in

L’Eglise d’Angleterre se dresse face à des extrémistes de droite, hostiles à l’extension d’une mosquée

L’Eglise d’Angleterre n’a pas fait vœu de silence face au fanatisme de l’extrême-droite et à ses démonstrations de force qui fragilisent la concorde nationale et menacent la liberté de culte de l’autre côté de la Manche, à l’image de treize de ses hauts dignitaires religieux du comté de Straffordshire qui sont actuellement vent debout contre les nazillons du mouvement nationaliste, islamophobe et xénophobe Britain First.

Ces nervis, en ordre de bataille et toujours prêts à en découdre, pensaient avoir un boulevard devant eux pour éructer leur haine de l’islam et scander à tue-tête leur farouche opposition au projet de rénovation et d’agrandissement de la mosquée de Burton – un projet entériné officiellement mais foulé aux pieds par leur soif de vengeance -, n’imaginant pas une seule seconde que des grandes figures locales du culte chrétien se mettraient en travers de leur route pour contrecarrer leur sombre dessein.

Prenant la tête de la contre-manifestation qui leur fera face, samedi 17 octobre, lors de la grande marche fracassante contre le chantier qui fâche, un groupe de prêtres et d’évêques serrent les rangs et battent le rappel des troupes pour défendre l’extension de la mosquée de Burton et au-delà, faire triompher la tolérance religieuse.

"Ces groupuscules néo-fascistes, semeurs de trouble, et leurs revendications délétères soulèvent l’indignation générale, et en particulier la nôtre. En vertu de la loi sur la liberté de culte et de réunion religieuse, nous faisons bloc derrière la communauté musulmane, nous soutenons avec la dernière énergie le projet de construction de la mosquée locale, et nous défendons également le droit à la protestation civile juridique", a clamé haut et fort le prêtre et leader de la contestation anti-fasciste, vers lequel tous les micros se tendent aujourd’hui pour recueillir la parole à la forte résonance.

"Ce qui nous dérange fortement c’est la banalisation de l’idée selon laquelle l’islam ne peut s’intégrer dans le paysage britannique. Cette soi-disante incompatibilité est fausse et je m’élève contre sa propagation dangereuse dans l’opinion", a martelé cet homme de foi, de courage et de dignité en formulant un vœu dont on peut être assuré qu’il sera tout sauf un vœu pieux : "Nous espérons vivement que les habitants de Burton, dans leur infinie sagesse et tolérance, sauront faire la part des choses et résister aux sirènes stridentes du nationalisme. Il ne faut pas que les excellentes relations tissées avec nos frères et soeurs musulmans soient détruites par l’exacerbation de l’islamophobie. En tout cas, nous nous emploierons à les sauvegarder face à ceux qui les mettent à rude épreuve".

Les militants électrisés de Britain First peuvent désormais compter sur une adversité dont ils ne soupçonnaient pas l'ardeur et la combativité,  à travers ces treize prêtres et évêques éclairés de la région de Straffordshire, résolus à faire barrage à leurs  manifestations houleuses et à leur idéologie du mal absolu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La candidate voilée de la grande émission culinaire de la BBC remporte le titre de “meilleure pâtissière de Grande Bretagne”.

Donald Trump prêt à expulser les réfugiés syriens accueillis par l’Amérique d’Obama