelées à être mises en place qui “rappellent celles déployées au début dans la province du Xinjiang”, note le South Morning China Post.

Accroître la surveillance

Publicité
Publicité
Publicité

Ainsi, la taille de certaines mosquées qui doivent être rénovées va devoir être réduite, et un membre du Parti communiste devra siéger au conseil de ces lieux de culte. Toutes les références à des mots “arabisants” – tels que le terme halal – devront, aussi, être effacés des devantures des magasins.

Publicité
Publicité
Publicité

Commentaires

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Canada : le Mois de l’Histoire Islamique honore la résilience et les réalisations des musulmans noirs

Liban : dans le chaos des hôpitaux